Contre-Regards

par Michel SANTO

Toulouse-Montpellier: l’absurde, et démagogique, « partage des pouvoirs » voulu par Saurel, Alary et Rossignol, notamment!

XVM25be3482-e1f7-11e4-8d7e-20191f846b73

À entendre, et lire, les Saurel, Alary et Rossignol se lamenter et contester la promotion – et ses conséquences exclusivement négatives – de Toulouse, par l’État, au statut de capitale régionale de la future Grande Région, la moutarde me monte au nez . Qui, dès lors qu’était soutenu, par le premier, cette réforme de la carte des régions et, par les deux autres, enfin admise la volonté du législateur de la réaliser en décembre prochain, pouvait douter une seule seconde qu’il pourrait en être autrement, et ce au profit de Montpellier. Personne, sauf à prendre les électeurs, que nous sommes encore, pour de parfaits imbéciles. Des idiots utiles qui devraient se taire ou approuver le maire de Montpellier quand il exige du premier ministre : « un partage des pouvoirs », que soutiennent, en la circonstance, l’actuel régent du Languedoc-Roussillon Damien Alary et son premier opposant de l’UMP, le maire de la Grande-Motte. On entend même madame Delga, qui espère siéger à la tête de l’exécutif du futur Conseil Régional Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, promettre que l’hôtel de Région situé sur les bords du Lez ne serait pas mis en vente, que des réunions de la nouvelle Assemblée s’y tiendraient, que des services régionaux et préfectoraux seraient maintenus à Montpellier, qu’aucun des satellites régionaux mis sur orbite par George Frêche: sociétés d’économie mixte, ambassades asiatiques et américaines etc…, ne seraient affectés, que…, que… Bref, que de fusion institutionnelle et d’économies d’échelle, ou de structure, comme on voudra, il n’en est pas question; et que cette grande réforme voulue par le couple Hollande-Valls pour faire, à moyen terme, des économies de fonctionnement et rendre notre mille-feuilles administratif plus léger et plus efficace, est en train de se transformer en un lourd et indigeste pavé; un pavé qui va finir, si par malheur cette pression d’élus totalement irresponsables était suivie d’effets, par coûter encore plus cher qu’il ne coûtait précédemment. La répétition de ce qui s’est passé lors de la création des communautés d’agglomération et de communes, en quelque sorte. En pire! Sauf que l’histoire ne se répète jamais deux fois,  ou bien alors sous la forme d’une farce. Une farce que les électeurs ne manqueront pas de lourdement sanctionner. Moi le premier, même si je garde encore l’espoir qu’advienne enfin un sursaut  d’intelligence et de lucidité de la part de ceux qui prétendent gouverner, paraît-il!, ce grand et nouveau territoire…

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Alphonse MARTINEZ

    |

    Quand Madame Delga, Messieurs :Damien Alary, Martin Malvy, saurel, Stéphane Rossignol, seront pilotes d’un AIRBUS alors on pourra peut-être envisager de leur confier quelques responsabilités dans cette grande nouvelle région.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

      Narbonne fut grande, capitale aussi d'une vaste province romaine. Elle ne l'est plus depuis des lustres et ne le sera plus jamais. Ce qui ne l'empêche pas d'honorablement t[Lire la suite]
Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

      Bon ! je ne vais pas en rajouter à la "déferlante" de féroces critiques qui s'abattent sur Laurent Wauquiez depuis sa désormais célèbre conférence donnée dans une "gran[Lire la suite]
Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

      À La fin des années 1970, Tout va mal dans la vie de Paul Auster. Son mariage se déglingue ; l’argent manque, l'inspiration et la force d’écrire des fictions, aussi. Il[Lire la suite]