Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne: Sortir par le haut du conflit Grand Narbonne-Ville de Narbonne, une nécessité!

Unknown

Lors du dernier conseil du Grand Narbonne, Monsieur Malquier  a quitté théâtralement la salle en invoquant  l’illégitimité de Jacques Bascou tout affirmant vouloir être « à l’origine des projets ( sur la ville de Narbonne), les piloter… » et partager « … l’exécutif, afin que chacun participe en fonction de son expertise. » Passons vite sur « l’expertise »! Si elle ne dépendait que de la seule appartenance d’un conseiller communautaire à une commune cela se saurait. Pourquoi donc, le maire de Marcorignan, monsieur Laffon, ancien de la SNCF, serait-il moins compétent que, monsieur Malquier, adjoint du maire de Narbonne, professionnel de l’immobilier, pour s’occuper des transports en commun du Grand Narbonne, par exemple? ( faut bien sourire un peu! ) Quant à vouloir piloter des projets, ce serait comme demander au Président de la Région de céder la maîtrise d’ouvrage de son musée de la romanité au Maire de Narbonne … Cela ne tient pas debout ! Et que dire de l’argument avancé par d’autres, selon lequel, les narbonnais seraient « spoliés » au motif qu’ils « paieraient » sans droit de regard sur la gestion du Théâtre ou du Conservatoire, pourtant situés sur leur territoire . Mais que penser alors du contribuable Nouvellois ou Gruissannais qui lui aussi les paie alors qu’ils n’en voit ni les portes ni les fenêtres. Ou de ceux qui, n’étant pas parisiens, contribuent au fonctionnement et à l’entretien de l’opéra Bastille? Et de vous et de moi , enfin, qui finançons le « Palais de justice de Narbonne », sans que Didier Mouly ait un droit de regard sur sa gestion. Non , tout cela n’est pas très sérieux ! Il existe des niveaux de compétences et de gestion clairement identifiés et hiérarchisés, ils disposent de moyens, de ressources et de charges  propres, à chacune de ces collectivités de les exercer dans la plénitude de leurs droits et … de leurs responsabilités. Point ! Vient ensuite dans ce procès en illégitimité, les conditions dans lesquelles aurait été élu Jacques Bascou. Stratégie de « revanchard » ai-je même entendu, au motif que battu en tant que maire sortant ( mais élu conseiller communautaire ! ) il se serait présenté à la présidence du Grand Narbonne , pour la gagner et refuser ensuite, par vengeance et intérêt partisan, d’attribuer une vice-présidence à Didier Mouly, notamment. Tiens donc! Mais qui a cru, en suivant les conseils peu avisés  de monsieur Cribaillet, maire d’Ouveillan, qu’il pouvait affronter le président sortant du Grand Narbonne et gagner  . Dès lors que cette stratégie perdante était lancée, difficile ensuite  de revendiquer une juste place au sein de l’exécutif? Il eut été plus beaucoup plus habile en effet  de prendre acte du rapport des forces réel et de négocier à froid un contrat sur la mandature avec un partage équitable des responsabilités? Que l’on m’entende bien, dans ce débat, mon intention n’est pas de dédouaner Jacques Bascou de toute responsabilité. Après tout, il aurait pu être à l’initiative dans cette construction politique collaborative avec Didier Mouly et éviter ainsi une lutte sans concessions entre les deux parties. Mais on ne refait pas l’histoire. Dont acte ! Et qu’on en finisse enfin avec ces procès en illégitimité qui ne reposent sur rien et débouchent sur du vide, pour simplement constater que cette situation de blocage politique ne  peut plus durer et qu’il importe d’en sortir au plus viet par le haut et le plus dignement possible. Il en va de l’intérêt de tous. Sur Narbonne, par exemple, de gros chantiers nécessitent en la collaboration au plan technique, programmatique et politique des deux parties. Impossible sans cela d’engager la rénovation du quartier de Bourg, par exemple – le logement social et le pouvoir de préemption dans ce domaine étant de compétence Grand Narbonne. Que faire dans ces conditions? Faire semblant de s’opposer sur la scène politicienne et travailler de concert au plan technique ? Les électeurs ne se laisseront pas prendre à ce petit jeu hypocrite! Croire en un renversement de majorité bloc à bloc à l’occasion du vote du prochain budget? Illusoire! Espérer une grossière faute de gestion de Jacques Bascou qui permettrait à certains éléments de sa majorité de prendre des initiatives et de l’autonomie? Il le sait,  et fera tout pour s’en garder. Parier sur les prochaines régionales fin 2015 et la volonté de Codorniou de ne plus subir les attaques du PS et de ses leaders audois en s’y engageant sous l’étiquette du PRG? Une hypothèse fort peu probable, mais qui mérite d’être posée. En dernier lieu ne reste plus qu’à parier sur un sursaut fondé sur la seule « bonne volonté » des acteurs en présence. Un voeux pieux, me dit-on! D’autant que les cantonales et les régionales de 2015, il est vrai, ne vont pas contribuer à détendre les esprits … Eh bien, au risque de faire preuve d’une grande naïveté, et parce que nous n’avons pas, pour l’heure, d’autres choix, parions sur elle et sur le sens des responsabilités de nos décideurs locaux … Il nous reste trois mois avant Noël!

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Ingrid

    |

    Bonjour Michel,

    Bien d’accord avec vous sur ce point : Jacques BASCOU pouvait très « légitimement » être candidat à la présidence de l’Agglo, puis élu.

    Mais comme vous le soulignez à la fin de votre billet, surtout au regard de sa défaite sur la ville principale, il eût été « intelligent » de rassembler autour de lui toutes les compétences et les diverses sensibilités politiques.

    Mais il paraît évident que l’on ne peut demander à Jacques BASCOU d’avoir un minimum de …… hauteur de vue et de sens du bien commun.

    Reply

  • DUCALME

    |

    Bonjour Michel ,

    Il n’y a qu’une solution…Michel Santo en conciliateur et , surtout , en  » magister  » de tous ces élus totalement ignares des délégations qui leurs sont confiées dans ce grand enchevêtrement et répartition de mandats qu’eux-mêmes ou leurs amis politiques ont voté !!!

    qu’eux-mêmes ou leurs amis ont voté

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Aïe! Tiens en voilà une bonne idée … Allez je monte un Comité des Sages

      Reply

  • Pibouleau

    |

    « SANTO PRESIDENT » ça sonne bien

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

Histoire de Géo : Madame Delga et monsieur Saurel "se chauffent" sur les ondes...

      En pleine semaine d'un mois d'août caniculaire, madame Delga et monsieur Saurel se chauffaient sur les ondes, tandis que le pékin moyen, résident permanent ou pas de ce[Lire la suite]
Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

Il faut avoir lu beaucoup de livres pour savoir ceux qui en valent la peine…

          C'est le rituel de tous mes matins, avant toutes choses et parfois même avant ma première tasse de café : prendre un ou deux livres du "premier rayon" d[Lire la suite]
Café du matin, place de l'hôtel de ville...

Café du matin, place de l'hôtel de ville...

    "Je ne fumerais pas, je ne lirais pas ni n'écrirais, j'attendrais. Ou je me réciterais du Laforgue, en cédant sans scrupule à ce penchant qui exige qu'en toutes choses, je mê[Lire la suite]
#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

#Whitegaucho, le symptôme d'une gauche en crise d'identité intellectuelle et politique...

  Depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux sont mobilisés par les promoteurs du hashtag #Whitegaucho, pour stigmatiser une "gauche blanche" qui voilerait (c'est volontairement que j'utili[Lire la suite]
Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

Quand la "vidéosphère" dépolitise les sujets – nous ! – en présidentialisant les thèmes…

                Quand, en ce mois d'août caniculaire, j’ouvre Facebook, notamment, j’ai l’impression que tout tourne autour de la figure d[Lire la suite]
L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

L’inégalité des chances en France est d’abord une inégalité des chances éducatives...

                  Pendant que les médias et la classe politique en "font des tonnes" sur la pseudo affaire d'État Benalla, paraît [Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :