Contre-Regards

par Michel SANTO

Trois remarques sur la dernière session du Grand Narbonne !


Ping-Pong juridico-politique entre La Ville et l’Agglo. Lors d’une première manche, l’opposition à Didier Mouly avait obtenu le réexamen du Débat d’Orientation Budgétaire de la Ville (D.O.B) au motif, justifié, que n’y figuraient pas des éléments financiers pourtant imposés par la loi . Depuis, le groupe de Didier Mouly à l’Agglo, vient de renvoyer la balle dans les pieds de Jacques Bascou, au motif, fondé, que le D.O.B du Grand Narbonne, n’avait pas fait l’objet d’un vote, contrairement à la loi lui aussi, et demande en conséquence l’annulation de son budget primitif, ce qui n’est toutefois pas une condition suffisante ! Pourquoi ? Parce qu’il faudrait, en effet, que Didier Mouly démontre, notamment, que les recettes fiscales ou le montant des emprunts figurant au budget voté par les élus communautaires sont manifestement sous ou sur-évalués par rapport à ceux présentées, lors de la session précédente, dans Document d’Orientation Budgétaire. Prenons un seul exemple ! Imaginons que le D.O.B de l’Agglo ne prévoit en recettes que le maintien de ses taux d’imposition et de sa masse salariale, mais que le budget voté fasse état d’une augmentation importante de ces mêmes taux et de ses effectifs ; alors, oui, ce défaut d’information des élus communautaires et le budget vicié en découlant devrait être rééxaminé et, à défaut de l’être, sa délibération pourrait être annulée par le tribunal administratif. N’ayant pas sous la main ces textes budgétaires, je ne me prononcerai pas sur les suites de cette controverse, mais il m’étonnerait que cette désinvolture juridique, certes formelle, aille jusqu’à ce dernier terme souhaité par le groupe de Didier Mouly. Je note, aussi,  que, lors de cette dernière session budgétaire du Grand Narbonne, se tenait, le même jour, le « grand » meeting de Benoît Hamon à Montpellier ; et qu’une petite cohorte d’élus appartenant au groupe socialiste et apparentés de Jacques Bascou a préféré s’y rendre pour faire la « claque » plutôt que de participer au vote du budget – si j’en crois ce que m’en a rapporté un de leurs collègues. Une manière peu orthodoxe de  marquer ainsi l’intérêt porté par ces élus à cet acte décisif engageant le Grand Narbonne pour l’année en cours. Enfin une dernière remarque sur un fait politique passé totalement inaperçu, comme si le fait que monsieur Guy Sié, le maire de Fleury d’Aude, se soit prononcé en faveur de ce budget 2017 du Grand Narbonne, n’était qu’une simple et banale formalité. Je rappelle donc aux esprits oublieux que Guy Sié, appartient au groupe d’opposition de Didier Mouly, et que, jusquà cette dernière session, comme ce dernier et ses amis, il a toujours voté contre les budgets de l’Agglo… De sorte que l’on peut à bon droit s’interroger sur ce que sera son attitude pour la suite de son mandat qui, en toute logique, devrait l’amener à adopter, comme d’autres avant lui, le même point de vue que ses collègues du groupe du maire de Port la Nouvelle, Henri Martin (divers droite et « indépendants ») qui donnent régulièrement à Jacques Bascou une « majorité de gestion ». Nous n’en sommes pas encore là, mais si cette prise de distance de monsieur Guy Sié envers Didier Mouly devait se confirmer dans les mois qui viennent, elle signalerait incontestablement un isolement politique du maire de Narbonne et un échec de sa stratégie d’opposition radicale à la politique menée par la majorité conduite par Jacques Bascou. Un échec contenu en germe dès l’ouverture de ce mandat et la constitution d’alliances politiques transpartisanes…

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Alphonse MARTINEZ

    |

    Encore et toujours des luttes intestines qui écartent nos élus des problèmes réels et sérieux. Nous sommes dans la cité de joie qui produit le plus de pauvres et de larmes. On ne peut pas être fier d’être Narbonnais. Ils n’ont pas compris qu’ils ont un CDD de vie ,quel passif vont-ils laisser ???

    Reply

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]
La transition "écologique" ne se fera pas sans les entreprises…

La transition "écologique" ne se fera pas sans les entreprises…

      Il serait quand même temps que  le discours public et politique sur la transition écologique, la protection de l'environnement, la lutte contre le réchauffement climatique aband[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :