Contre-Regards

par Michel SANTO

Vivons-nous dans une société individualiste ou une société massifiée.

       

Malgré les énormes quantités d’articles et d’ouvrages publiés sur ce sujet, je ne sais toujours pas si nous vivons dans une société individualiste ou une société massifiée. Si nous vivions dans la première, le confinement qui nous est imposé par les autorités sanitaires et politiques, ne devrait pas nous faire souffrir au delà, si je puis dire, de ce que nos capacités psychiques naturelles et notre état moral sont capables de supporter. Or, l’expérience démontre, qu’à l’exception de rares communautés spirituelles dont les adeptes vivent cloîtrés, une société composé d’individus autonomes, comme autant de monades auto suffisante, venues de personne et de nulle part, qui est pourtant l’idéal moderne, n’est tout simplement pas vivable dans une société de la consommation de masse comme la nôtre. Cette dernière suppose, en effet , des individus massifiés dans leurs besoins et leurs pratiques sociales. Une contradiction qui trouve cependant, aujourd’hui, sa solution dans et par la technique ; et, plus précisément, par la révolution numérique – et les progrès de l’intelligence artificielle. Cette dernière permet, en effet, à chaque individu ou presque, d’accueillir dans son espace virtuel des foules innombrables « d’amis » et d’y satisfaire ses besoins : loisirs, services…, formatés pour le plus grand nombre… ; de participer aussi à la vie politique, intellectuelle et sociale et d’y projeter les mêmes tendances grégaires et moutonnières, les mêmes affects que ceux constatés dans la vie courante… Tout cela pour dire, un peu vite certes, que, loin de l’illusion d’une société individualiste promue par les machines à rêver que sont nos médias de masse, nous baignons en réalité dans une société d’individus massifiés. Ce que, paradoxalement, ce confinement, cet isolement physique et social, nous révèle…

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (1)

  • Avatar

    MARTINEZ

    |

    Notre civilisation change ,l’humain reste ce qu’il est avec ses qualités et ses défauts ; il subit tout simplement la pression de son environnement avec ce que cela lui apporte et ce qu’il a abandonné. Nous sommes rentrés dans l’ère de l’individualisme et massivement dans le virtuel. Le lave linge a remplacé ces lavandières et leur battoir qui papotaient gaiement les berges de la Robine ou du Lavoir. La télé qui a tué ces belles soirées d’été ou les “pendant que les jeunes vieux” sortaient les chaises pour bavarder devant leur porte pendant que les jeunes “s’éclataient”pendant que filles et garçons….Les temps ont bien changé , j’ai même pu observer que pendant le plein été les cigales avaient déserté le centre ville. Si dans les années 50 nous avions connu ce confinement , en dehors d’un bon livre, ce qui n’était pas accessible à tous, comment aurions nous vécu ce genre d’évènement? Nous avions juste la Radio, mais pas de Télé, ni de téléphone, nos moyens de déplacement étaient limités et nous vivions , par rapport à aujourd’hui n’étions nous pas un peu confinés???

    Reply

Laisser un commentaire