Contre-Regards

par Michel SANTO

Valls2: le gouvernement de la clarification politique !

UnknownImpeccable analyse de Laurent de Boissieu présentée dans son blog iPolitique sous le titre: « Clarification politique? » (31 août 2014). Reproduite ici in-extenso, les lecteurs de contre-regard.com ne seront pas surpris de constater une évidente convergence d’arguments avec  ceux développés dans mes billets des derniers jours consacrés au même sujet.

« Le nouveau gouvernement de Manuel Valls marque une rupture davantage symbolique qu’idéologique dans la politique conduite par le PS au pouvoir. Mais ce symbole est important: le PS assume enfin son orientation sociale-libérale. Le parti dominant à gauche ne l’assume certes qu’implicitement et pas encore explicitement, puisque l’étiquette de « sociaux-libéraux » est malheureusement toujours connotée négativement aux yeux de dirigeants qui continuent à se revendiquer « sociaux-démocrates » voire même « socialistes ». Ce décalage entre le discours et le pratique est une constante de l’histoire de la SFIO puis du PS: il se disait hier marxiste lorsqu’il avait une pratique sociale-démocrate; il se dit aujourd’hui social-démocrate alors qu’il a une pratique sociale-libérale.

Durant sa campagne présidentielle, François Hollande avait été volontairement ambiguë sur l’axe économique de son programme. Avec un éventail allant au second tour de François Bayrou à Jean-Luc Mélenchon, ses soutiens attendaient bien entendu des politiques économiques radicalement opposées. Dans l’opposition, l’ambiguïté ne se voit pas trop. Au pouvoir, le roi est nu.

L’erreur consiste toutefois à considérer que le nouveau gouvernement de Manuel Valls marquerait une rupture idéologique. François Hollande est issu des réseaux de Jacques Delors au sein du PS. Seuls les gogos pouvaient croire qu’il impulserait une politique économique plus proche de Jean-Luc Mélenchon que de François Bayrou. Dès octobre 2012 la ratification du Pacte budgétaire européen, signé par Nicolas Sarkozy, a sifflé la fin de la récréation en confirmant la ligne sociale-libérale qui est celle du PS depuis le « tournant de rigueur » de 1983. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si c’est à l’occasion de ce vote que s’est pour la première fois manifesté le noyau dur des futurs députés « frondeurs ».

Emmanuel Macron est donc un bouc-émissaire un peu facile: si, comme l’a prouvé son entretien au Point juste avant sa nomination au gouvernement, il se situe (à la suite du Manuel Valls de la primaire de 2011) à un degré de libéralisme plus avancé que François Hollande, il ne s’agit en rien d’une différence de nature.

Le départ du gouvernement d’Arnaud Montebourg marque malgré tout une amorce de clarification. Encore faut-il bien préciser les choses: le Montebourg viré du gouvernement n’est pas le Montebourg de la primaire de 2011 chantre de la « démondialisation ». Ce Montebourg-là n’existe plus depuis qu’il a cautionné par sa participation l’orientation économique des gouvernements Ayrault puis Valls. Le Montebourg viré du gouvernement ne demandait en effet que des ajustements au sein de celle-ci, à travers l’application d’une règle des « trois tiers »: un tiers des économies affecté à la réduction du déficit public ; un tiers « au soutien des entreprises »; un tiers surtout « aux ménages pour stimuler leur pouvoir d’achat et la croissance ».

De fait, les « frondeurs » ne forment pas un groupe homogène. Certains se contentent de vouloir amender dans cette direction la politique gouvernementale. Leurs convictions se jaugent à l’aune de leur approbation du Traité constitutionnel européen (2005) puis du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (2012). Bref, pas de quoi affoler le Medef, qui sait bien que seul le PS peut mener sereinement des réformes libérales, car avec la droite au pouvoir ce même PS dénoncerait hypocritement à cor et à cri l' »ultralibéralisme ».

D’autres « frondeurs », en revanche, prônent véritablement « une autre politique ». Ces derniers sont très minoritaires, autour d’une poignée de députés seulement (Pouria Amirshahi, Fanélie Carrey-Conte, Nathalie Chabanne, Pascal Cherki, Barbara Romagnan), de la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, du président du conseil général de l’Essonne Jérôme Guedj ou encore de Gérard Filoche.

Si l’on s’en tient à la seule politique économique, le débat d’idée se résume ainsi en cinq positions: – une politique antilibérale à l’échelon européen (le Front de Gauche et l’aile gauche du PS)… ce qui nécessiterait de convaincre l’ensemble de nos partenaires européens car le libéralisme n’est pas le « programme de la droite allemande » mais le dogme gravé dans le marbre des traités européens! – une politique sociale-libérale selon un dégradé de nuances (le PS, le MoDem et une partie de l’UDI voire de l’UMP) – une politique néolibérale (l’UMP et une partie de l’UDI) – une politique antilibérale à l’échelon français (FN) … ce qui commanderait de sortir de l’Union européenne!

La question n’est pas nouvelle. « Il ne peut pas y avoir deux politiques au gouvernement. Mais il peut y en avoir deux à l’intérieur du PS », avait déclaré en 1983 Jean-Pierre Chevènement en démissionnant du gouvernement (il finira néanmoins par quitter le PS en 1992). La première partie de cette phrase est une évidence, la seconde partie est dramatique pour la clarté du débat démocratique. Si les idées et non les partis guidaient la vie politique (ou bien si les frontières partisanes correspondaient aux clivages idéologiques), le MoDem de François Bayrou appartiendrait depuis 2012 à la majorité gouvernementale, tandis qu’à l’inverse l’aile gauche du PS serait dans l’opposition. Dit autrement, la majorité de François Hollande est viciée depuis l’origine.

La pression de Jean-Luc Mélenchon à la gauche du PS, la mystique unitaire au sein de la gauche en générale et du PS en particulier (magnifiquement résumée dans la formule « l’union pour l’union ») ainsi que le manque de courage politique n’ont pas permis la clarification que nous sommes nombreux – de convictions opposées et à des postes différents (acteurs ou observateurs) – à attendre depuis longtemps. Le symbole de la nomination du « repoussoir » Emmanuel Macron à Bercy constitue néanmoins peut-être un pas supplémentaire vers une recomposition politique. Malgré l’incompréhensible maintien au gouvernement de la « frondeuse » Christiane Taubira, passée du radicalisme de gauche à la gauche radicale… »

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]