Contre-Regards

par Michel SANTO

Déchéance de nationalité: déchéance de crédibilité, pour tous…

 

decheance-de-credibilite


“C’est donc bien une mesure symbolique et contre ce symbole que s’insurgent les bons esprits. Sauf que 94% des français sont pour! Bref, au mieux symbolique, au pire inutile… De la tactique politique, assurément!” Je concluais ainsi un de mes rares billets consacrés à cette déchéance de nationalité voulue par François Hollande et son gouvernement. Hier, le même abdiquait. Fini les débats houleux au sein de son propre camp et de sa majorité. La droite sénatoriale refusant de voter un texte identique à celui approuvé par l’Assemblée, la tenue d’un éventuel Congrès afin de réviser la Constitution ne pouvait plus être envisagée. La responsabilité de cet échec est évidemment imputé par le chef de l’État à la Droite, ce que personne, même dans les médias plutôt favorables à la Gauche, n’invoque tant “la défausse” est évidente. Cela dit, une grande majorité des Français l’approuvant, c’est à toute la classe politique que va être fait désormais le procès en  crédibilité. À un an de l’élection présidentielle, pouvait-il en être autrement? Hélas, non! Postures et jeux de dupes, n’ont échappés à personne, en effet. Décidément, il règne une “drôle de guerre” politique et idéologique dans cette France de 2016. De tout le spectre politique institutionnalisé, rien de ce qui en émane n’imprime – si je puis dire – dans l’opinion. Et tout semble en attente d’un évènement qui ferait éclater cette “énorme bulle sociale” emplie de frustrations et de mécontentement de toute nature. Ce matin, je n’y puis rien, rôde dans mon esprit cette funeste pensée: “qu’adviendrait-il, si, dans quelques mois, se produisait sur notre sol un nouveau Bataclan?”

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    POLO

    |

    Surtout ,Michel Santo, si leurs auteurs ne nous étaient pas connus alors qu’ils auraient pu nous être signalés avant. En effet nous avons ferme notre ambassade, rompus les relations diplomatiques, refusés toute communication d’informations d’un pays dans lequel tout se cristallise .
    Pauvre France

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :