Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne et d’ailleurs. «La nouvelle région un atout pour l’Aude». Oui mais!

imagesDans LADEPECHE.fr du 28 décembre 2014, André Viola, le président socialiste du Département de l’Aude, expose les raisons de son soutien, il est vrai constant, au projet de fusion des deux régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, alors que bon nombre d’élus du Languedoc, et tous les élus, sans exception, du Conseil Régional , du Président socialiste jusqu’au élus frontistes étaient contre. Il y montre notamment l’intérêt pour l’Aude de se retrouver géographiquement en position plus centrée dans les nouvelles frontières administratives. Mais en en surestimant considérablement les effets économiques , du point de vue de la création de valeur, ou de richesses, si l’on préfère.

En effet, cette nouvelle création institutionnelle n’aura pas de conséquences importantes  sur les grands mouvements de population et d’entreprises – création, fusion, développement, innovation etc…, régis par d’autres « lois » que celle-ci redécoupant seulement des frontières administratives. Contrairement à ce qui nous est dit dans cet entretien, ce n’est pas la barrière administrative séparant la Haute Garonne de l’Aude qui aurait empêché des retombées positives, en matière de sous-traitance, notamment, de l’aéronautique de Toulouse vers Castelnaudary. Il en est de même pour la programmation des grandes infrastructures et réseaux –  ferroviaires , ou auto-routiers -, qui s’établissent à d’autres échelles territoriales, sauf à la marge!

Pour ne prendre qu’un seul exemple dans notre département, les investissements déjà réalisés à Port la Nouvelle, depuis de nombreuses années, pour garantir et accroître son trafic de céréales, n’ont pas attendu en effet la  réforme territoriale pour être engagés, au profit conjoint des céréaliers audois et de Midi-Pyrénées.

Non! les premiers et principaux effets attendus par cette fusion sont d’ordre administratif et politique: à savoir plus de cohérence dans la gestion publique de la future grande Région. Plus de cohérence et de lisibilité, qui se traduiront par des transferts de compétences de l’Etat et des Départements vers les Régions, et un accroissement de celles des Intercommunalités – Agglos et métropoles. C’est tout l’enjeu de la loi à venir! Et ce deuxième volet du processus en cours sera de loin le plus déterminant de la réforme territoriale lancée par la création-fusion de ces 13 nouvelles Régions. Les contribuables et les usagers devraient en bénéficier ; et nul doute que s’ils devaient constater un surcroît de prélèvements, de clientélisme de toute nature, de privilèges et de complexité, le prix payé par les élus seraient très élevé.

Sur un plan plus politique, par contre, Monsieur Viola a raison. La personnalité la plus légitime pour diriger cette nouvelle région, dès janvier 2016, si la gauche gagnait, évidemment, ne peut pas être quelqu’un qui s’y serait opposé. Une évidence! Autant dire, plus nettement, qu’aucun élu de l’actuel et provisoire Conseil Régional du Languedoc-Roussillon n’en a le profil. Et parmi les présidents de Département qui y étaient favorables, il n’y en a qu’un: monsieur Viola lui-même! Chacun en tirera les conséquences quant aux intentions du président du Département de l’Aude qu’il veut! J’ai ma petite idée , cela dit, et de son point de vue d’élu et de responsable socialiste, et compte tenu du niveau et des positions de ses collègues régionaux, il n’a pas  tort d’avancer le nom de l’actuel président du Midi-Pyrénées: Martin Malvy, pour briguer la tête de liste pour les régionales de 2015 … Il est, et de loin le plus apte à les conduire. Reste à savoir si c’est pour gagner ou pour perdre. Une indication tout de même: toutes les projections montrent que deux régions seulement resteraient à gauche en décembre 2015 … dont celle résultant de la fusion entre Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon!

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Narbonne : Municipales2020 ! Où il est question du RN, de Nouveau Narbonne… et de LREM…

Narbonne : Municipales2020 ! Où il est question du RN, de Nouveau Narbonne… et de LREM…

      Après m'être intéressé au côté gauche sur l'échiquier politique local, et pour répondre aux questions d'un ami, comment se présente donc les forces en présence, du côté droit,[Lire la suite]
700 grandes entreprises mises en demeure par les investisseurs d’être plus transparentes sur leur rôle environnemental

700 grandes entreprises mises en demeure par les investisseurs d’être plus transparentes sur leur rô

  Très intéressant "papier" signé Ludovic Dupin, publié dans Novethic, qui démontre que, contrairement à ce qui est habituellement diffusé dans les médias, l'économie de marché, n'est pas,[Lire la suite]
Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :