Contre-Regards

par Michel SANTO

Vive le coronavirus ! : “C’est tout bon pour la planète…”

       

Il y a quelques semaines à peine, deux ou trois mois peut-être, je ne m’en souviens plus, un des anciens chroniqueurs de ONPC*, qui eut ses heures de gloire à la télé, Aymeric Caron, nous expliquait doctement que les moustiques étaient des êtres vivants, comme nous, et qu’il ne fallait pas sauvagement les « tuer ».

Narbonne ! Municipales2020 : “Narbonne, capitale de la moule et du surf canalisé !”

       

Samedi, j’ai passé une partie de la soirée aux Halles. On m’y avait donné rendez-vous pour la « Nuit de la moule ». De la moule et des frites. Un plat typique et emblématique de la gastronomie de notre cité, comme tout le monde le sait. Mais sans bière, cependant ; et avec de la charcuterie de Lacaune…

Quatre notes d’humeur, en passant…

 

Masque de chat grognon.

       

Je lis sur la page d’un « ami » Facebook, qui, tous les jours, exprime sa colère envers la politique menée par l’actuel gouvernement et se fait l’inconditionnel promoteur des « Dits et écrits » de monsieur Mélenchon, cette citation de Charles Bukowski : « Le problème avec le monde, c’est que les gens intelligents sont pleins de doutes tandis que les plus stupides sont pleins de confiance ».

Narbonne ! Municipales2020 : Expansions narcissiques et “Grands projets”…

     

Si la mégalomanie s’exprime, dans les cas les plus aigus, par une surestimation de soi qui amène les personnes atteintes de ce travers caractériel à s’attribuer des actions prestigieuses, des dons exceptionnels, dans ses aspects les plus doux, si je puis dire, elle peut néanmoins, aussi, soutenir ou augmenter l’estime de soi de certaines personnes.

Scènes de la vie narbonnaise…

 

Jeudi, 17h20. C’est l’heure à laquelle Mila et moi longeons le boulevard qui nous sépare du Palais du Travail. Comme tous les jeudis, nous nous rendons à son studio de danse. D’habitude, seuls des collégiens en grappes occupent les escaliers et le parvis de ce bâtiment public de style “moderne” : ils attendent leurs bus.