Contre-Regards

par Michel SANTO

Yves Jeuland. Le Président de la Région Languedoc-Roussillon et sa Vérité.

19598983.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx  

Le réalisateur Yves Jeuland a filmé Georges Frêche pendant sa campagne régionale de septembre 2009 à mars 2010: son dernier combat électoral. Un documentaire admirable, fascinant.

Une leçon sur une des façons de concevoir et de vivre la politique qui tient toute dans ce postulat frêchien énoncé devant ses étudiants : « Les électeurs sont des cons. ». Et que son directeur de cabinet Frédéric Bort lui rappelle avec la fougue du courtisan (un dircab n’ayant d’autre fonction que de renvoyer à son patron l’image que se patron se fait de lui-même): “Il faut mentir, sortir des chiffres avec de l’aplomb, dire que vous avez fait le double, etc. C’est ça qui compte, c’est l’essentiel. En période électorale, n’importe quoi peut se dire et peut être accrédité de la même manière, alors même que c’est faux.”

 

Une leçon aussi sur les relations entre médias et politique. Ainsi ce moment où Jean-Pierre Elkabbach , la veille de son interview sur Europe 1 prépare avec Georges Frêche et ses collaborateurs les questions et les réponses : « Les réponses, il faut les ramasser. […] Il faut que vous m’en allumiez deux ou trois au passage. […] Alors, qu’est-ce qu’on va dire demain ? » . Mensonge et violence réunis dans une même complicité professionnelle.

Un documentaire au final qui montre dans toute sa nudité une forme de «vérité» politique. Celle qui se définie comme la poursuite de la guerre par d’autres moyens. Immorale  par essence ! Qu’elle soit énoncée par des hommes (peu de femmes dans ce film !) qui se réclament de Jaurès et d’une Gauche humaniste, laisse un goût de cendre dans la bouche. Et démontre, s’il en était besoin, que, sous de  nobles valeurs ostensiblement affichées se cachent souvent, pour ne pas dire toujours, des poignards méthodiquement et soigneusement affûtés.

Une dernière leçon, enfin. Ce film, Georges Frêche, ne l’aura pas vu. Il est mort juste après sa dernière victoire électorale. Avant qu’il ait pu ériger, à Montpellier, comme il en avait manifesté le désir une statue de Staline. Staline qu’il lut dans sa jeunesse militante maoïste et qui disait : « A la fin, c’est la mort qui gagne. »

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques notes prises au fil des jours (du 21 au 27 février 2020)…

Quelques notes prises au fil des jours (du 21 au 27 février 2020)…

    Le 27 de ce mois. Il écrit sur sa page Facebook : "départ pour les Seychelles", et reçoit des brouettées de "J'aime". Sitôt arrivé, il nous montre ses photos, qui suscitent une flopé[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas Sainte Cluque

Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas

  Narbonne. Hôtel de ville.  Bertrand Malquier accuse Nicolas Sainte Cluque de plagiat, le second prétendant le contraire. Le sujet de la polémique étant « l’aménagement des berges de la Ro[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

  Narbonne. Hôtel de ville.  Nous n’aurons jamais vu autant de « transferts » politiques croisés que dans cette dernière « campagne » des municipales. Impossible ici d’en dresser la liste c[Lire la suite]
Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio