Contre-Regards

par Michel SANTO

Retour de Cox.

l---glise.JPG
 

Je rentre de Cox, un village de la province d’Alicante d’environ 5000 habitants. Qui est aussi le village natal de mon grand père Antonio.

Comme beaucoup de ses amis, parents et voisins chassés par la misère, il en est parti dans les années 20 pour s’installer à Narbonne. La France avait alors  besoin de jeunes hommes, la première guerre mondiale ayant envoyé les siens remplir les cimetières.

Tous les Rives, Fulleda, Cuenca,Santacruz,Gambin,Pamies,Jimenez,… de Narbonne viennent de ce petit coin d’Espagne. Et tous ou presque vivaient dans le quartier de bourg. Si Narbonne est un peu ce qu’elle est aujourd’hui, elle le doit en partie à tous « ces gens de peu » qui lui ont donné toute la force et l’énergie dont ils étaient capables.

Encore aujourd’hui, il n’est pas une famille de Cox qui ne connaisse Narbonne. J’ai pu le vérifier par l’accueil chaleureux qui m’a été fait dans les rues du village, le lendemain d’un rapide passage sur la télé locale. Je ne pouvais faire un pas sans être accosté par une personne prête à me raconter ses vendanges ou ses années de travail et de vie dans notre ville… Que d’émotions!

Je pense notamment à Carmen, qui vécut 53 ans en France après avoir épousé un français de Narbonne, et dont le père venait de Cox, lui aussi. Ou à Sonia, la fleuriste, qui vient régulièrement retrouver sa famille restée ici , et prendre un verre, sur les Barques, à la terrasse de ” Chez Michele ” , tenue par des ” enfants ” de Cox !…

Ce retour aux sources de cette immigration espagnole, Michel Moynier, le maire de Narbonne,mon ami d’enfance, le souhaitait. C’est donc avec un ” mandat ” d’ambassadeur que je m’y suis rendu, accompagné de M.L. Etero, la responsable du tourisme à la mairie de Narbonne et de J.P Chaluleau, journaliste à l’Indépendant.

De nos rencontres et de nos discussions, des projets de “coopération” ont été évoquées avec le maire de Cox et ses collaborateurs, qui, très prochainement, verront le jour. Mais il est trop tôt pour en parler ici…

Ainsi,loin de toute nostalgie ou de repentance, un hommage particulier sera rendu à ce moment de notre histoire, ainsi qu’à toutes ces familles, comme la mienne, venues de si loin et qui, pour beaucoup,sont restées…

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

  Cette page (84 et 85) de Jean Cau dans "La Grande prostituée (Traité de morale II)" publié à la Table Ronde en 1974. Jean Cau qui, dans cet ouvrage, annonce les "Exorcismes spirituels" de [Lire la suite]
Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

        Les communistes narbonnais ont le sens des symboles. Et c'est en plein wek end de l'Assomption qu'ils viennent de délivrer publiquement leur évangile politique en vue [Lire la suite]
Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

      Lettres à Louise Colet : Extraits sur la Beauté, l'Art "Si le sentiment de l’insuffisance humaine, du néant de la vie venait à périr (ce qui serait la conséquence de leu[Lire la suite]
Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentations les plus simples des sciences du climat…

Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentat

    Très intéressant article de Sylvestre Huet : "Climato scepticisme et médias : la duperie".  Dans une première partie, il y est montre, en s'appuyant sur les travaux de trois jeunes ch[Lire la suite]
Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le bonheur des petits poissons".

Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le

      À ce moment, je fus frappé d'une évidence qui ne m'a plus jamais quitté depuis : les vrais philistins ne sont pas des gens incapables de reconnaître la bea[Lire la suite]
Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

Attaquer des permanences parlementaires, c'est violenter la démocratie…

  Des députés sont nommément désignés, dénoncés, et leurs permanences parlementaires défoncées, murées. Leur crime : avoir « mal voté ». Cet été, le CETA ; demain, la loi sur la Sécurité Sociale [Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio