Contre-Regards

par Michel SANTO

Ça roule et tangue dans la majorité de Jacques Bascou au Grand Narbonne !

     

            Photo Passelac & Roques Architectes

   

C’est toujours lors de débats sur de « petits dossiers » (sans grands enjeux financiers) que s’expriment souvent, et de manière toujours inattendue, de fortes contradictions (et arrière-pensées) politiques. La Communauté d’Agglomération du Grand Narbonne n’échappe pas à cette règle, que j’ai maintes fois constatée dans le fonctionnement des collectivités publiques (Région, Département etc.) Ainsi, lors du dernier conseil communautaire, s’est produit un évènement politique d’apparence futile, mais néanmoins très révélateur des très fortes tensions  politiques à l’oeuvre au sein même du groupe majoritaire de l’assemblée présidée par Jacques Bascou. Tout allait donc à son rythme naturel, ce soir là (le 7 décembre), quand est venu sur le « tapis » la banale désignation de représentants du Grand Narbonne au sein des différents syndicats d’aménagements hydrauliques territorialement concernés par le transfert de la compétence dite GEMAPI (GEstion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations). Et du Syndicat Mixte du Delta de l’Aude, en particulier. Contrairement aux habitudes en vigueur, le Péppone de l’Assemblée (Monsieur Schivardi) demande alors  un vote à bulletin secret (de droit pour les désignations), et, à la grande stupéfaction des membres présents, le candidat au poste de titulaire, Édouard Rocher, vice-président du Grand Narbonne, maire radical de Coursan et président du groupe de la majorité du conseil communautaire (« Grand Narbonne notre avenir »), frôle la noyade en se faisant élire avec seulement deux petites voix d’avance. Et comme si cela ne suffisait pas à son étonnement (euphémisme !), son candidat-suppléant est, lui, de surcroît, passé illico presto par dessus bord au profit d’un de ses opposants dans son propre conseil municipal. Un comble !…  Pas besoin d’avoir fait Sciences Po pour comprendre que des voix de son groupe ont manqué dans l’urne. Notamment socialistes (on taira les noms), qui lui ont fait payé son soutien affiché et constant au candidat de La République en Marche, Alain Perea, élu  aux dernières législatives. On peut supputer aussi, qu’à cette occasion, certains de ses « amis »  aient voulu lui signifier leur intérêt partagé pour la prochaine présidence du Grand Narbonne. On ne peut pas remarquer enfin que tout cela fragilise l’autorité de l’exécutif communautaire et de son président, anciennement PS, surtout, qui se sent depuis un peu coincé, voire menacé par ses propres troupes. Et ce n’est pas fini ! Reste en effet à remplacer Alain Perea qui vient de démissionner de sa vice-présidence du Grand Narbonne (pour cause de non-cumul). On sait qu’il souhaite l’offrir à Michel Py, le maire LR de Leucate. Le risque étant que les mêmes à la manoeuvre le 7 décembre saborde cette initiative présidentielle. À moins que pour l’éviter , « dans sa sagesse », le conseil communautaire, pour des raisons d’économies budgétaires (j’ironise) supprime cette vice-présidence. Mais, pour en revenir à Édouard Rocher, qui fit office de révélateur de toutes ces tensions et arrières-pensées politiques, la question se pose désormais à lui, après le camouflet subit lors de son élection au syndicat du Delta de l’Aude, de rester à la présidence d’un groupe majoritaire qui, manifestement, pour nombre de ses membres, n’entend pas lui faire de cadeaux. À la veille de Noël, le message ne pouvait pas être plus clair.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Au domaine de La Rochelierre, on cultive aussi un art français de la vie…

Au domaine de La Rochelierre, on cultive aussi un art français de la vie…

      Le domaine de la Rochelierre est situé au coeur du village de Fitou, entre mer et Corbières. J'y étais mercredi soir, répondant à l'invitation d'un ami. Si je connais son propr[Lire la suite]
Œnotourisme, la course mondiale à l’innovation

Œnotourisme, la course mondiale à l’innovation

Coralie Haller, Université de Strasbourg Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original. Des vignobles vallonnés à perte de [Lire la suite]
Pourquoi  cet acharnement sur le "cadavre politique" encore chaud de François de Rugy ?…

Pourquoi cet acharnement sur le "cadavre politique" encore chaud de François de Rugy ?…

Illustration : journal l'Humanité.  Je fais pourtant l'effort intellectuel et moral pour contrarier ma répugnance naturelle pour ce genre de chasse à l'homme savamment orchestrée par Médiapar[Lire la suite]
Une soirée au Café de la Paix, à Gruissan…

Une soirée au Café de la Paix, à Gruissan…

        C’est un café à l'ancienne en plein coeur du village. Son intérieur est celui d’un bateau. Sobre. Comme ceux qui naviguent au loin. Sa terrasse, à angle droit, s’étend s[Lire la suite]
Des "corbeaux", des amis et des hommes !

Des "corbeaux", des amis et des hommes !

        Notes : 1) Affaire" de Rugy. Vérifié dans ma vie professionnelle : on n’a pas d’amis en politique. Conséquemment la sagesse commande de ne jamais inviter à d[Lire la suite]
Je ne mange jamais de homard, mais fume parfois un bon "puro" !

Je ne mange jamais de homard, mais fume parfois un bon "puro" !

            En attendant la nomination de monsieur Edwy Plenel à la tête du ministère de La Vertu Publique, il serait judicieux de ne plus en nommer d[Lire la suite]
  
2006-2016 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio