Contre-Regards

par Michel SANTO

Carte postale ! Madame Serres, 105 ans, ma voisine, a voté…

IMG_0043.jpg


Dimanche électoral ! Au pied de la passerelle entre deux villes, rive droite, côté Bourg, j’aborde madame Serres, ma voisine, 105 ans passés de quelques semaines déjà. Soutenue par Marie-Jo, elle me dit avoir fait son devoir de citoyenne, qu’elle était fatiguée et pressée de rentrer chez elle…

Jusqu’au bout de ses forces physiques et mentales, elle aura donc fait honneur à cette noblesse civique dont se moquent aujourd’hui tant de jeunes gens. Son bureau de vote, le mien aussi, se trouve sur la rive opposée, au bas de l’édifice qui jouxte cette passerelle entre deux villes et abrite les services de l’Office du Tourisme, côté Cité. Dans cette  salle réservée au rituel électoral, sur une grande table, onze petits tas de bulletins nominatifs. Devant moi, un homme au physique et à la vêture avachis les balaie d’un regard vide et méprisant. Il se retourne, m’observe, se replace devant ces onze petits tas de bulletins, en choisit deux : Le Pen et Poutou !  Je prie pour que Poutou s’impose à son esprit et commence ma récolte de bulletins – onze évidemment ! Juste le temps de méditer sur l’extrême confusion des esprits et la porosité aux radicalités d’un certain électorat, d’où qu’elles viennent.

Une question ensuite m’a occupé l’esprit : « Et madame Serres, 105 ans, toute courbée, usée, mais digne et endimanchée jusqu’au bout de ses chaussures, qu’a-t-elle fait de ces onze bulletins ? »

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Elle

    |

    1 bulletin dans l’urne, les autres pour noter la liste des courses. Comme cela, ça sert un peu plus longtemps !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

Ne plus vouloir porter la forme entière de l'humaine condition...

        Si j'en crois Montaigne, chaque homme porte la forme entière de l'humaine condition. Ainsi la rédaction de ce billet me ferait connaître les mêmes angoisses q[Lire la suite]
Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :