Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘Gard’

Chronique de Narbonne et de la Grande Région LRMP. Régionales2015: Delga et Pinel séparément sur le pont!

images-2

Dimanche, comme dans tous départements de la future grande région LRMP, les candidats PS de l’Aude aux élections régionales de décembre 2015, et les militants, étaient invités par leur tête de file Carole Delga à “être sur le pont”. C’est sur la passerelle jetée entre les Barques de Cité et de Bourg que je les ai rencontrés. Parmi eux des connaissances et des amis (es). Le “matériel” était conséquent: de gros badges auto-collant siglés PS en gros et en rouge sur fond blanc posés sur leur poitrine, côté droit, et un tract présentant le visage souriant – elle est très photogénique – de Carole Delga.

Chronique de la Grande Région LR/MP.Régionales2015: L’absurde débat de pré-campagne en Languedoc-Roussillon…

imgres

À lire et/ ou entendre les propos tenus par les “leaders” de gauche et de droite du Languedoc-Roussillon durant cette pré-campagne des régionales, on ne peut pas ne pas être « frappé » par une convergence surprenante, avec des nuances certes, sur le thème “Montpellier va se faire dépouiller par Toulouse”. J’insiste: Montpellier seulement. Comme si l’élargissement des frontières administratives à Midi-Pyrénées et la désignation de Toulouse comme capitale de la future grande région, en “déclassant” administrativement Montpellier, allait entraîner les autres composantes territoriales, hors la métropole montpelliéraine dans le déclin. ( voir aussi mon billet du 1/08/2015 : ici )

Chronique de Narbonne et de la Grande Région. Régionales 2015: le cumul des mandats en tête de liste…

Le_cumul_des_mandats_16659_hd

Carole Delga a donc quitté le gouvernement mi-juin pour se consacrer “totalement” à la campagne des régionales en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Bien! Mais la tête de liste socialiste va reprendre dans quelques jours son mandat de députée de la 8ème circonscription de la Haute-Garonne. Soit! Un cumul qui va durer jusqu’à la fin de la législature, en mai 2017: “C’est la loi. D’autres ministres avant moi ont retrouvé leurs mandats de parlementaires en quittant le gouvernement”. Ainsi, en cas de victoire aux régionales, la “candidate-députée” deviendrait une “députée-présidente de Région”. C’est elle qui l’a déclaré dans les colonnes de la Gazette du Comminges : “Si je suis élue présidente de région, je ne me représenterai pas à la députation à la fin de la mandature”Juridiquement, le raisonnement est impeccable: “C’est la loi. D’autres ministres avant moi ont retrouvé leurs mandats de parlementaires en quittant le gouvernement”. Mais, politiquement, comment justifier  un cumul qui, en 2017, ne lui serait plus possible; et comment le défendre, dans l’intervalle, auprès des militants de son parti et de ses électeurs après s’être engagée, par écrit, à ne point cumuler?  J’ai beau dresser la liste des arguments qui pourraient m’être opposés, je n’en trouve aucun. Le seul qui me vient à l’esprit est trop mesquin et intéressé pour que je l’expose, ici et maintenant. J’attends donc avec impatience que l’on m’en oppose d’autres, qui m’auraient échappé, plus nobles et généreux …

Articles récents