Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Les sénateurs puisent dans leur réserve et distribuent du petit “blé”…

images

Le sénateurs, à leur tour, sortent enfin de leur réserve. Ils viennent de mettre “en ligne” leur discrète et ancestrale distribution de “petit blé”. Une manne financière qui circule dans des circuits longs et coûteux, pour, parfois, de surprenantes actions et d’étonnants bénéficiaires. Ainsi  ces 7.000 euros attribués par  Roland Courteau  à la commune de Saint-Paulet pour l’aménagement d’une maison des associations. Saint Paulet! qui recensait 182 habitants en 2012, sans doute tous membres de plusieurs “communautés” culturelles et festives… Ou ces 12.000 euros donnés à Expédition MED (Méditerranée en danger), une association de Lozère, évidemment au premier chef concernée… Je l’avoue à ma grande honte, j’ignorais, jusqu’à aujourd’hui, l’existence même de cet exemplaire village-citoyen audois, comme le caractère maritime et méditerranéen du département de la Lozère. Cela dit, trêve d’ironie – j’espère que l’on ne m’en voudra pas à Saint Paulet et Saint Chély d’Apcher! – et soyons un peu sérieux – tout en reconnaissant avoir complété mes connaissances géographiques. Je persiste à penser, en effet, que ce dispositif devrait être tout bonnement supprimé. Et ce pour deux raisons au moins. Commençons par la plus évidente : le coût exorbitant de sa distribution. Il faut savoir , en effet, que la réserve d’ un – ou d’une – sénateur , n’est pas une cagnotte remplie d’euros qui lui serait attribuée par le Président du Sénat, mais en un droit de tirage sur les Ministères compétents pour accorder les subventions souhaitées par nos parlementaires. Je vous laisse donc imaginer les procédures administratives, l’énergie et les frais de fonctionnement de l’Etat, pour affecter ces subventions. Une aberration administrative et financière d’autant plus coûteuse et opaque que l’immense majorité des « réserves » en question financent des opérations qui relèvent de la compétence des communes et des départements, principalement. Difficile donc de trouver mieux et de plus symbolique à éliminer dans la chasse aux dysfonctionnements de notre administration publique. Mais c’est sur le « fond » de ces pratiques au caractère  un brin féodal que je voudrais attirer l’attention. Comme chacun le sait, ou plutôt, devrait le savoir, un parlementaire n’a pas de mandat impératif : il ne représente ni un territoire, ni les électeurs qui l’ont élu, mais la Nation ; et son travail consiste à élaborer et/ou voter des lois et à contrôler l’action du gouvernement. Point! Or, distribuer, même indirectement, des subventions sur sa circonscription est évidemment  contraire à ce vieux principe républicain, pourtant appris dans toutes les facultés de droit. Un comportement et des pratiques qui  induisent nécessairement, dans l’esprit des électeurs, des soupçons de clientélisme – parfois, pour ne pas dire souvent, fondés . Il conviendrait donc, afin de mettre en conformité les us et coutumes de nos parlementaires avec les principes qui fondent notre démocratie, d’une part, et les souhaits présidentiels de clarifier, simplifier et supprimer les coûteux doublons administratifs, d’autre part, que les Sénateurs et les Députés envoient leur réserve dans le magasin des antiquités nationales . Tiens, et si Marie Hélène Fabre, ma députée, et Roland Courteau, mon sénateur, prenaient l’initiative d’une proposition de loi, ou de tout autre moyen, allant dans ce sens ? …

NB: Au total, les sénateurs ont distribué 56 millions d’euros de subventions dans tout le pays. Dans l’Aude, ce sont 334.121 euros qui ont été distribués dans le département par les sénateurs socialistes Roland Courteau et Marcel Rainaud, mais aussi par l’ancien président socialiste du Sénat, Jean-Pierre Bel.

Le Top 10 des subventions données par les sénateurs de l’Aude durant l’année 2014. Source l’Indépendant (ici)

20.000 euros : Tournissan (tractopelle) attribuée par Rainaud Marcel

12.000 euros : Villegly (extension des installations sportives) attribuée par Courteau Roland

12.000 euros : Expédition MED (Méditerranée en danger) association de Lozère par Courteau Roland

10.000 euros : Peyrens (mise en accessibilité de la salle polyvalente) par Rainaud Marcel

10.000 euros : Roquefère (mise en sécurité et la restauration du calvaire situé route de La Bastide) attribuée par  Rainaud Marcel

10.000 euros : Villanière (réfection des voies communales de La Farenque et de Peyraret)attribuée par Rainaud Marcel

10.000 euros : Laroque de Fa (aménagement et la sécurisation de la RD613)attribuée par Rainaud Marcel

9.000 euros: Mirepeisset (aménagement et la mise aux normes d’accessibilité et de sécurité de l’accueil de la mairie) attribuée par Courteau Roland

7.000 euros : Plaigne (réalisation de travaux de voirie et de mise en accessibilité dans le coeur du village) attribuée par Courteau Roland

7.000 euros : Saint-Paulet (aménagement d’une maison des associations) attribuée par Courteau Roland

Mots-clefs : , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    Didier

    |

    Et pas un sou pour soutenir l’existence de ton blog….!!!

    Reply

  • Avatar

    Raynal

    |

    Dieu soit loué… (on ne peut l’acheter, ce n’est pas Sepp Blatter….)….Mais j’ai bien aimé aussi Laroque de Fa et ses aménagements routiers de sécurisation…..Il a du passer là bas quatre voitures depuis l’arrêt de la diligence….Je suis heureux que l’on se préoccupe ainsi de la sécurité de leurs occupants…..

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandises, le mê[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :