Contre-Regards

par Michel SANTO

Sur le parvis de la Scène Nationale, Didier Mouly faisait son théâtre…

 

 
 

Samedi dernier, Didier Mouly faisait son théâtre. Dans son rôle habituel ! Celui de Tartuffe. Sur un parvis – de sa compétence – aux marches défoncées (1), sous un soleil de plomb et devant un public – petit – anesthésié, il a éreinté la gestion de la Scène Nationale – déficitaire – par Jacques Bascou – qui ne la gère pourtant point, même s’il elle est dans « ses compétences » et qu’il l’a finance ! Programmer une salle multimodale à 20 millions d’euros dont la gestion sera structurellement déficitaire, elle aussi, et demander au président de l’Agglo de lui refiler le Théâtre, pour le mieux gérer, c’était gonflé tout de même… Et il a osé ! Sa solution ? La « mutualiser » avec sa salle multimodale ! Comme pour le Parc des Expos, qu’il veut récupérer aussi  et mutualiser itou. Je me demande d’ailleurs pourquoi sa volonté récupératrice et sa fureur mutualisatrice pour résorber les déficits ne s’étend pas aux autres équipements culturels et sportifs transférés à l’Agglo : l’Espace de Liberté, le Conservatoire, la Médiathèque… Tous, sans exception, structurellement déficitaires, comme tous les services publics ! Ce qui aurait pour conséquence, évidemment, une accumulation de déficits ; et l’ouverture d’un abîme financier supporté par la seule Ville de Narbonne. Un spectacle affligeant… désespérant ! Le degré zéro du débat public et une « image » de la vie politique locale proche de la farce et du théâtre de l’absurde. Mais qui ne fait plus rire personne ! Un concert improvisé et inattendu de casseroles, organisé par les opposants à la salle multimodale de « Touche pas à mon Parc » était là pour judicieusement le souligner (2)…

(1)  À retenir l’annonce, il était temps, de leur réfection en septembre de cette année…

(2) Jusqu’à ce qu’un petit marquis de cabinet leur demande vertement de dégager !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (7)

  • Nunge Olivier

    |

    « Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît.  »
    Michel Audiard

    Reply

  • jahan

    |

    en tant que « comédienne », j’en ai été « soufflée »…. voilà un rôle certes, mais comme vous le dites si bien, on s’en amuserait, si c’était drôle…

    Reply

  • coupeaux

    |

    Pour accueillir Kamel Guennoun drôle de parvis !! pour une scène national !!pas très catholique….

    Reply

  • Alphonse MARTINEZ

    |

    C’est dit ; maintenant qu’elle est la solution?

    Reply

  • Remy

    |

    Refaire le parvis en septembre ? Quelle riche idée !!! Faire la rentrée théâtrale les pieds dans les gravas et au son des marteaux-piqueurs, voilà qui va attirer du public pour renflouer les caisses !
    Bravo l’artiste

    Reply

  • gerard coupeaux

    |

    toujours pas de commentaire pour celui qui a écrit article!!!!!!!!!!

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Cette année, Michel Py m'a gentiment adressé (comme il le fait régulièrement à chaque rentrée littéraire) le dernier roman de Philippe Jaenada, "La Serpe"  (éditions Julliard), présenté en avant-prem[Lire la suite]
Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]