Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘Bascou’

Narbonne! municipales 2014 : analyse à chaud du deuxième tour !

Narbonne! municipales 2014 : analyse à chaud du deuxième tour !

Dimanche 23h15

J'écrivais ceci , dimanche dernier : " le résultat de ce deuxième tour va donc dépendre, pour une grande part, de la décision du candidat de l’UMP, et de la capacité de Jacques Bascou à mobiliser les électeurs qui ne se sont pas déplacés sur son nom au premier tour… Ce qui est certain, c'est que ce deuxième tour va se jouer à deux ou trois % des exprimés… ", et après le retrait du candidat de l'UMP, j'ajoutais , deux jours plus tard : " Au final, un deuxième tour très serré dimanche, avec une dynamique plutôt défavorable à Jacques Bascou. " Résultat final : 45,20 % pour le candidat des droites Didier Mouly, 43,82% pour le candidat du PS Jacques Bascou, 10,98% pour le Front National de monsieur Pérea ! Mouly l'emporte donc avec 1,42% d'écart sur le maire sortant Bascou. Comme pour les élections de 2008, qui ont vu le rejet de la politique de Sarkozy emporter Michel Moynier et sa liste divers droite, le rejet de celle de Hollande vient d'emporter Jacques Bascou. Contrairement à ce qui sans doute nous sera rebattu, ce n'est pas " l'apolitisme " revendiqué par Nouveau Narbonne qui gagne ces élections, qui furent au contraire très politisées, mais la " marque " que représente à droite ce mouvement longtemps installé dans le paysage politique narbonnais, et que seule l'UMP pour des raisons stratégiques pouvait lui contester. Je note au passage que si l'UMP était allé jusqu'au bout de sa logique en se maintenant au second tour, le résultat ne serait pas celui là. Didier Mouly peut donc remercier Frédéric Pinet !

Cela dit, j'ai assisté et entendu, à l'hôtel de ville, comme j'en sortais , à des comportements et des propos lancés par des supporters du vainqueur de la soirée à mon adresse, disons d'une très grande vulgarité. Vite compensés, heureusement, par ceux pleins d'amicale chaleur de Christian et Marie Noëlle. Est-il donc impossible de se faire respecter en essayant de se tenir à distance des joutes politiciennes pour, notamment exprimer ce qu'on croit être sa vérité, toute relative quand il s'agit de cette sorte de combat là , pour ne pas dire finalement assez dérisoire … Pour les vainqueurs de ce soir, le plus difficile reste à faire désormais : agir en dignité , sans esprit de revanche et ressentiment. C'est tout le mal que je leur souhaite…

Narbonne! deuxième tour : analyse à chaud du désistement de monsieur Pinet …

imgres

Frédéric Pinet, le candidat UMP, renonce à se maintenir au second tour, la voie est donc toute dégagée pour Didier Mouly , et la situation se complique encore un peu plus pour Jacques Bascou, privé, de surcroît , du soutien explicite du Front de Gauche. Comment analyser cette décision de la tête de file de la droite républicaine et du centre ? En toute logique, la stratégie de ce parti fondée sur son intérêt à long terme, lui commandait en effet d’investir la scène locale pour ne plus être à l’avenir phagocyté et « brûlé » par Nouveau Narbonne, comme il le fut pendant tout le règne d’Hubert Mouly . Pour son candidat, il était donc tout à fait compréhensible , qu’il se maintienne, et ce quel qu’en soit, à court terme, le prix politique à payer. Cela c’est la théorie ! Et puis, et puis il y a la pratique, les conflits de personnes, les pressions de toutes sortes, le poids de décisions lourdes de conséquences , sur soi, ses amis, ses relations ; les insultes, les calomnies. Bref, tout ce que l’écosystème politique produit naturellement, si je puis dire … Cela pour dire aussi que le subjectif et le contexte jouent bien sûr un très grand rôle dans ce genre de situation. Le problème, quand même, ici, c’est d’avoir sacrifié la stratégie au profit d’un désistement tactique sans bénéfice électoral en retour. Dans une guerre de mouvement, quand on privilégie la tactique en oubliant la stratégie, on perd sur tous les plans ! De sorte que l’on peut d’ores et déjà dire, que l’on vient d’assister à un Hara Kiri politique, dont on ne mesure pas encore évidemment tous les effets, pour ce parti j’entends… et Nouveau Narbonne et le FN , à court terme, en sont à coup sûr les principaux bénéficiaires. On peut se demander enfin, et à juste titre à postériori, si , pour en arriver là, après une campagne de division comme jamais à droite , il n’était pas préférable pour une UMP si peu sûre de sa stratégie et de ses objectifs – la personne de Frédéric Pinet n’est pas en cause ici – d’organiser et d’accepter l’union d’entrée de jeu, en abandonnant toute velléité de reconquête politique sur la scène locale. Cela dit, je peux me tromper et espère le secours d’une bonne âme afin de m’en faire la convaincante démonstration – je ne plaisante pas ! Mais bon, n’ayant aucun intérêt particulier partisan à défendre dans ce débat, sinon celui de ma seule liberté d’expression – pas négociable elle – je n’insisterai pas sur ce sujet . Un dernier point toutefois sur la ventilation de ces voix qui se sont portées sur monsieur Pinet au premier tour – près de 11 % : beaucoup vont manquer, je crois ! Au final, un deuxième tour très serré dimanche, avec une dynamique plutôt défavorable à Jacques Bascou. Mais, en politique, comme en d’autres domaines rien n’est jamais acquis , ni la force ni la faiblesse …

