Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. Nos élus aiment les chiffres, pas les comptables…

ambition

Conférence de presse de Jacques Bascou rapportée par Laurent Rouquette dans l’Indépendant de Jeudi 18 Septembre (1). Titre: « Un budget sain pour le Grand Narbonne ». Soit! Mais on apprend dans le texte que ce qui est  présenté comme une maîtrise de la masse salariale est en réalité une absence de contrôle des charges de personnel. Curieuse maîtrise, pour un vrai relâchement! Elles augmenterons en effet de 4% – 1% pour le recrutement, 3% pour des hausses de traitement, mécaniques. Et Jacques Bascou de justifier ainsi cette hausse: « le personnel, ce sont des services au public qui ne peuvent pas être réduits de manière uniquement comptable ». Autrement dit, les services au public étant par nature en croissance constante, pour ne pas dire infinie; et les élus n’ayant pas de comptes publics à rendre à leurs administrés, n’étant pas des comptables, les charges de personnel ne sauraient qu’augmenter. Problème! Les communes membres du Grand Narbonne raisonnent de la même façon et augmentent elles aussi leurs dépenses de personnel, bien que les 3/4 des compétences et des agents qui vont avec aient été transférés à l’Agglo. Cherchez l’erreur! Là est le vrai dysfonctionnement. La Cour des Comptes ne cesse pourtant d’alerter sur cette dérive, mais rien n’y fait. Tout se passe comme si la crise des finances publiques n’existait pas. Ou plutôt n’existait que dans l’esprit de vulgaires comptables. Ceux de la Cour des comptes évidemment. Les politiques s’exonérant de ce souci, pour ne s’intéresser qu’aux seuls « besoins des populations ». Avec le résultat que l’on sait. Au plan national, et au terme, loin d’être achevé, de 30 ans de déficits budgétaires, le montant de nos impôts directs ne couvrent même plus le remboursement de la dette… Mais pour en revenir à cette conférence de presse et aux chiffres présentés eux de manière positives et forcément sans perspective comptable – un oxymore! – j’ai retenu, outre ces 4%, cette équivalence entre les 20 Millions d’euros injectés dans l’économie locale et 570 emplois. Équivalence à laquelle je n’ai rien compris. Je l’avoue! Par manque de connaissances comptables, sans doute. Serait ce donc que l’Agglo aurait créé, et /ou maintenu les-dits emplois; que le nombre de chômeurs aurait diminué d’autant, sans que Pole Emploi s’en rende compte? Et pourquoi pas, tant que nous y sommes, s’arrêter en si bon chemin et ne pas rajouter les 436 employés du Grand Narbonne pour mesurer l’impact de sa politique sur l’emploi local, ainsi que ceux des communes membres… Ah! ces chiffres, quand on les manipule sans souci comptable, leurs effets sont éblouissants tout de même. Aveuglants! Comme ceux du lancement par la Ville de Narbonne, en coopération avec la société Gérard Bertrand, d’une cuvée Narbo Martius. Une campagne de « com » (2) au coût affiché de 60 000 euros, mais qui revient probablement au double si on y ajoute les prestations internes de la Ville… Nos élus aiment les chiffres, pas les comptables!


(1) et (2) Articles de Laurent Rouquette

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio