Contre-Regards

par Michel SANTO

Régionales 2015. Martin Malvy arrête: gros risque à gauche!

Elysee-C062-579x447

Le désir d’André Viola ne pourra pas être exaucé, Martin Malvy ne sera pas candidat pour tirer la liste des socialistes aux futures régionales de 2015, dans le cadre de la grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon. Voilà qui rend la situation compliquée au sein du PS. En effet, Le président du Midi-Pyrénées présentait le meilleur profil pour mener ce combat. Un combat difficile, dans un contexte politique national très défavorable. Les sondages pronostiquent que seules deux régions resteraient à gauche, dont celle-là. La décision de Martin Malvy remet tout en question!

« La décision est prise. Martin Malvy arrête. Son mandat actuel sera le dernier (lire ici notre article « Martin Malvy ne sera pas candidat aux élections régionales de 2015« , sur France 3 Midi-Pyrénées).

Martin Malvy occupe son fauteuil depuis mars 1998. Il restera le dernier président de Midi-Pyrénées. Il ne participera pas à la compétition électorale qui accompagne la fusion avec le Languedoc-Roussillon.

Martin Malvy a reçu des appels téléphoniques lui demandant de continuer. Sur Facebook, des soutiens se sont mobilisés. Pour des socialistes et ses alliés radicaux, il est le seul candidat capable de maintenir la future Super Région à Gauche. Président de Région le mieux élu de France en 2010, Martin Malvy dispose d’une véritable équation personnelle. Des communes ont voté à plus de 80% pour lui aux dernières régionales. Certaines ont même atteint le seuil des 100 % !!! Des voix de droite se sont portées sur une personnalité (re)connue pour sa bonne gestion et sa maîtrise des dossiers.

Malgré cela, Martin Malvy est resté insensible aux appels du pied.

Sa majorité et même l’opposition lui reconnaissent une capacité de travail hors du commun. Des capacités intellectuelles et une vivacité d’esprit « bluffantes ». Mais Martin Malvy va fêter le 24 février prochain ses 79 ans. Le président de la Région le répète. Les Malvy vivent vieux et vieillissent bien.

Néanmoins, Martin Malvy a conscience que son état civil est problématique.

A ces raisons personnelles s’ajoutent des considérations politiques.

Les élections régionales vont se dérouler sur un nouveau territoire. La fusion « Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon » dessine une « géographie » inédite. Du côté de l’Aude et du Gard, le Front National est fort. Le PS divisé. Qu’il s’agisse des électeurs ou des fédérations socialistes, c’est un autre univers. Martin Malvy laboure depuis des décennies Midi-Pyrénées. Il en connaît les contours et les détours. Le Languedoc-Roussillon, c’est une terre de mission.

De plus, le contexte national n’est pas celui de 2010.

C’est le PS qui est au pouvoir. Nicolas Sarkozy n’est plus l’agent électoral de la gauche. Martin Malvy bénéficie d’une vraie notoriété dans le Gers ou le Tarn. En revanche, vers Perpignan, c’est d’abord son dossard socialiste qui risque de sauter aux yeux. Martin Malvy dispose d’un bouclier sur ses terres. Dans l’autre partie de la nouvelle région, il est exposé aux flèches d’un vote sanction.

Martin Malvy ne peut ignorer ces risques. La campagne de 2015 va être difficile. Cette (més)aventure peut gâcher la fin de sa carrière politique. Le président sortant a accompli un joli parcours : ancien ministre, député, maire, conseiller général, président de Région. Une nouvelle candidature peut devenir la candidature de trop.

Martin Malvy n’est pas le seul à le penser. Sa femme, Brigitte, fait la même analyse. Elle a longtemps plaidé pour une décision raisonnable. Raisonnable et raisonnée.

Cela fait des mois (avant l’été dernier) que Martin Malvy réfléchit. Avec son entourage proche, il a pesé le « pour » et le « contre ». Il a notamment évoqué le sujet avec Laurent Fabius. Au moment de la réforme territoriale, il a annoncé à André Vallini (secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale) sa décision de ne pas briguer un nouveau mandat. Mais, peu de temps après, il lui a téléphoné pour lui demander d’oublier leur conversation.

Prudence ou hésitation ? Une chose est certaine.

Il y avait de quoi hésiter.

Pour Martin Malvy, la Région c’est sa Vie et sa Vie c’est la Région.

Des parapheurs signés après minuit. Des centaines de kilomètres par semaine. Des journées qui dévorent les soirées. Pour Martin Malvy, quitter l’hôtel de Région est plus qu’une décision politique. C’est une rupture existentielle.

Malgré tout, un de ses amis le trouve, selon ses mots, serein.

La sérénité des décisions murement pesées. »

viaMartin Malvy : une décision mûrement réfléchie | Midi-Pyrénées Politiques.

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Jacques PERRY

    |

    Une défaite cinglante annoncée  et crainte par Solférino?

    Questionnement. La gauche craint une double défaite avec les échéances départementales puis régionales à venir.
    Certains leaders socialistes commencent à s’en inquiéter ouvertement, en contestant notamment la stratégie du PS qui préparerait la secrétaire d’État Carole Delga à prendre la succession de Martin Malvy. « Je ne suis pas mariée avec Solférino », entonne même la députée Catherine Lemorton. Un front se dessine d’ailleurs pour soutenir une nouvelle candidature de Martin Malvy. La seule chance de la gauche aux régionales ?
    Son entourage proche l’assure. Il aurait pris sa décision depuis l’été dernier. Pourtant, dans son propre camp, on se prépare déjà à sa succession … En Midi-Pyrénées, le gersois Philippe Martin et l’aveyronnais Christian Teyssèdre ont travaillé un temps à cette idée. Du côté de Solférino et de Matignon, on a même déjà choisi la nouvelle tête : Il s’agit de Carole Delga, la secrétaire d’État au commerce et à l’ESS de Manuel Valls. Dans la région Languedoc-Roussillon, avec laquelle nous allons fusionner, les ambitions ont également germé. Didier Codorniou, le maire de Gruissan et ex-poulain de Georges Frêche, est poussé par le PRG dans le cadre de négociations nationales avec le PS … Quant au président actuel, Damien Alary, pas certain qu’il ait dit son dernier mot. Malgré toutes ces secousses, Martin Malvy reste calme, étrangement serein. Comme s’il s’amusait presque de la situation. Il y a quelques mois en arrière, l’homme aux 66% (son score lors des dernières élections régionales de 2010) semblait vouloir tourner la page. Selon certaines indiscrétions, il s’en serait même entretenu avec le Premier ministre Manuel Valls. Son âge (79 ans) lui posait également question. Mais depuis, le contexte n’a cessé de se détériorer pour la gauche … Les municipales, européennes puis sénatoriales ont été un désastre, et les départementales de mars prochain ne devraient pas changer la donne. Pire, Solférino prévoit en « off » seulement une vingtaine de départements sauvés, et la Haute-Garonne notamment, pourrait basculer à la faveur d’une dynamique Moudenc à Toulouse. Devant ce constat alarmiste certains cadres socialistes toulousains n’hésitent plus à monter au créneau pour lancer le tube de l’hiver « Une chance de se sauver avec Malvy. »
    *Mise en cause du calendrier de Solférino
    Mais avant même de parler du cas de Martin Malvy, certaines têtes socialistes s’étonnent du calendrier mis en place par leur parti pour désigner le futur leader régional. En effet, c’est dès le 22 janvier prochain que les postulants vont devoir se dévoiler … Étrange car les élus et militants seront alors déjà engagés dans la campagne départementale : « Politiquement, c’est un peu bizarre. Il aurait été sans doute important d’attendre les résultats des élections départementales, et ainsi d’en tirer tous les enseignements possibles », nous confie la députée Catherine Lemorton. Même son de cloche chez sa collègue Monique Iborra, fortement remontée envers la direction du PS : « Tout ceci est dommageable. Notre parti va ainsi être mobilisé en même temps sur des élections internes et externes. Je me demande si certains n’agissent pas contre leur camp ; c’est un déni de démocratie. » « Ce calendrier rend complexe la mise en place d’un vrai débat démocratique interne, d’autant que nous n’aurons pas forcément le temps de se poser sur le projet … Mais ceci étant dit je n’ai pas de date miracle », nuance tout de même Nadia Pallefigue, vice-présidente de la région. Nul ne sait si ce calendrier a été élaboré en fonction de ce qui agite politiquement Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, mais nous pourrions être tentés de le croire car selon les récentes études menées par le PS, cette méga-région est l’une des rares qui pourraient être sauvées électoralement pour la gauche. Une hypothèse aussitôt mise à mal par le politologue et universitaire Stéphane Baumont : « Si les questions économiques et sociales ne sont pas positivement et rapidement traitées par le gouvernement, toutes les régions pourraient être emportées par la grogne citoyenne, la nôtre comprise. Et ceci quel que soit le leader que se choisira la gauche. Le seul salut pour les socialistes viendra d’une hypothétique inversion de la courbe du chômage. »
    *L’hypothèse Malvy
    Dans le landerneau politique la candidature annoncée de Carole Delga n’était plus un mystère. L’appareil socialiste a même tout fait pour imposer la secrétaire d’État aux siens … Sauf qu’aujourd’hui nombre de leaders locaux s’élèvent contre ce choix et s’en expliquent désormais ouvertement. Pour eux, le danger de perdre la région est une réalité, et seule une candidature Malvy pourrait sauver leur camp : « Je soutiens pleinement l’idée d’une candidature de Martin. À un moment donné, il faut savoir être dans la réal politique, et je ne souhaite qu’une seule chose : qu’au final mon camp l’emporte ! » explique Catherine Lemorton.
    C’est le sentiment du
    Rédacteur : Thomas Simonian

    Reply

  • Flamant Rose enchainé

    |

    Une occasion en or pour l’audois Viola..

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Dans cette encore région Languedoc-Roussillon, il est bien un des rares, pour ne pas dire le seul « grand élu », à s’être prononcé pour la fusion et donc à être légitime, notamment en M.P, ce qui ne sera pas rien…

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]