Articles marqués avec ‘Emmanuel Macron’

Chronique de Narbonne. « J’aime Narbonne » aime Tchatcher?!

     

10494848_532312536892104_1404217804705636393_nIl fallait aller la chercher celle-là! Se plonger dans les commentaires de la page Facebook de « J’aime Narbonne » pour y trouver cette perle de Madame Cazilhac, qui fut la candidate suppléante du PS-PRG sur le canton 3, prouve le sérieux avec lequel a été mené par les journalistes de la rédaction du Midi-Libre ce lourd et profond travail d’investigation . Nanou Cazilhac donc, saluant l’arrivée de Catherine Bossis et Hélène Sandragné à la direction exécutive du Département, fait ce commentaire et se fend d’une citation de … Margaret Tchatcher!

Capture d’écran 2015-04-09 à 11.42.42

Cambadélis serait-il le tuteur du Gouvernement et de ses ministres?

images-1

Réformer l’Assurance-chômage en France ? « Il ne doit pas y avoir de tabou ni de posture » sur le sujet, estime le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, dans une interview au Journal du dimanche. Une déclaration qui n’a pas plu au premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Jean-Christophe Cambadélis, qui a pris le contrepied du ministre dimanche. « La gauche n’a pas de tabous, mais elle a quelques totems, en particulier le fait que quand le président de la République s’exprime, les ministres appliquent », a déclaré le député à son arrivée du conseil national du PS à Paris. Est-ce une fin de non-recevoir à ce chantier ? «Absolument», a tranché M. Cambadélis. Peu importe l’objet de cette passe d’armes entre un ministre et le secrétaire général d’un parti. Les français savent désormais que le gouvernement de la France est sous la tutelle du PS et de Monsieur Cambadélis. Du moins l’affirme-t-il. Nous voilà revenu au temps de la quatrième République quand le plus grand désordre régnait. Ne manquait plus que ce genre de « bêtise » pour en rajouter. Le plus curieux est que personne, dans les milieux autorisés, ne s’en offusque. Comme si violer l’esprit même de nos institutions, pour le parti du Président et de son premier ministre,  allait de soi , était d’une grande banalité. J’attends avec impatience et curiosité la réaction de Manuel Valls