 

L’Art-spirateur de Narbonne.

6a0111688c7574970c01287708b641970c-800wi

Jacques Bascou voulait envoyer l’aspirateur à déchets de Michel Moynier à la poubelle, il va le recycler en centre de traitement et de valorisation d’œuvres dites «d’art contemporain». Connaissant bien les deux, et sans risque de me tromper, j’y vois à la manœuvre les amis Privat (Louis) et Moget (sa fille). Inutile de dire que ça va décoiffer et retourner la tuque des narbonnais. La présentation de ce qui n’était jusqu’ici qu’une proposition sera officiellement faite aujourd’hui, nous dit le Midi Libre. Je ne gênerai pas les journalistes locaux ni le maire de Narbonne en livrant ce que je devine de ce projet, mais peut-être conviendrait-il aussi  de réfléchir d’ores et déjà à ce qui demain pourrait accueillir les œuvres et les collections de Piet Moget, le père.

Chronique de Narbonne: Les terrasses de la discorde.

fumeur-en-terrasse-de-cafe_435234

Tiens, à propos des «rejets de CO2» : «D’après un calcul réalisé hier par Jean-Marc Jancovici, fondateur du cabinet de conseil Carbone 4, le bilan carbone d’une terrasse équipée de quatre braseros au gaz, allumés à pleine puissance pendant huit heures, est équivalent à celui d’un trajet de 350 km en voiture.» . Ce qui fait dire à Jean-Marc Brûlé, secrétaire national des Verts aux élections : «À l’heure de la lutte contre les gaz à effet de serre, ce chauffage de l’air libre constitue le comble de l’absurdité». Une absurdité d’autant plus manifeste qu’elles constituent aussi, ces terrasses,  un «piège» à fumeurs convulsifs.

L’ouverture du pauvre.

A Narbonne, comme partout en France, la campagne des municipales est lancée.Et, comme partout en France, l’effet  » Nicolas  » produit des effets inattendus. Ainsi, le député socialiste J.Bascou ne veut plus qu’on lui rappelle son « positionnement » à la gauche du parti de la rose. Apolitique est son mot d’ordre. Ce qui n’a plu ni aux Verts ni aux communistes qui vont, avec nos folkroristes « occitans », faire liste commune. A l’inverse cela semble beaucoup plaire à d’anciens amis du maire en place en mal de reconnaissance sociale. A Paris, pour François Hollande cette manière de faire de la politique est  du « débauchage ». On le comprend, Sarko n’a pas pris les plus nuls des socialistes dans son gouvernement. Mais ici, dans ma petite ville, si j’en crois la presse locale,on voudrait faire du neuf, sur un costume dégriffé, avec quelques pièces usées et démodées. Du « pétassage », en langage indigène. Une ouverture du pauvre en quelque sorte…

Articles récents

Grattez un "Vert", et vous trouverez toujours sous sa bucolique rhétorique un matraquage fiscal, ou tarifaire…

Grattez un "Vert", et vous trouverez toujours sous sa bucolique rhétorique un matraquage fiscal, ou

      Cet élu "Vert" héraultais de la majorité régionale constituée par Carole Delga, Christian Dupraz, à raison :  il est plus responsable, d’un point de vue écologique, de re[Lire la suite]
Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]