Contre-Regards

par Michel SANTO

À quoi servent les primaires? À tuer ce qui reste des partis et à faire vendre du « papier! »

1111916_la-primaire-a-droite-mode-demploi-web-tete-021329285480

La primaire de la droite et du centre aura lieu les 20 et 27 novembre 2016. – RGA/REA

Quelques remarques sur les primaires, en général. Et d’abord cette question: à quoi servent les primaires? À tuer ce qui reste des partis et à faire vendre du « papier ». Je m’explique. Très vite! Avant qu’elles ne soient inventées, les partis avaient  au moins trois fonctions: représenter et exprimer les intérêts économiques et/ ou symboliques de groupes sociaux bien identifiés, former et sélectionner leurs cadres et élites politiques, produire idées et programmes en vue de la conquête et de l’exercice du pouvoir.

Cette troisième fonction est  aujourd’hui pour l’essentiel sous-traitée à des « laboratoires d’idées », la première n’a plus aucun sens, ou presque, dans une société où domine le primat de l’individu, quant à la deuxième, les élites et cadres s’auto reproduisent en milieux fermés. Les primaires, comme on peut le constater en ce moment avec celle du « LR » font exploser ce triangle fonctionnel originel. Chaque candidat se plaçant, en effet, en dehors des règles de son propre parti pour proposer son programme « présidentiel » autour de quelques « référents » idéologiques et sociaux. Dans ce jeu, le parti n’apparaît plus que comme « l’organisateur » d’une compétition électorale. Un secteur économique  tire profit de cette situation: les médias en général, instituts de sondage compris. Tous les jours, jusqu’en 2017, la vie politique française tourne ainsi autour des « primaires ». À droite, comme à gauche où on ne cesse d’en vouloir une aussi. Une guerre « d’ego », de postures  et « d’images ». La classe médiatico-politique s’en régale; et au quotidien nous gave… de papiers et de temps d’antenne. Ad nauseam! La politique est devenue un produit, une marchandise de la société du spectacle… (1)


Photo: source Les Echos (ici)

(1) Tout cela mériterait de longs développements. Mais à quoi bon!

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio