Contre-Regards

par Michel SANTO

Et de deux crématoriums ! avec celui du Grand Narbonne ? Au feu… aux fous !

Jeudi 6, le conseil communautaire du Grand Narbonne va examiner et délibérer sur de nombreuses “affaires” concernant la “vie” économique et sociale, notamment, de l’agglomération narbonnaise. Curieux et intéressé je jette un rapide coup d’oeil sur l’ordre du jour,  pour littéralement tomber – de ma chaise aussi, en l’occurrence ! – sur deux projets de délibération concernant la création d’un crématorium, et son mode de gestion (en régie !), par le Grand Narbonne, sur la commune de Montredon des Corbières.

Un crématorium à Montredon qui viendrait s’ajouter à celui précédemment programmé par la Ville de Narbonne. Et de deux ! dans une agglomération d’un peu plus de 100 000 habitants et sur des sites distants d’une vingtaine de kilomètres à peine ; et bien évidemment impossibles à “saturer” économiquement et financièrement. Sauf à considérer que le taux de mortalité et la demande d’incinération atteignent ici des niveaux démentiels – si je puis dire ! Je le confesse, ce  deuxième “four” proposé au vote des conseillers communautaires, qui serait érigé, non sans humour – noir ! – dans une zone d’activités consacrée à la “santé”, a mis le feu à mon esprit. Une  brusque montée de température intellectuelle qui, heureusement, m’a projeté dans ces sphères de l’imagination où des bûchers délirants soulagent les plus noirs desseins. Lire cela, en effet, qui plus est dans un contexte de révolte fiscale et sociale s’apparente – je retiens mes mots ! –  à une forme consternante de provocation politique et sociale aussi gratuite (façon de parler en l’occurrence !) qu’irresponsable. L’ambiance risque donc d’être électrique demain. Et la sagesse serait que les conseillers brandissent un maximum de “cartons jaunes” – c’est la couleur de saison –, afin d’enterrer, provisoirement, en le sortant de l’ordre du jour, ce deuxième projet de crématorium…  Il n’y a pas le feu, que je sache !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    Narbomartius

    |

    Si j’ai bonne mémoire le projet du Grand Narbonne était assez ancien. La mairie aurait-elle réussi à être plus rapide sur ce coup-là ?
    J’espère que le Grand Narbonne n’a pas une salle de spectacle dans ses projets !!

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Ben oui ! Et j’ajoute que les opposants, dont J.Bascou, lui-même, président du Grand Narbonne, n’a pas voté contre la décision de Narbonne …

      Reply

  • Avatar

    MARTINEZ

    |

    Les grands esprits se rencontrent ,je suis étonné qu’ils n’aient pas décidé , par mesure d’économie, d’utiliser le bâtiment de “feu” Aspirateur.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :