Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘cumul des mandats’

Lettre du député PS Laurent Grandguillaume aux rentiers de la politique | Contre-regard.com

laurent-grandguillaume-contreregard


Si la vie politique est verrouillée par une “classe” dans laquelle on entre pour ne plus en sortir, elle s’isole de la société civile qu’elle est censée représenter. Comme dans une entreprise, une administration et tout corps vivant, le mouvement, le renouvellement permanent est nécessaire. Vital! Les rentes en général, économiques, professionnelles, politiques… sont en effet des facteurs de blocages. Elles empêchent l’innovation et font payer le prix de leurs privilèges au reste de la société. C’est pour toutes ces raisons qu’il convient de saluer l’initiative prise par Monsieur Laurent Grandguillaume , député PS de la Côte d’Or. Ce faisant, il s’attaque à la “rente” la plus difficile à “casser” : celle de ceux qui devraient avoir pour métier de les lever toutes mais qui, faisant la loi, cadenasse d’abord la leur. La raison pour laquelle, à ma modeste échelle, j’adresse sa lettre ci-jointe aux élus, notamment de la région “Occitanie”, et à ceux qui, vivant, ou ayant vécu, dans leur sillage – collaborateurs d’élus, ou élus depuis ou aspirant à l’être de la même région Occitanie –, n’ont d’autres soucis que de  la protéger par tous les moyens.

Extrait:

Après mûre réflexion et après dix années de mandats électifs sans interruption (locaux et nationaux), j’ai décidé de ne pas me représenter aux élections législatives de juin 2017. Les désignations du parti socialiste pour ces élections étant prévues en fin d’année 2016, j’ai décidé d’annoncer ma décision dès maintenant pour garantir les meilleures conditions possibles pour le renouvellement.

Je crois qu’il est grand temps de changer l’engagement politique par la preuve. Il doit en effet être conçu comme un engagement au service de l’intérêt général et non plus comme un métier. Faut-il attendre le changement des règles ou s’imposer les règles du changement ?

Je considère qu’il faut à la fois limiter le cumul des mandats en nombre et dans le temps car on ne peut pas être partout et bien faire plusieurs choses à la fois. C’est pourquoi je m’applique cette exigence à moi-même, comme je m’étais appliqué le non cumul avec un exécutif local dès le lendemain de mon élection en tant que député en 2012, bien avant le vote de la loi qui s’appliquera à tous en 2017. On ne peut pas regretter de voir les mêmes têtes depuis des décennies et en même temps reproduire des schémas identiques, même quand on est plus jeune. L’ordre des choses installe une forme de glaciation qui empêche le renouvellement des idées, l’audace et la prise de risque. Il faudrait être candidat à tout, partout et tout le temps pour exister. C’est cela aussi le moteur de la défiance. En écrivant cette lettre, j’imagine déjà les quelques critiques sourdes de ceux qui, représentants d’un système dépassé, tenteront de décrédibiliser cette démarche.

Le texte complet de cette lettre est – en cliquant sur – ici

Chronique de Narbonne et de la Grande Région. Régionales 2015: le cumul des mandats en tête de liste…

Le_cumul_des_mandats_16659_hd

Carole Delga a donc quitté le gouvernement mi-juin pour se consacrer “totalement” à la campagne des régionales en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Bien! Mais la tête de liste socialiste va reprendre dans quelques jours son mandat de députée de la 8ème circonscription de la Haute-Garonne. Soit! Un cumul qui va durer jusqu’à la fin de la législature, en mai 2017: “C’est la loi. D’autres ministres avant moi ont retrouvé leurs mandats de parlementaires en quittant le gouvernement”. Ainsi, en cas de victoire aux régionales, la “candidate-députée” deviendrait une “députée-présidente de Région”. C’est elle qui l’a déclaré dans les colonnes de la Gazette du Comminges : “Si je suis élue présidente de région, je ne me représenterai pas à la députation à la fin de la mandature”Juridiquement, le raisonnement est impeccable: “C’est la loi. D’autres ministres avant moi ont retrouvé leurs mandats de parlementaires en quittant le gouvernement”. Mais, politiquement, comment justifier  un cumul qui, en 2017, ne lui serait plus possible; et comment le défendre, dans l’intervalle, auprès des militants de son parti et de ses électeurs après s’être engagée, par écrit, à ne point cumuler?  J’ai beau dresser la liste des arguments qui pourraient m’être opposés, je n’en trouve aucun. Le seul qui me vient à l’esprit est trop mesquin et intéressé pour que je l’expose, ici et maintenant. J’attends donc avec impatience que l’on m’en oppose d’autres, qui m’auraient échappé, plus nobles et généreux …

Christian Bourquin a-t-il jamais été “socialiste”?

Unknown-3Si la promotion et la défense du “progrès social et politique” devaient caractériser ceux qui prétendent être socialiste, à coup sur , lui ne l’est pas … Défenseur inconditionnel du cumul des mandats et champion du maintien en l’état du mille-feuilles des collectivités territoriales, il est de cette race d’élus de ” progrès ” qui , après avoir conquis des mandats , des pouvoirs et un confortable statut économique et social, n’entendent pas qu’on les en prive .

Bourquin “J’ai dit non à Manuel Valls” Un calendrier bousculé qui n’ébranle pas Christian Bourquin. Le sénateur socialiste des P.-O. et président du conseil régional de Languedoc-Roussillon se dit “serein et posé”. “La notion de date et de découpage n’est pas le premier sujet qui m’intéresse. Il faut se demander quelle France des collectivités veut-on et quels rôles veut leur donner le gouvernement, affirme-t-il. Un découpage du Languedoc-Roussillon n’est pas à l’ordre du jour et serait incohérent : on est la Région la plus attractive de France ! J’en ai parlé avec Manuel Valls et je lui ai dit que c’était non pour le Languedoc-Roussillon. Quant aux Départements, j’ai été président du conseil général des P.-O. pendant treize ans, leur proximité sociale et humaine est irremplaçable. Transférer le social aux intercommunalités ou aux Caf, c’est désespérant, il faudrait encore recruter, ce qui n’est pas propice aux économies. Non, c’est pas sérieux”.

L’indépendant du 17 mai 2014 ; Édition Perpignan

Au plan humain, on peut le comprendre ! Il n’est pas facile en effet de placer sur l’autel du ” progressisme ” la tête d’un exécutif comme celui de la région Languedoc-Roussillon et celle du département des P.O – qu’il dirige de fait . Cela représente un capital symbolique , politique et financier considérable, et en accepter le sacrifice suppose une conscience de sa nécessité libérée de tout attachement ” patrimonial ” , une abnégation totale à l’endroit d’intérêts politiques personnels.

Le moins que l’on puisse dire, dans le cas présent, est que le dévouement de monsieur Bourquin à son parti et à sa cause à des limites que sa raison pratique impose … Ce qui démontre au demeurant que c’est toujours dans ce genre de circonstances que la vérité d’un engagement et d’un caractère se dévoile ; et qu’apparaissent au grand jour les véritables ressorts d’une trajectoire personnelle .

Que l’on me comprenne bien, je ne fais pas ici le procès d’un parti en critiquant le comportement d’un de ses membres . C’est celui de la duplicité et de l’incohérence dont il est ici question. Du double jeu ( je ! ) entre des postures idéologiques , voire philosophiques et morales, et l’exercice d’un ou des pouvoirs, en politique surtout. Et ces dispositions d’esprit n’ont pas de frontières partisanes …

Sur le flanc droit politique, par exemple, j’ai connu un Président d’exécutif régional ultra libéral qui , au quotidien , agissait et décidait en interventionniste compulsif dans tous les secteurs de sa compétence ; y compris et surtout dans le champ économique …

Alors, pour en revenir à celui qui dirige notre région , Christian Bourquin , force est de constater que l’intérêt du pays, celui de son propre parti et de sa crédibilité passent après les siens . Ceux d’un homme et d’un ” militant ” qui pourtant sans trembler prétend les défendre …

C’est ainsi que se discréditent les hommes politiques, pas tous, et c’est heureux ; et que meurent avec eux les idéaux dont ils s’habillent …

Un privilège de caste: le cumul des mandats.

     

Sénateurs et députés cumulant des mandats vont pouvoir continuer à distribuer une partie de leurs revenus parlementaires aux élus de leur choix. La majorité sénatoriale a supprimé, lundi 11 juillet, un amendement passé quelques jours plus tôt à l’Assemblée par le député René Dosière, qui obligeait les élus qui dépassaient le plafond légal d’indemnités perçues au titre de leurs différents mandats à reverser le surplus à leur collectivité. Et ce après que le Sénat a décidé d’attribuer une prime de 3 531,61 euros aux sénateurs, somme correspondant, selon un document de la questure, “à un rattrapage exceptionnel sur un complément d’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) versé en une seule fois fin juin”.

L’explication de Gérard Larcher, président UMP du Sénat :. “La démocratie, ça a aussi un prix ! Il faut que des parlementaires soient indemnisés”. Ben voyons ! A ce niveau d’aveuglement on se demande si, au-delà d’un certain seuil de cumuls et d’indemnités on accorde encore du prix à la décence la plus élémentaire. Qu’on en finisse donc avec cette exception politique française du cumul des mandats ! Qui, pour l’heure, hélas !, ne figure dans aucune des propositions présidentielles des très nombreux candidats potentiels. Le signe manifeste d’une caste qui ne craint plus quelque «  nuit du 4 août ». Jusqu’à quand ?

 

 

 

“Touche pas à mon cumul!”

«Le non cumul des mandats, tout le monde en parle, tout le monde le réclame (plus de 70 % de votes favorables lors de la dernière consultation du PS début octobre et une proposition de loi à l’Assemblée déposée par l’UMP en juin), et pourtant personne n’en veut.» En Languedoc-Roussillon, comme partout en France où seuls 68 députés et 68 sénateurs n’ont qu’un seul mandat.

Articles récents

Culture : Le sculpteur et peintre audois Gérard Calvet est à l'honneur à l'espace Dominique Bagouet de Montpellier

Culture : Le sculpteur et peintre audois Gérard Calvet est à l'honneur à l'espace Dominique Bagouet

            Quelques jours après que j'eus appris le décès de Gérard Calvet, m'étonnant de ne pas trouver trace dans la presse régionale d'un hommage [Lire la suite]
Narbonne !Municipales2020 : "Je suis Narbonne", de monsieur Martinez, se coule dans "Je suis Marine", de monsieur Daraud.

Narbonne !Municipales2020 : "Je suis Narbonne", de monsieur Martinez, se coule dans "Je suis Marine"

  Alphonse Martinez est un de mes fidèles lecteurs Il commente régulièrement mes billets, aussi. Il y a quelques mois, dans la perspective des prochaines élections municipales, il a créé une[Lire la suite]
Carnet : semaine 38 !

Carnet : semaine 38 !

Lecture : Marcel Gauchet, pour Books (Hors série) : « La démarche critique se voulait libératrice. Mais elle a engendré une défiance généralisée à l’égard des faits les mieux attestés, des connaissanc[Lire la suite]
Narbonne: Municipales2020 ! Ça valse à gauche et madame Garbay entre dans la danse ?!

Narbonne: Municipales2020 ! Ça valse à gauche et madame Garbay entre dans la danse ?!

      Dans mon billet du 9 septembre « Un rassemblement des forces de gauche, vraiment », j’écrivais ceci : «… Conséquemment, troisième remarque, cette plate-forme, dan[Lire la suite]
Lecture : Les Conquérants — André Malraux.

Lecture : Les Conquérants — André Malraux.

        Extraits de sa postface Ce livre n’appartient que bien superficiellement à l’Histoire. S’il a surnagé, ce n’est pas pour avoir peint tels épisodes de la révo[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales et Agglo2020 : L'accès à la ressource en eau et son usage, quelle stratégie ?

Narbonne ! Municipales et Agglo2020 : L'accès à la ressource en eau et son usage, quelle stratégie ?

  La préfecture de l’Aude a intensifié ses mesures de restrictions dans la lutte contre la sécheresse. (©Pixabay)  Discussion, hier, sur un trottoir, avec un candidat aux prochaines électio[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio