Contre-Regards

par Michel SANTO

Sur le parvis de la Scène Nationale, Didier Mouly faisait son théâtre…

 

 
 

Samedi dernier, Didier Mouly faisait son théâtre. Dans son rôle habituel ! Celui de Tartuffe. Sur un parvis – de sa compétence – aux marches défoncées (1), sous un soleil de plomb et devant un public – petit – anesthésié, il a éreinté la gestion de la Scène Nationale – déficitaire – par Jacques Bascou – qui ne la gère pourtant point, même s’il elle est dans « ses compétences » et qu’il l’a finance ! Programmer une salle multimodale à 20 millions d’euros dont la gestion sera structurellement déficitaire, elle aussi, et demander au président de l’Agglo de lui refiler le Théâtre, pour le mieux gérer, c’était gonflé tout de même… Et il a osé ! Sa solution ? La « mutualiser » avec sa salle multimodale ! Comme pour le Parc des Expos, qu’il veut récupérer aussi  et mutualiser itou. Je me demande d’ailleurs pourquoi sa volonté récupératrice et sa fureur mutualisatrice pour résorber les déficits ne s’étend pas aux autres équipements culturels et sportifs transférés à l’Agglo : l’Espace de Liberté, le Conservatoire, la Médiathèque… Tous, sans exception, structurellement déficitaires, comme tous les services publics ! Ce qui aurait pour conséquence, évidemment, une accumulation de déficits ; et l’ouverture d’un abîme financier supporté par la seule Ville de Narbonne. Un spectacle affligeant… désespérant ! Le degré zéro du débat public et une « image » de la vie politique locale proche de la farce et du théâtre de l’absurde. Mais qui ne fait plus rire personne ! Un concert improvisé et inattendu de casseroles, organisé par les opposants à la salle multimodale de « Touche pas à mon Parc » était là pour judicieusement le souligner (2)…

(1)  À retenir l’annonce, il était temps, de leur réfection en septembre de cette année…

(2) Jusqu’à ce qu’un petit marquis de cabinet leur demande vertement de dégager !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (7)

  • Nunge Olivier

    |

    « Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît.  »
    Michel Audiard

    Reply

  • jahan

    |

    en tant que « comédienne », j’en ai été « soufflée »…. voilà un rôle certes, mais comme vous le dites si bien, on s’en amuserait, si c’était drôle…

    Reply

  • coupeaux

    |

    Pour accueillir Kamel Guennoun drôle de parvis !! pour une scène national !!pas très catholique….

    Reply

  • Alphonse MARTINEZ

    |

    C’est dit ; maintenant qu’elle est la solution?

    Reply

  • Remy

    |

    Refaire le parvis en septembre ? Quelle riche idée !!! Faire la rentrée théâtrale les pieds dans les gravas et au son des marteaux-piqueurs, voilà qui va attirer du public pour renflouer les caisses !
    Bravo l’artiste

    Reply

  • gerard coupeaux

    |

    toujours pas de commentaire pour celui qui a écrit article!!!!!!!!!!

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :