Contre-Regards

par Michel SANTO

Promenades autour de “La Librairie du Livre Voyageur”…

 

     

J’ai l’habitude (les matins seulement), qui ne s’explique pas, (encore que ce qui suit l’explique en partie), de prendre la rue Droite (piétonne) à son débouché , sur la place de l’hôtel de ville, pour la remonter ensuite, tout en saluant au passage quelques figures amies ou connues sorties sur le devant de leur boutique ou restaurant, jusqu’à la place nouvellement baptisée du Forum (désertée ou presque depuis la fermeture d’un magasin spécialisé dans le service informatique et la disparition d’un café restaurant dont le jeune chef avait la réputation de présenter  à ses clients de fabuleux “tartares”) ; place que je traverse ensuite, tout aussi habituellement, sur son côté droit, pour me diriger vers le collège de Cité ( j’y fus scolarisé jusqu’à la classe du brevet), après avoir cependant parcouru la très courte rue de l’Ancienne Porte de Béziers où se tenait jadis une crèmerie (on y expose désormais de vilaines, à mon goût, “toiles ” : je ne voudrais pas être trop offensant…) dans laquelle ma grand-mère maternelle (elle habitait tout près : rue Michelet) m’envoyait chercher des “yaourts-nature” élaborés par son propriétaire calotté et tout de blanc vêtu dont le plus proche voisin était un charcutier qui faisait le bonheur hebdomadaire des amateurs narbonnais de “tripette” (le jour de sa commercialisation des queues se formaient jusque dans la rue…) Mais je m’égare ! Si je vous raconte cela c’est surtout pour vous signaler l’ouverture, dans ce quartier, au  28 de cette même rue de l’Ancienne Porte de Béziers d’une bien belle librairie : “La Librairie du Libre Voyageur”. Jeune et entreprenante, Ella Lambert, qui a l’amour des livres, des auteurs et des liseurs, a transformé les grands volumes de ce qui était une sombre boutique d’antiquités (on y trouvait de superbes “pièces” Art Déco, notamment…) en un splendide espace ouvert et lumineux propre à susciter l’intérêt de passants distraits, ou informés de la “chose écrite”. Tous les genres, types d’édition et de format y sont représentés ; et mis en valeur par une judicieuse répartition des volumes. La libraire s’est faite ici architecte ! Ella se veut aussi animatrice culturelle et entend donc proposer régulièrement conférences et lectures avec des auteurs régionaux, entre autres. Flaubert disait  à  Louise Colet : “Lisez pour vivre !”. La porte de la “Librairie du Livre Voyageur” étant toujours ouverte, il suffit de passer son pas pour se faire. Avenante et grande liseuse, Ella saura prendre le temps de vous accueillir dans sa précieuse maison. Marcher, lire et vivre, finalement tout s’explique en effet de mes habitudes et itinéraires pédestres…

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    LAMBERT

    |

    Mille Mercis pour ce bel article ! Au plaisir d’échanger sur nos lectures respectives lorsque vos pieds vous guideront à nouveau jusqu’à la librairie.
    D’ici là je vous souhaite de belles aventures littéraires,
    Bien cordialement,
    Votre libraire
    Ella L.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :