Contre-Regards

par Michel SANTO

Indécente et violente nature …

Ce matin, sous un beau ciel bleu, entre deux voitures garées sur la partie de boulevard bornée par le jardin de la Révolution et le Palais de Justice de Narbonne, un goéland argenté, à coups de bec avides et furieux, arrachait les tripes sanguinolentes d’un pigeon, les ailes abandonnées en forme de croix sur un sol bitumé gris et crasseux. Indécente et violente nature …

Cesare Battisti ou l’honneur perdu de la Ville de Frontignan…

Fred Vargas en discussion avec Battisti à Frontignan

En 2004, lorsque Cesare Battisti* est arrêté à Paris et menacé d’extradition vers l’Italie où il avait été condamné par contumace à la prison à perpétuité pour meutres,  le maire de Frontignan, l’avait fait citoyen d’honneur de la ville avec remise de médaille symbolique. Pierre Bouldoire estimait alors qu’une extradition serait « une injustice. Il finira sa vie derrière les barreaux. Or, son procès s’est déroulé dans des conditions plus que douteuses ».

En juin 2011, quelques jours avant l’ouverture du « festival international du roman noir » de cette même petite ville héraultaise, dont l’invité d’honneur était alors Fred Vargas (qui toujours et toujours contre l’évidence a soutenu l’innocence de son ami italien), Cesare Battisti était libéré par la justice brésilienne après quatre ans passés dans ses prisons. Il revenait à Frontignan « par la grande porte, celle d’une prison qui s’est ouverte à l’autre bout de la planète », se réjouissait, lyrique, la correspondante du Midi Libre…

En 2018, le nouveau président du Brésil, Michel Temer signe son acte d’extradition vers l’Italie. Et, en ce début d’année 2019, il est finalement arrêté en Bolivie et extradé vers l’Italie, où il purge sa peine. Il reconnaît finalement ses crimes et avoue avoir trompé les personnalités de gauche l’ayant soutenu.

Hier, mercredi 27 mars, l’écrivaine Fred Vargas, interviewée par l’agence de presse italienne, à Paris, a déclaré : « en tant que chercheur, je le considère toujours comme innocent ». «  »Je n’ai aucune excuse à présenter ». Quand lui a été demandé si elle avait été informée des aveux de Battisti, Fred Vargas a répondu :  » Ses déclarations ne me font pas mal, elles me laissent indifférent. Il est possible qu’il ait ses raisons, peut-être qu’il existe des raisons, je ne sais rien, je le laisse libre de dire ce qu’il a choisi de dire « **.

Et vous, Monsieur Pierre Bouldoire,  n’avez-vous donc aucune excuse à présenter ? Considérez-vous toujours monsieur Césare Battisti comme un citoyen méritant l’honneur de votre cité… Au risque de perdre le vôtre !

*Je rappelle que Battisti, activiste de l’ultra-gauche, membre des « Prolétaires Armés pour le Communisme » (PAC), a commis en 1978 et 1979 deux meurtres et en a commandité deux autres. Après avoir fui la justice italienne, il s’est réfugié en France, où Mitterrand avait lui avait offert l’immunité. S’étant  fait connaître comme auteur de polars, menacé d’extradition, il avait fini par fuir la France pour se réfugier au Brésil.  Tous ces défenseurs, qui aujourd’hui  se taisent, s’appelaient, Bernard-Henri Lévy, Philippe Sollers, Danièle Mitterrand, Noël Mamère, Gilles Martin-Chauffier, François Guérif, Guy Bedos, Fred Vargas, Pierre Vidal-Naquet, Dan Franck, Miou-Miou, Lio, Jacques Higelin, Georges Moustaki etc.

** Voici, selon La Stampa, ce qu’a déclaré Battisti, après avoir enfin reconnu ses crimes : « Je n’ai jamais été victime d’une injustice, je me suis moqué de tous ceux qui m’ont aidé, je n’ai même pas eu besoin de mentir à certains d’entre eux. »

« La vérité, de nos jours, est comme l’ombre du mensonge. » Miguel Torga 

Coup de coeur !

