Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Le « front républicain » en question!

« Le front républicain » fait débat dans la presse locale (le Midi Libre du 9 février 2015) entre les principaux candidats aux élections départementales, sur Narbonne en tout cas. À l’exception, cependant, de J’aime Narbonne (PS et alliés, encartés ou pas) qui, par la voix de Nicolas Sainte- Cluque, déclare son intention de faire barrage, au second tour, au candidat du FN s’il était opposé à un candidat UMP ou Nouveau Narbonne, et du parti de madame le Pen qui, comme d’habitude, refusera d’apporter « ses » voix à l’UMPS. Du côté de la droite locale, les points de vue sont plus variés. Jean Paul César prône le « barrage » au FN, à titre personnel, quant à Didier Mouly, il explique que si c’est « un candidat responsable, on peut appeler à voter pour lui. Sinon, il faut laisser les électeurs choisir. »

Responsable! Et nous voilà, après le « candidat le moins sectaire » de Fillon et le « ni-ni » de l’UMP, en présence d’un nouveau critère d’appréciation, qui déborde le champ politicien pour se placer sur un plan essentiellement moral. De ce point de vue, qui pourrait douter, une seule seconde, que les opposants et opposantes de monsieur Mouly, ceux du PS et de ses alliés, sur le canton qu’il brigue, ou ailleurs, ne soient pas des « personnes réfléchies, sérieuses, qui sachent peser le pour et le contre » , donc responsables, au sens donné par tous les bons dictionnaires?

Une position du maire de Narbonne, atypique et déconcertante, qui ne manquera pas de troubler les militants et élus de son mouvement. Ce n’est d’ailleurs pas la première! Ses « aller-retour » sur Sportfolio, l’école maternelle de Montplaisir ou le musée de la romanité (MURENA), voire le vibrant hommage rendu récemment à Marie-Hélène Fabre: « On a une bonne députée (PS)… Elle m’a impressionné… » montrent, soit une absence totale de « stratégie » et de « ligne politique », soit, au contraire, la volonté, après les départementales et les régionales de cette année 2015, de dépasser les clivages partisans pour nouer des collaborations plus opérationnelles avec ses opposants socialistes, notamment ceux qui président le Grand Narbonne. Le « couple » formé par Henri Martin, vice-président de l’Agglomération, et Christiane Théron, opposante « Moulyste » à ce même vice-président du Grand Narbonne, pour les départementales de mars, pourrait figurer et anticiper cette éventuelle trajectoire…

Cela dit, pour en revenir au « front républicain », les derniers résultats électoraux mettent en évidence que « L’idée qu’il puisse y avoir des « consignes de vote » est totalement dépassée, mais les partis continuent d’y croire, comme si les électeurs ressemblaient à des militants. » Cf cet article du Monde, bien documenté (ici)

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Spacegirl

    |

    Juste pour info, il manque les deux points pour le lien vers l’article du monde 😉

    http://

    Bonne journée !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]