Contre-Regards

par Michel SANTO

Carte postale ! Madame Serres, 105 ans, ma voisine, a voté…

IMG_0043.jpg


Dimanche électoral ! Au pied de la passerelle entre deux villes, rive droite, côté Bourg, j’aborde madame Serres, ma voisine, 105 ans passés de quelques semaines déjà. Soutenue par Marie-Jo, elle me dit avoir fait son devoir de citoyenne, qu’elle était fatiguée et pressée de rentrer chez elle…

Jusqu’au bout de ses forces physiques et mentales, elle aura donc fait honneur à cette noblesse civique dont se moquent aujourd’hui tant de jeunes gens. Son bureau de vote, le mien aussi, se trouve sur la rive opposée, au bas de l’édifice qui jouxte cette passerelle entre deux villes et abrite les services de l’Office du Tourisme, côté Cité. Dans cette  salle réservée au rituel électoral, sur une grande table, onze petits tas de bulletins nominatifs. Devant moi, un homme au physique et à la vêture avachis les balaie d’un regard vide et méprisant. Il se retourne, m’observe, se replace devant ces onze petits tas de bulletins, en choisit deux : Le Pen et Poutou !  Je prie pour que Poutou s’impose à son esprit et commence ma récolte de bulletins – onze évidemment ! Juste le temps de méditer sur l’extrême confusion des esprits et la porosité aux radicalités d’un certain électorat, d’où qu’elles viennent.

Une question ensuite m’a occupé l’esprit : “Et madame Serres, 105 ans, toute courbée, usée, mais digne et endimanchée jusqu’au bout de ses chaussures, qu’a-t-elle fait de ces onze bulletins ?”

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Elle

    |

    1 bulletin dans l’urne, les autres pour noter la liste des courses. Comme cela, ça sert un peu plus longtemps !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
Narbonne! Municipales2020 : Quoi de commun à "Narbonne En Commun" ?

Narbonne! Municipales2020 : Quoi de commun à "Narbonne En Commun" ?

  « Narbonne En Commun » (N.E.C) est donc la nouvelle enseigne d’un rassemblement des « forces de gauche » narbonnaises. Des forces qui se limitent, pour l’heure, si on e[Lire la suite]
Ordre des Architectes en Occitanie : Police des prix, barème obligatoire, mesures de rétorsion…

Ordre des Architectes en Occitanie : Police des prix, barème obligatoire, mesures de rétorsion…

    On s'en doutait un peu, mais voilà qui ne sera plus tenu au "secret professionnel" en usage dans les relations entre architectes et collectivités locales. L'Autorité de la concur[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :