Contre-Regards

par Michel SANTO

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

   

© 2019 Twitter Florence Parly

   

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leurs familles, à leur douleur, à leurs frères de combat dans la peine ? Des soldats, des hommes et des femmes sans qui notre pays n’existerait pas ; des hommes et des femmes dont le rapport à la France ne se mesure pas au nombre d’heures travaillées, à l’évolution de leur pouvoir d’achat, à celle de leurs futures pensions de retraite… Depuis, la France oublieuse, elle, plongée en pleine hystérie consumériste, regarde déjà ailleurs ; vers le 5 décembre, qui mobilise tous les esprits, toutes les énergies, toutes les passions. Tous les médias ! Il m’arrive parfois de penser que la dignité de certains combats sociaux et politiques, d’une certaine presse, n’est plus comprise qu’ à la seule aune d’une seule valeur : le « fric» ! Le 5 décembre mes pensées se tourneront vers le Mali, le Sahel, elles iront à ces 13 soldats morts pour nous, à leurs familles, à leurs frères d’arme.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    POLO

    |

    SAMPER FIDELIS

    Reply

  • Avatar

    Martinez

    |

    ‪L’oublie est dans la nature humaine Michel , seule l’idée du confort est présente dans nos esprits. Ces morts pour la France seront trop vite oubliés comme le sont les vivants qui ont combattu pour le Pats . Les Anciens Combattants sont toujours présents, certains sont vos amis. Je pense aussi à eux et à tous mes camarades qui ne sont pas revenus, à leur f‬a mille , à leurs amis qui sont dans la douleur malgré le temps qui passe. Toutes ces peines, ces chagrins se confondent, seul le temps les sépare.

    Reply

  • Avatar

    Dumas Michel

    |

    Ils sont morts pour nous en effet.
    Merci à eux, à leur réelle abnégation
    Oui Michel, c’est ainsi, les médias (pas la France) montrent leur vrai visage.
    Ils disent en coeur “Voilà, c’est fait, ils sont morts, passons à autre chose. Parlons fric -black friday, 5 décembre, noël…
    Il y a pire que çà.
    Faire de la politique en se servant de ce drame national.
    Sans évoquer Mélenchon l’odieux, je trouve monstrueux que le Président Macron se serve de ce drame comme outil politique pour relancer le débat sur l’armée européenne et évoquer le désengagement progressif possible de la France si ce débat devait rester sans suite.
    S’il y a débat en effet sur la construction de cette armée européenne, mais depuis toujours, depuis la chute du mur, depuis l’apaisement de la guerre froide…comme il y a débat sur l’OTAN aujourd’hui eu égard à la dérive de la Turquie des loups gris et des USA nombrilistes, pas aujourd’hui, pas sur la mort de 13 militaires Français, pas à cette occasion, pas comme çà Monsieur le Président.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :