Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne et d’ailleurs. Plages du littoral: stationnement et parkings payants?

plage-vieille-nouvelle-port-la-nouvelle-11-3

Le temps est à tous les plaisirs et ce journaliste de Midi Libre en a profité. Il se demande en effet s’il est encore possible de jouir de nos plages sans entrave. Et de s’interroger sur les langues de sable du littoral montpelliérain: « seront-elles éternellement offertes au plaisir des citadins ? » Des langues qui, au Petit-Travers, ne sont pas que de sable, il est vrai, pour des ébats où se prennent aussi des « pieds ». Hors d’eau! Cela dit en passant, pour aller , si je puis dire, droit au but. La fréquentation y est en constante augmentation, et leur entretien – des plages et des langues – une charge de plus en plus lourde pour les communes. Question: qui doit en payer « l’usage », les seuls contribuables des communes concernées ou l’ensemble de ses « consommateurs »? Car contrairement à une idée reçue, la « nature » à un coût et son usage un prix. Rien donc de scandaleux à se poser la question, et, conséquemment, d’envisager de faire payer les parkings de proximité des plages du littoral audois. Comme au Petit-Travers à partir du mois de juillet…

Le prodige de l’Europe | Le Blog de Nathalie MP

  

Voilà un texte dont je ne partage ni tous les postulats, ni toutes les conclusions mais qui me semble utile à la réflexion sur un sujet devenu aujourd’hui passionnel…

… En 1992, j’avais lu le petit livre de Philippe Séguin contre le traité de Maastricht et à bien des égards je l’avais trouvé intéressant, en particulier sur l’apparition inutile d’une Europe des régions, en concurrence les unes avec les autres au sein d’une même nation. Mais s’il est de bon ton de louer la pensée visionnaire de Philippe Séguin ainsi que sa parfaite connaissance de l’Histoire de France, je n’adhère pas à sa vision des périls que l’intégration européenne ferait courir aux peuples d’Europe. 1. Je ne crois pas du tout que les ambitions nationales ne soient pour rien dans le déclenchement des guerres.

2. Je ne crois pas du tout que l’Europe et sa monnaie unique ait apporté le chômage de masse, le blocage de l’investissement et l’ajustement à la baisse de notre système de protection sociale.

A propos du point 1, Jean-David Sichel (inconnu de moi, mais je me base sur son texte) nous rappelle les préventions de Philippe Seguin contre une Europe de type fédéral dans un article assez récent du Figaro Vox :« On nous presse de nous souvenir des conflits qui ont ensanglanté notre continent. » A ces arguments rabâchés, Philippe Séguin répond par des analyses historiques et philosophiques bien senties : « Force est de reconnaître que dans notre siècle, plus de malheurs nous sont venus des grandes idéologies et des impérialismes dominateurs que des ambitions nationales. »

« Arguments rabâchés », voilà comment M. Sichel caractérise la recherche de la paix en Europe. Eh bien, tant pis si c’est mièvre, mais pour moi, ça compte. Quant aux propos de Philippe Séguin, rappelons qu’ils étaient tenus en 1992, moment de notre histoire particulièrement immobile sur le plan des nations comme sur le plan des religions. L’URSS venait tout juste de s’effondrer, la guerre au sein de l’ex-Yougoslavie ne faisait que commencer et l’islamisme ne s’était pas encore vraiment manifesté dans nos vies d’Européens. La République islamique instaurée en Iran en 1979 était bien loin de nous.

Pas étonnant dès lors que ce sujet soit jugé inexistant voire trivial par certains hommes politiques de l’époque. Bien à tort, car depuis la guerre en Yougoslavie, les conflits s’enchaînent à nos frontières européennes et le nationalisme y a plus de part que les grandes idéologies dominatrices. Bien à tort, car depuis Richelieu, toute l’Histoire de l’Europe est celle d’Etats Nations qui poussent impitoyablement leur intérêt national.Sur le point 2, un autre auteur, dans un article des Echos datant de 2012 cette fois, vante la clairvoyance de Philippe Seguin qui s’inquiétait du projet de « monnaie unique sans souverain » :« Traité qui prévoit le respect de normes budgétaires tellement contraignantes qu’elles imposeront à un gouvernement confronté à une récession d’augmenter les taux d’imposition, pour compenser la baisse des recettes fiscales, et maintenir à tout prix le déficit budgétaire à moins de trois pour cent de PIB. »

C’est là que j’ai envie de parler de contre-argument « rabâché » : l’horreur économique des 3 %, l’horreur de la règle d’or, l’horreur d’une monnaie apparemment sans souverain ! Même avec souverain, frontière, nation, sceptre et couronne, les finances publiques ont toujours représenté un problème de déficit perpétuel. En France, il s’est parfois résolu par défaut souverain (et Voltaire dit qu’il y a laissé une belle ardoise) ou bien il a débouché assez directement sur la Révolution française.

Ce n’est pas l’intégration européenne et la monnaie unique qui déterminent les politiques de dépenses publiques des pays européens. Le poids de l’Etat est de fait assez varié dans le PIB de chacun des Etats membres. De plus, on a pu voir que les instances européennes se sont montrées plutôt conciliantes sur le respect du Pacte de stabilité à 3 % depuis la crise de 2008.

La France se donne maintenant jusqu’en 2017 pour y parvenir. Si la protection sociale doit être ajustée, notamment sur les retraites, c’est largement plus en raison de l’augmentation de la durée de vie que du fait de contraintes monétaires européennes. Bien sûr, quand je parle de « rapprochement » des pays d’Europe, je sais qu’il importe de définir ce que l’on entend par rapprochement. Et quand je dis que j’ai voté sans états d’âme pour le TCE de 2005, je n’oublie pas qu’en France il fut nettement rejeté (par près de 55 % des suffrages) et que sa ratification par voie parlementaire, annoncée pendant la campagne présidentielle de 2007, a laissé un goût amer à tous ses nombreux opposants.

Bien sûr, je ne suis pas béate au point de penser que tout va pour le mieux dans l’UE. Beaucoup de politiques me chagrinent, à commencer par le quantitative easing (forme moderne et compliquée de la planche à billets) décidé en début d’année. Beaucoup de fonctionnements m’atterrent, je pense par exemple au coût de tous les interprètes et traducteurs (car tout doit être traduit dans toutes les langues des vingt-huit pays membres). Et je pense aussi à l’élargissement, qui s’est fait trop vite, trop loin, sur trop de non-dits.

C’est pourquoi il me semble que la promesse de campagne de David Cameron de soumettre à référendum l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE est une possible excellente occasion pour tous les Européens et tous les pays membres de réfléchir à nouveau au sens de l’Europe et à son fonctionnement. Réélu avec une majorité absolue au Parlement, le Premier ministre britannique n’a pas perdu de temps pour enclencher le processus auprès de ses citoyens. Par la voix de la reine Elisabeth II, il a annoncé ses projets mercredi. Je les trouve particulièrement « fair » et intelligents car il pose d’entrée qu’il considère avant tout l’ensemble de l’Union :

« Mon gouvernement renégociera la relation du Royaume-Uni avec l’UE, et poursuivra la réforme de l’UE dans l’intérêt de tous ses Etats membres. En parallèle, une législation sera introduite pour fournir un référendum sur l’appartenance à l’UE avant la fin 2017. »

Les britanniques devront donc répondre à la question : « Le Royaume-Uni doit-il demeurer un membre de l’Union européenne ? »  J’espère pour ma part qu’ils y répondront positivement car j’ai du mal à imaginer que l’UE puisse être complète sans l’apport des idées, des originalités et des idiosyncrasies d’Outre-Manche. J’espère que le débat qui ne manquera pas de prendre place en Europe sera au niveau de l’enjeu pour notre avenir. A mon sens, la vraie grande question du XXIè siècle pour nous autres Européens, ce n’est pas le changement climatique, c’est de savoir si l’Europe va rester soudée ou non. Une intégration européenne envisagée sereinement par tous ses citoyens est, je pense, la seule façon de nous affirmer face aux défis qui nous guettent : vieillissement de notre population, terrorisme islamiste, tectonique des plaques nationalistes plutôt houleuse du côté de la Russie, migrants en nombre à nos portes, monde multi-polaire et estimation de la population africaine à 4 milliards en 2100. Un repli nationaliste et étatique me paraît complètement impropre à apporter la moindre réponse à ces situations complexes.

Pour finir, en écho aux « panthéonisations » de mercredi, j’aimerais citer un petit extrait, le tout début et la toute fin, du discours prononcé par Pierre Brossolette le 18 juin 1943 à l’Albert Hall de Londres pour rendre « Hommage aux morts de la France combattante »  (merci à François Miclo qui l’a porté à ma connaissance) :

« L’Histoire de notre pays n’est qu’une suite de prodiges qui s’enchaînent : prodige de Jeanne d’Arc, prodige des soldats de l’an II, prodiges des héros de la Marne et de Verdun, voilà le passé de la France. (…) Ce qu’ils(= les morts de la France combattante) attendent de nous, ce n’est pas un regret, mais un serment. Ce n’est pas un sanglot, mais un élan. »

En 1943, Pierre Brossolette n’avait certes pas idée des développements européens qui suivraient la seconde guerre mondiale. Quand il dit que les morts de la France combattante attendent de nous un serment et un élan, il pensait certainement plus à la promesse de continuer le combat pour en sortir vainqueur face au nazisme. Mais il n’est pas interdit d’y lire aussi le désir d’une Europe sans conflit, unie et réconciliée. Dans une lignée de prodiges guerriers, il arrive parfois qu’on se trompe en prolongeant les courbes. Avec la construction européenne, voilà que nous tombons sur un point d’inflexion proprement prodigieux. Je ne crois pas exagérer en disant que c’est un exemple, unique dans l’Histoire, d’abandon de souveraineté librement consenti. Pour moi, ce n’est pas la malédiction de l’Europe, c’est le prodige de l’Europe.

