Contre-Regards

par Michel SANTO

« Centre-ville en mouvement » ! Un indigne communiqué du PS narbonnais…

En haut, à droite, Alain Vogel. En bas, à gauche, Patrick Vignal et Alain Perea. En bas, à droite, Didier Mouly, Patrick Vignal, Robert Ménard

Sourire ce matin en lisant (article annoncé en première page et en bandeau !) dans mon journal local (le seul !) que Jacques Bascou ne serait plus candidat à rien et qu’il se concentrait désormais exclusivement sur les deux prochaines années le séparant de la fin de son mandat de président du Grand Narbonne. Sourire amusé car les lecteurs de ce blog en sont informés depuis le 11 janvier (cliquer sur le billet : On ne tire pas que les Rois chez les socialistes narbonnais…) ; comme ils le sont aussi (dans ce même billet) des ambitions et des petites manoeuvres de ceux qui depuis se positionnent pour lui succéder (à la mairie et à l’Agglo).

Sourire et coup de gueule ensuite, à la lecture du communiqué de presse du PS narbonnais (de ce qui en reste…), fustigeant le député de LREM Patrick Vignal, président de l’association d’élus « Centre-ville en mouvement » (il en fait le tour de France, des villes moyennes), d’avoir participé à un plateau TV organisé par FR3, dans le coeur des Halles de Narbonne. La raison de ce missile politicien : figurait parmi les invités de cette émission télé diffusée le dimanche matin, Robert Ménard, le maire de Béziers, aux côtés de celui de Narbonne, Didier Mouly, et de Pézenas, Alain Vogel ; et la présence, en « spectateur » engagé, d’Alain Perea, le député LREM de la Narbonnaise. Il se trouve que j’étais là, en voisin certes, mais aussi pour saluer Patrick Vignal, que je connais bien, et depuis longtemps, tout comme Alain Vogel, d’ailleurs. Alors, lire sous la plume du commissaire politique local ce genre d’ânerie (je suis poli !) : « LREM des députés Vignal et Perea commet une faute politique majeure dès lors qu’elle fait le choix sur Narbonne d’inviter le Front National dans ses réunions publiques », et laisser entendre ainsi que la télévision publique régionale serait aux ordres de nos deux députés (dans le choix des invités), ne pouvait me laisser indifférent ; tant cette foireuse accusation relève d’un genre en général réservé aux manipulateurs d’opinion oeuvrant aux extrêmes de notre offre politique nationale ; et comme si les dirigeants locaux du PS, avec ce mépris affiché envers les journalistes visés et les citoyens informés que nous sommes, voulaient nous administrer la preuve de l’effondrement intellectuel, moral et politique de leur parti depuis les dernières élections présidentielles et législatives [1]. Décidément, « la poutre travaille encore », et la mentalité et les pratiques des vieux partis n’en finissent pas de liquéfier les esprits [2]

[1] Je serai curieux de connaître la réaction de Monsieur Sainte Cluque (le candidat déclaré à la succession, pour le compte du PS, de Jacques Bascou) , à ce communiqué de sa section locale ; comme celle aussi des autres élus départementaux et municipaux…

[2] On comprend que Jacques Bascou, dans ce contexte, se retire, je le cite : « d’une « guéguerre politicienne rejetée par les électeurs », pour se situer dans le « long terme » (dont j’aimerais qu’il nous en précise le sens, pour l’heure bien obscur…)

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • camus thierry

    |

    Pour mémoire et tout le monde s’en souvient , surtout les gens de gauche , le deuxième tour des élections présidentielles ou nous avions à choisir entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen , à cette occasion Mr Chirac avait refusé le débat d’entre deux tours . Petit rappel pour donner mon sentiment , à côtoyer la Bête immonde (emprunt à Bertold Brecht) , l’extrême droite , on risque d’y laisser des plumes . Là ou vous avez raison Mr Santo , effectivement les politiques ne doivent pas être sectaires lorsqu’il s’agit de mettre en place une dynamique initié par le gouvernement ou le pouvoir local . Je garde en mémoire les deux projets portés par Mr Moynier , le PNR de la Narbonnaise et la mediatheque , le PS local avait farouchement combattu ce dernier au prétexte qu’il fallait déplacer la statue de Ernest Ferroul . Opposition stérile , en cherchant bien , je pourrai trouver des exemples dans l’autre bord : les sans-étiquettes de droite . Reconnaissons à Maitre Sainte Cluque une valeur , il n’a pas trahi contrairement aux inénarrables Mr Bascou & Mr Péréa .

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      J’attends sa réaction à ce communiqué. Va-t-il ou pas le valider ? Ses amis socialistes le placent dans une position très inconfortable : soit il s’en éloigne publiquement pour gagner en crédibilité, soit il les rejoint sur cette ligne et il perd avec eux toute capacité à rassembler… on peut donc voir aussi dans cette apparente banale affaire, un début de règlement de compte pour la conquête du pouvoir au sein du Ps Narbonnais dont l’enjeu est la prochaine municipale …

      Reply

  • fred

    |

    Bonjour Michel
    D’autant plus que j’ai assisté à la réunion de la Médiathèque sur ce sujet le vendredi précédent. Et que plusieurs acteurs locaux de la municipalité et de son opposition étaient présent aussi ce soir-là dans la salle.
    Réunion hyper intéressante, instructive et pragmatique.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

      Narbonne fut grande, capitale aussi d'une vaste province romaine. Elle ne l'est plus depuis des lustres et ne le sera plus jamais. Ce qui ne l'empêche pas d'honorablement t[Lire la suite]
Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

      Bon ! je ne vais pas en rajouter à la "déferlante" de féroces critiques qui s'abattent sur Laurent Wauquiez depuis sa désormais célèbre conférence donnée dans une "gran[Lire la suite]
Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

      À La fin des années 1970, Tout va mal dans la vie de Paul Auster. Son mariage se déglingue ; l’argent manque, l'inspiration et la force d’écrire des fictions, aussi. Il[Lire la suite]