« Tant de journaux, tant de radios, tant d’agences de presse, et jamais l’humanité n’a autant marché à tâtons. Chaque heure qui passe est une énigme camouflée sous un millier d’explications. La vérité, de nos jours, est comme l’ombre du mensonge » Miguel Torga (26 février 1947).

Ils sont jeunes, entreprenants et veulent être entendus dans le jeu politique narbonnais…

Ils sont jeunes, actifs, entreprenants, aiment leur ville et leurs quartiers. Des idées, des propositions pour y mieux vivre, ils en ont plein la « tête ». La première d’abord : se faire respecter. Et refuser le paternalisme politique des partis « officiels » ; en contester leur monopole de l’expression politique. Ne plus se soumettre, troquer des bulletins de vote contre des emplois, des aides, des logements… toujours promis pendant les élections, jamais donnés après. Ils sont jeunes, entreprenants, ont des projets pour leur ville et leurs quartiers, veulent « garder espoir », lutter contre l’abstention, le repli sur soi, la frustration et le mal-être. Jeudi 21 mars, à la Maison des services de Saint-Jean Saint-Pierre, Salem, Okan et Zoubida n’ont pas prononcés ces mots, mais leur message sonnait les mêmes thèmes. Les émissaires, les « auditeurs libres » des partis « officiels »étaient présents dans une salle comble. On les comprend, les municipales approchent et rien de ce qui « bouge » dans la cité n’échappe à leurs antennes. Je ne sais ce qui va advenir de ce « mouvement citoyen narbonnais » : se fondra-t-il ou pas dans un jeu d’alliances (et avec qui), jouera-t-il seul sa partition l’année prochaine ? Trop tôt ! Ce que je sais par contre, est qu’avec cet acte de volonté, une ancienne manière de faire de la politique municipale est peut-être morte. Dans l’esprit de ceux qui la subissaient, à tout le moins. Et c’est tant mieux !

Cette haine sans retenue ! Et pas seulement dans la rue…

L’hiver est fini ! Mais l’atmosphère politique et sociale est toujours aussi lourde. La haine s’exprime sans retenue. Et pas seulement dans la rue. Dans les médias, les journaux, les « tribunes » ; les mot et les « poses » aussi. Le mince vernis de civilité qui couvre notre « bien commun » craque de toute part sous la poussée de passions politiques délirantes.

Articles récents

Que les collectivités de l'Occitanie réservent plutôt leurs dons aux cathédrales et églises de leurs territoires…

Que les collectivités de l'Occitanie réservent plutôt leurs dons aux cathédrales et églises de leurs

Cathédrale de Rodez Le Conseil Régional d’Occitanie a attribué une subvention d’1,5 millions d’euros pour aider à la reconstruction de Notre-Dame. Seuls les élus de la France Insoumise ont refusé d[Lire la suite]
Trois titres, trois représentations du monde…

Trois titres, trois représentations du monde…

Ce quotidien est le plus lu dans les Départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Trois éditions les couvrent : Carcassonne, Narbonne et Perpignan. Trois éditions et trois pages de "Une" : t[Lire la suite]
No thumbnail available

Deux heures loin du bruit et du désordre "mondain"…

Hier matin, longue marche de la passerelle entre Deux Villes jusqu’à l’écluse de Raonel. Deux heures d’efforts physiques et de quiétude morale. Ou plutôt de distance intellectuelle avec le bru[Lire la suite]
Salauds de riches, va !

Salauds de riches, va !

Notre-Dame de Paris. Et puis Zut, zut ! Encore plus salauds que je l'imaginais ces riches. Ils continuent leur mercantile et immorale pub en renonçant, après leurs dons, à leurs déductions fiscale[Lire la suite]
La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

Didier Mouly « la trouve saumâtre », cette avarie financière dans le projet d’aménagement du Grand Castelou : un site remarquable situé  dans un espace protégé en bordure du canal de[Lire la suite]
Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Tant de choses paraissaient dérisoires devant le spectacle effrayant de Notre Dame de Paris en feu, hier soir, jusqu'à tard dans la nuit ; une nuit sans fin de noires pensées et de gorges nouées. [Lire la suite]