Source : Le prodige de l’Europe | Le Blog de Nathalie MP

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Les sénateurs puisent dans leur réserve et distribuent du petit « blé »…

images

Le sénateurs, à leur tour, sortent enfin de leur réserve. Ils viennent de mettre « en ligne » leur discrète et ancestrale distribution de « petit blé ». Une manne financière qui circule dans des circuits longs et coûteux, pour, parfois, de surprenantes actions et d’étonnants bénéficiaires. Ainsi  ces 7.000 euros attribués par  Roland Courteau  à la commune de Saint-Paulet pour l’aménagement d’une maison des associations. Saint Paulet! qui recensait 182 habitants en 2012, sans doute tous membres de plusieurs « communautés » culturelles et festives… Ou ces 12.000 euros donnés à Expédition MED (Méditerranée en danger), une association de Lozère, évidemment au premier chef concernée… Je l’avoue à ma grande honte, j’ignorais, jusqu’à aujourd’hui, l’existence même de cet exemplaire village-citoyen audois, comme le caractère maritime et méditerranéen du département de la Lozère. Cela dit, trêve d’ironie – j’espère que l’on ne m’en voudra pas à Saint Paulet et Saint Chély d’Apcher! – et soyons un peu sérieux – tout en reconnaissant avoir complété mes connaissances géographiques. Je persiste à penser, en effet, que ce dispositif devrait être tout bonnement supprimé.

Deux regards « froids » sur la réforme des collèges…

imgres

Deux regards « froids » sur la réforme des collèges venant d’horizons politiques différents. Rationnels, intelligents et nuancés ils nous sortent des controverses où se mêlent intérêts idéologiques, politiques et corporatistes…

L’actuel projet de réforme des collèges a entraîné de vives polémiques qui sont vite montées aux extrêmes. « Entreprise de démolition collective, d’obscurantisme et de haine de soi-même », déclare Bruno Lemaire (Le Figaro, 9/10 mai). Rien que cela ! La droite, conduite par Nicolas Sarkozy en personne, en fait un objet de mobilisation. Mais la gauche syndicale est également divisée, le SNES rejoint les critiques du SNALC, alors que l’UNSA et le SGEN défendent ardemment la réforme. Les associations de spécialistes pointent les problèmes, qui la menace de la disparition de l’enseignement du latin et du grec, qui la place de l’allemand, qui les aberrations des programmes d’histoires, etc. Mais, d’un autre côté, les mouvements pédagogiques, et des mouvements de parents, comme la FCPE, regrettent la modestie des mesures proposées.

Bref, cet énième épisode de l’histoire des réformes de l’Education nationale, illustre, encore une fois, un travers français. Tout le monde ou presque s’accorde pour dresser un bilan préoccupant de l’état du collège, souligné suffisamment par les enquêtes internationales d’évaluation, et ce depuis une bonne trentaine d’années. Mais, au lieu d’examiner de manière rationnelle ce qu’il faut changer, et ce qui est aujourd’hui proposé, des critiques multiples dominent immédiatement, reflétant la diversité d’intérêts idéologiques, politiques, corporatistes, qui se mêlent vite étroitement, créant ainsi beaucoup de confusion, et, empêchant de distinguer les interrogations légitimes des controverses erronées et des instrumentalisations politiques blâmables.

La suite en cliquant ici: (Alain Bergougnioux)

Le collège a indiscutablement besoin d’une réforme. Les aspects positifs et négatifs du collège unique sont bien connus depuis maintenant quarante ans. D’un côté, on a assisté à un progrès démocratique important et à une élévation du niveau général de la population grâce à une scolarité commune jusqu’à seize ans. De l’autre, l’hétérogénéité des élèves n’a pas été prise en compte et l’on a peu fait évoluer une structure conçue au départ comme un « petit lycée » alors qu’elle doit parachever en réalité la consolidation des acquis commencée à l’école primaire. Le résultat est la marginalisation d’au moins 20% des élèves qui sortent du système sans bien maîtriser les savoirs fondamentaux et une crise de confiance qui affecte le système en son entier.

Si le diagnostic est globalement  partagé, le pronostic est plus discuté. La réforme du collège proposée par Najat Vallaud Belkacem procède d’une inspiration intéressante mais cette inspiration est dénaturée par une série d’éléments qui la troublent et même la contredisent.

La suite en cliquant ici (Jean-Michel Blanquer)  

Serais-je un « zombie-catho » selon Emmanuel Todd ?

imgres

La sortie de « Qui est Charlie ? », d’Emmanuel Todd, a provoqué une violente polémique dans les médias. Le premier ministre Manuel Valls, lui même, s’est cru obligé d’y participer en se fendant d’une tribune dans « le Monde » pour condamner le livre et son auteur. Maintenant que le reflux se précise, et après « décantation », si je puis dire, quels sont les thèses de cet auteur qui font encore tant scandale. Le mieux pour les connaître est de lire, et de le lire dans une interview donnée à « l’Humanité » où il expose sa pensée sur les manifestations du 11 janvier d’une façon aussi claire que concise:

On m’oppose que tous ces gens étaient dans la rue pour défendre la liberté, l’égalité, la fraternité. Mais, dans mon livre, j’écris clairement que le 11 janvier, toutes sortes de manifestants étaient là un peu par hasard, sans savoir vraiment pourquoi, émus par l’horreur de la tuerie du 7 janvier. La méthodologie statistique que j’utilise laisse tout à fait sa part à la liberté humaine. Les gens qui ont défilé dans les rues de Paris sur la base d’une émotion simple et saine peuvent se dire au pire que l’auteur de ce livre se trompe. Mais la fureur que j’entends autour de moi provient sans doute plutôt des autres, c’est-à-dire des gens qui ont été identifiés comme étant là pour de moins bonnes raisons…Mon livre a un rôle de dévoilement d’une réalité qui était cachée aux acteurs. C’est ce que je rappelle dans mon introduction en citant Marx, la fausse conscience, Durkheim, Max Weber… C’est un livre wébérien dans le sens où l’on doit révéler aux acteurs les motivations profondes de leurs actes, et je le fais avec des méthodes scientifiques banales. Avec le concept de « catholicisme zombie », je m’appuie sur une notion élaborée dans un autre livre, « le Mystère français » (1), écrit avec Hervé Le Bras. Nous avions constaté empiriquement, dans l’analyse des performances éducatives et des taux de chômage, la permanence de deux France (une laïque, républicaine, traditionnelle et une France catholique récemment passée à un autre type de laïcité). La culture actuellement dominante au Parti socialiste, avec sa bonne conscience, sort de la France catholique périphérique, jusqu’à très récemment de droite, autoritaire et inégalitaire. Elle a produit ce néo-républicanisme qui promeut une politique économique (dont l’euro) menant à des mécanismes d’exclusion, et qui conduisent eux-mêmes au développement de la xénophobie, arabophobie, puis islamophobie, puis antisémitisme. Les fondements culturels du néo-républicanisme socialiste sont ici dévoilés: c’est vraisemblablement ce qui produit un effet de fureur chez certains des individus concernés.

Articles récents

Narbonne ! Une si belle place aussi grossièrement fardée !

Narbonne ! Une si belle place aussi grossièrement fardée !

      C’était je ne sais plus quel jour de la semaine passée où un froid soleil magnifiait la place de la Voie Domitienne. Un couple dont la langue signalait une origine mani[Lire la suite]
Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier…

Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier…

      Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier, des martinets  signaient de noires arabesques. Plus bas, des hirondelles virevoltaient j[Lire la suite]
Mais qui parle enfin d'Europe !

Mais qui parle enfin d'Europe !

      Finalement l'Europe n'est pas le sujet de cette campagne électorale. Partis et Médias rejouent vainement la présidentielle. Et la seule question posée est qui de Macron ou [Lire la suite]
Grand Narbonne : Des élus et des poules…

Grand Narbonne : Des élus et des poules…

Aux aurores, fou rire, en apprenant que le Grand Narbonne, devenu « territoire d’industrie », alors qu’il n’en possède pas, se lançait dans une opération pilote : "adoptez deux poules et réduisez vos[Lire la suite]
Quelle aubaine pour le Grand Narbonne ! Vraiment ? Non !

Quelle aubaine pour le Grand Narbonne ! Vraiment ? Non !

          Quel titre, et quelle aubaine pour le Grand Narbonne ! 100 millions d'euros pour dynamiser son territoire et ses industries. Vraiment ? Non, évidemm[Lire la suite]
Sans titre : des notes venues en vrac… Quoique !

Sans titre : des notes venues en vrac… Quoique !

    Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, les deux militaires tués au Burkina Faso ont eu droit à un hommage national aux Invalides ce mardi 14 mai à 11 heures. Ils ont égalemen[Lire la suite]