Contre-Regards

par Michel SANTO

Au Grand Narbonne, le feu couve encore sous son crématorium…

     

C’était jeudi au conseil communautaire ! Comme prévu la délibération à l’ordre du jour portant création d’un deuxième crématorium a mis le feu aux poudres. Le groupe d’Henri Martin, celui de Didier Mouly et des conseillers « volants » se sont retrouvés dans le secret des délibérations pour trancher dans le vif (façon de parler !). À la sortie égalité parfaite ; et donc, selon une règle bien établie, rejet de la proposition de Jacques Bascou. En effet, les délibérations  sont prises à la majorité absolue des suffrages exprimés, de sorte que lorsque le partage des voix est établi au scrutin secret, la voix du président n’étant pas prépondérante, on ne peut constater de majorité absolue. Conséquemment, la proposition est rejetée. De sorte que le deuxième vote, dans les mêmes conditions, où la majorité à basculé en faveur du crématorium, est… nul ! On ne revote pas dans la foulée sur une délibération préalablement rejetée ! Le feu n’est donc pas encore éteint, me semble-t-il, s’agissant de ce crématorium. Au contrôle de la légalité, au préfet donc, d’agir !

Mais quelle image donnée aux habitants de ce territoire, tout de même ! Un élu de la majorité du Grand Narbonne osant même cette remarque « ça fait plus de 10 ans qu’on étudie ce dossier ». Un résumé de cette absurde compétition avec la Ville et son four, comme sur d’autres affaires, qui ressemble à ces enfantillages de cours de récréation du style : « c’est à moi, j’suis le premier à l’avoir dit ! » Chacune des parties pariant sur le fait que la première à réaliser son crématorium éliminera de fait le projet de la seconde. Et ce spectacle donné en plein « dégagisme » des partis et de leur légitimité… Comme si on voulait donner raison aux « Gilets Jaunes ». Irresponsable ! « De loin », en effet, l’électeur-contribuable n’est pas  censé savoir laquelle des deux collectivités est la mieux à même de construire et gérer cet équipement, Ville ou Agglo*, et selon quel mode : régie ou délégation de service public. Il constate !…

* L’Agglo étant toutefois, objectivement, le niveau le plus conforme…  

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]