Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique du Comté de Narbonne.

narbonne4

Mercredi 19 décembre de l’an 2012

Bonjour mon oncle !

En avril  ( ce n’était pas le premier ! ) , c’est un patelin père Noël que les Français choisirent pour gouverner ce pays ; ils découvrent en décembre ( ce n’est pas encore le 25 !) un papelardesque Père Fouettard. De Gouda voulait faussement réenchanter leurs rêves pour bourrer réellement les urnes, il leur serre désormais la ceinture pour emplir hardiment ses caisses . La fin du monde « bienheureux et sans efforts pour tous » qu’il promettait , a bien eu lieu, mon oncle ! La prédiction des Mayas est donc  confirmée et de facétieux gazetiers annoncent déjà, à Bugarach, de François, la prochaine arrivée. Y seraient officiellement célébrer le vote du pacte budgétaire Tarkoly-Tankel, l’instauration de taxes prétendument  sociales, la poursuite de l’éradication de bidonvilles Roms, la fermeture des fours de Florange… et autres diverses « catastrophes » que son prédécesseur « ordonnait et que la meute médiatique stipendiait. Cette façon de faire le contraire de ce qui avait été promis, à la manière de l’antique sieur du Mollet, ne pourrait être glorifiée ailleurs que dans ces Terres d’Aude où vivent pépèrement d’innombrables « têtes plates » surabondamment administrées, si j’en crois les nouvellistes autorisés. Nous serions en effet les champions du royaume quant au nombre de fonctionnaires par sujet, mon oncle ! des fonctionnaires de surcroît majoritairement rosiens, alors que nous détenons le record du nombre d’habitants dispensés de capitations pourtant nécessaires à leur entretien. Mais comment donc est ce possible ? Une étrange situation qui n’est d’ailleurs pas sans me rappeler celle que me décrivit tantôt ton ami sicilien Fanfani. Ici aussi, en effet, les comtes et les marquis ont pour spécialité d’aller chercher des subsides dans d’autres bourses et de recruter une pléthorique domesticité. Des gardiens de château aux aides de camp, nombre de familles et de clans en présentent, qui savent, le moment venu, en remercier leurs généreux commanditaires. Bugarach, te disais-je, est donc assiégé par des armées gazetières pour, à la fin du monde, la vraie, assister : et ce au désespoir de son premier consul qui, aujourd’hui, parle  « d’insupportable utopie ». Il regrette que la presse jamais n’évoque les merveilles de son microscopique comté en citant pêle-mêle ses orchidées et son « petit batracien exceptionnel qui vit ici grâce à l’excellente qualité de son eau ». Comme notre roi de Gouda, après une intense campagne de mystification, le voilà revenu à de triviales préoccupations domestiques dans un environnement tout aussi fragile pour sa grenouille, qu’il l’est pour l’ensemble du royaume, ses fabriques et ses sujets. Mais pour divertir le bon peuple, l’enfumer et lui faire oublier toutes les promesses prodiguées, on tente de fixer ses idées sur le mariage pour tous, quelle que soit sa sexualité. Cette affaire serait ainsi le marqueur du parti du progrès et de l’humanité !!! Mais je ne suis pas sur que ce soit suffisant pour anesthésier ce qui reste de bon sens dans les villes et les comtés.

Je ne commenterai pas tes remarques sur Couillon et Flippé, mon oncle. Comme toi je les trouve pathétiques et ridicules, et crains fort qu’ils ne soient définitivement « cramés », comme subtilement le chante Gainot. Encore que l’époque brûle vite le temps et la mémoire. Dans deux ans, qui se souviendra de cette pitoyable tartarinade ? Ah! ceci aussi pour satisfaire ta curiosité sur la vie dans ton cher Comté de Narbonne. Hier, le Tirelire en  faisait sa une! Une dame, qui travaillait à la communication  du sieur Lemonyais, relate, dans une longue lettre reproduite par cette gazette, comment, par le sieur Labatout, elle a été licenciée. Sa lettre est précise et argumentée quant aux moyens qui auraient été utilisés. On ne peut que se désoler, mon oncle, qu’on puisse arriver à ce genre d’extrémités. En toute situation, il convient de sauvegarder la dignité des personnes ; et l’élégance et la courtoisie devraient toujours présider aux relations humaines, surtout quand un conflit vient en perturber le cours. Que cela soit difficile, j’en conviens ! Il m’arrive, sans doute, malgré l’extrême attention que j’apporte aux mots, de manquer moi aussi à ce devoir que j’exige d’autrui. Voilà pourquoi je ne m’offusque jamais des précieuses, et parfois blessantes, observations qui me sont faites à ce sujet. Pour le jour de Noël, mon ami Jacques a préparé un joli conte dédié à ses petits enfants. Loin de ce monde, c’est de sa vérité dont il parle, point de sa fin. Je te l’enverrai par le prochain courrier. Il est tard à présent! Je t’embrasse, mon oncle ! 

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]