Contre-Regards

par Michel SANTO

Réflexions sur le marché des valeurs politiques…

Respect tolérance valeurs nuage de mots illustration  
 

«Il n’y aura pas de victoire sans que les millions d’électeurs qui se sentent proches du centre, sans que les idées, les valeurs qu’il porte et que nous pouvons représenter, soient prises en compte», cette phrase est du patron de l’UDI. Il l’a prononcée ce matin, et aurait pu l’être par un autre dirigeant d’un autre parti persuadé de porter, d’incarner, comme lui, des valeurs, au demeurant jamais clairement définies. « Défendons nos valeurs ! », « Revenons à nos valeurs ! », « Les valeurs de la démocratie, celles de l’école, de l’Europe…», de la « République » etc. fleurissent, en effet, dans les discours et les professions de foi qui envahissent la scène politique, surtout à la veille d’importantes échéances électorales.

Un recours d’autant plus commun que les crises de toute nature qui affectent notre société ne peuvent plus être contestées. Ainsi la valeur prend le rang de règle fondamentale, de loi morale a-historique  à laquelle on peut toujours avoir recours. Un contresens, comme le fait remarquer J.L Marion, car une valeur dépend toujours d’une évaluation, et donc d’un évaluateur.

Je le cite! « Dans la plupart de ses emplois modernes, la valeur tire son sens d’une valorisation, d’une appréciation : la valeur d’une action en Bourse dépend du nombre d’acheteurs réels ou potentiels rapporté au nombre de vendeurs potentiels ou réels – ce qui reproduit le mécanisme de la valeur des produits sur tout marché. Ce modèle économique, en fait financier, de la valeur ne se développe dans de nouveaux domaines (l’art, les œuvres de l’esprit, mais aussi le travail salarié, les systèmes de protection, la santé, l’éducation, l’image de marque dans l’opinion publique, etc.) qu’à la mesure de l’interprétation de ces domaines selon le système du marché, selon les lois de l’offre et de la demande, selon le qu’en-dira-t-on électronique. Notre époque tend à généraliser cette interprétation et l’extension du marché, même aux domaines jusqu’alors non inclus dans l’économie et dans l’échange (le travail non salarié, les relations familiales, etc.), en recule les limites. »

Dès lors, les croyances, les opinions et même les idéologies peuvent, par analogie, devenir des valeurs. Qui nierait le fait, qu’il y a bien un marché des croyances et des opinions que soutient la demande de certains groupes. Chacun vantant ses valeurs, son combat, pour tenter de les imposer comme valeurs dominantes. La victoire d’une valeur apparaît donc comme celle des croyances et des opinions d’une force politique et idéologique, qu’elle n’a aucune validité en elle-même. La liberté, la fraternité, l’égalité , voire la démocratie ne peuvent donc être ravalées au rang de sous-produit de « la volonté de puissance ». Elles s’imposent par leur seule force interne. Et c’est parce qu’elles nous soutiennent que nous les honorons…

 

*Billet inspiré par la récente lecture de J.L Marion

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

 

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Dengis

    |

    Messages creux de politiciens médiocres,ils ne maîtrisent même pas le langage
    élémentaire…pauvre France !

    Reply

  • Le Maître

    |

    « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.. »
    Ce vieil adage se vérifie après chaque élection, aucun candidat n’a tenu plus que quelques promesses parmi les nombreuses proférées la main sur le cœur, alors ces discours sur les valeurs et tout ce qui les entourent ne sont que du vent, sitôt élus ils oublieront leurs grands discours, il faut se contenter de regarder et creuser ce que chacun a fait dans son passé politique s’il en a un et ne surtout pas croire qu’il fera ce qu’il n’a pas fait auparavant,
    Et pour tout nouveau en politique, s’il est dans un parti politique se fier à ce qu’a fait ce parti lorsqu’il a été aux commandes, si c’est le cas contraire, le novice fera des promesses encore plus démagogiques par manque d’expérience…ou osera l’impossible…
    Seul espoir: croire en un autre adage qui se vérifie parfois: « tout le monde disait que c’était impossible jusqu’à ce qu’un imbécile le fasse… »
    Et c’est peut être le seul espoir qui nous reste pour la prochaine échéance, compte tenu de la brochette de vieux chevaux de retour qui voudraient bien nos suffrages, et sont prêts à tout promettre pour les obtenir, alors croyons non pas au candidat miracle mais en celui ou celle qui fera ce qu’aucun n’a osé faire jusque là et contre tout.
    Après le Brexit et l’élection de D.Trump malgré la puissance du « système » tout est possible….

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]
Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

  Alain Perea, élu député, libère donc ses mandats de maire de Villedaigne et de Vice-Président du Grand Narbonne. Question ! quelle sera la proposition que présentera Jacques Bascou au [Lire la suite]
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

        Madame Delga ne rate pas une occasion, lors de ses déplacements en région, pour affirmer avec autorité que son "bureau, c'est le terrain" (1). Une expression [Lire la suite]