Contre-Regards

par Michel SANTO

À Narbonne, les écoles de César se gèlent. Pas lui !

Dessin de Denis Carrière !


César, pas Jules, mais Jean-Paul, administre, en adjoint de Mouly, pas le père, mais son fils, la « petite enfance » de Narbonne, notamment. Un nom illustre, pour une ville qui fut la prospère – et la première – colonie romaine fondée ex nihilo, hors d’Italie, avant que le Jules en question ne vienne fourrer son nez dans les affaires gauloises.

Mais je m’éloigne ! Jean-Paul donc, qui n’est pas général, ni historien d’ailleurs,  est, en cette période frisquette, confrontée à la résistance de ses Agents Territoriaux Spécialisés des Écoles Maternelles qui ne veulent plus travailler dans des conditions sibériennes : le chauffage des écoles est en effet coupé pendant ses vacances scolaires de février. À – 11° , ils se les gèlent – , l’expression ne doit pas être très appropriée, cependant – et ne veulent pas se fagoter comme des Inuits – , le Carnaval n’étant pas encore de saison. Ce qui leur a valu, en retour, cette martiale réplique de César : « La position pose problème, mais la décision était prise » , sans doute, inspirée par ses matutinales lectures  de Sénèque. Il publie, en effet, souvent, les maximes du précepteur de Néron sur sa page Facebook. La dernière, plébiscitée par ses amis, qui voient en lui un futur Jules¹, est presque de circonstance : «Vivre, ce n’est pas attendre que l’orage passe. C’est apprendre à danser sous la pluie. » Il ne lui reste plus, pour compléter sa formation philosophique, qu’à aller bosser, dans son bureau, sous une température glaciale,  pour savoir si l’on y peut lire, sans trembler, le célèbre stoïcien…

¹ Jules (César) qui disait qu’il valait mieux être le premier dans son village que le deuxième à Rome !

 
 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés en page d’accueil ou ci-dessous !

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Robert

    |

    « Ils ne se rappelaient pas combien de tout petits motifs avaient souvent occasionné de grandes pertes »
    La guerre- des Gaules, III, 72 de Jules César

    Reply

  • Alphonse MARTINEZ

    |

    Inutile Michel d’user votre belle plume pour un sujet de sa Majesté qui est bien incapable de comprendre les finesses de vos propos. Ni l’érudition ,ni la formation, ni l’intelligence , ne sont les vertus de ces édiles qu’un malheureux hasard a fait entrer au château. Chaque jour qui passe nous en avons la preuve ,hélas nous sommes encore loin des prochaines élections municipales.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]