Contre-Regards

par Michel SANTO

Yves Jeuland.Le Président de la Région Languedoc-Roussillon et sa Vérité.

19598983.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx  

Le réalisateur Yves Jeuland a filmé Georges Frêche pendant sa campagne régionale de septembre 2009 à mars 2010: son dernier combat électoral. Un documentaire admirable, fascinant.

Une leçon sur une des façons de concevoir et de vivre la politique qui tient toute dans ce postulat frêchien énoncé devant ses étudiants : « Les électeurs sont des cons. ». Et que son directeur de cabinet Frédéric Bort lui rappelle avec la fougue du courtisan (un dircab n’ayant d’autre fonction que de renvoyer à son patron l’image que se patron se fait de lui-même): « Il faut mentir, sortir des chiffres avec de l’aplomb, dire que vous avez fait le double, etc. C’est ça qui compte, c’est l’essentiel. En période électorale, n’importe quoi peut se dire et peut être accrédité de la même manière, alors même que c’est faux. »

 

Une leçon aussi sur les relations entre médias et politique. Ainsi ce moment où Jean-Pierre Elkabbach , la veille de son interview sur Europe 1 prépare avec Georges Frêche et ses collaborateurs les questions et les réponses : « Les réponses, il faut les ramasser. […] Il faut que vous m’en allumiez deux ou trois au passage. […] Alors, qu’est-ce qu’on va dire demain ? » . Mensonge et violence réunis dans une même complicité professionnelle.

Un documentaire au final qui montre dans toute sa nudité une forme de «vérité» politique. Celle qui se définie comme la poursuite de la guerre par d’autres moyens. Immorale  par essence! Qu’elle soit énoncée par des hommes (peu de femmes dans ce film !) qui se réclament de Jaurès et d’une Gauche humaniste, laisse un goût de cendre dans la bouche. Et démontre, s’il en était besoin, que, sous de  nobles valeurs ostensiblement affichées se cachent souvent, pour ne pas dire toujours, des poignards méthodiquement et soigneusement affûtés.

Une dernière leçon, enfin. Ce film, Georges Frêche, ne l’aura pas vu. Il est mort juste après sa dernière victoire électorale. Avant qu’il ait pu ériger, à Montpellier, comme il en avait manifesté le désir une statue de Staline. Staline qu’il lut dans sa jeunesse militante maoïste et qui disait : « A la fin, c’est la mort qui gagne. »

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]