Contre-Regards

par Michel SANTO

Jeux de « dames », à Narbonne, pour les prochaines municipales ?!

Les joueurs d’échec. Le Caravage.

Dans le microcosme narbonnais, si les pièces principales du jeu politique des prochaines municipales sont en place, les conditions de son exercice ont profondément changé.

Du côté de Nouveau Narbonne (NN), il est désormais acquis que, contrairement au tour précédent, il n’y aura pas de liste concurrente à droite menée par LR. La seule menace de ce côté-là de l’échiquier pourrait venir d’un parachutage d’un candidat du parti de madame Le Pen au profil « policé », si je puis dire ! Dans la foulée des « européennes », qui s’annoncent favorables pour le RN, et sur un terrain déjà largement acquis à ce vote, l’hypothèse n’est pas farfelue et Bertrand Malquier, le secrétaire général de NN, à raison de la prendre au sérieux. Le fait que les « narbonnais » ne regardent pas le maire voisin de Béziers, comme un extrémiste de droite, l’apprécient même – un constat fait empiriquement ! – le démontre. Sur son aile centriste et macron-compatible, enfin, des signes d’émancipation et de participation au prochain débat municipal sont émis par des proches de madame Granier-Calvet, l’ancienne adjointe démissionnaire de Didier Mouly. Elle a soutenu, et soutient LREM, sa personnalité et son expertise en urbanisme, notamment, sont appréciées – en même temps ! – à droite et à gauche.

Du côté PS et « J’Aime Narbonne » réunis et des autres composantes de la gauche, par contre, c’est le grand flou. La seule certitude est la mise sur orbite du premier opposant : Nicolas Sainte-Cluque au maire sortant, Didier Mouly. Avec déjà une ligne de fracture nette entre le candidat déclaré du PS  et le reste de la gauche (le PS n’y est plus en position d’hégémonie), comme au sein de son propre parti. Madame Catherine Bossis, conseillère générale socialiste, elle aussi, et vice-présidente du Conseil Départemental, a, en effet, clairement fait savoir qu’elle ne se retrouvait pas dans la démarche de son collègue Sainte-Cluque, et qu’elle ne saurait donc la, et le, soutenir. Dès lors la question se pose de savoir si elle ira jusqu’au bout de sa volonté de « rassemblement  entre personnes venues d’horizons divers… » jusqu’à être, elle-même, candidate – et avec qui ! Macron compatible, d’un esprit ouvert et jouissant de l’appui de proches et d’amis sûrs au Parti Radical, comme le maire de Coursan et le premier vice-président de la Région, Didier Codorniou, notamment, elle n’est pas sans atouts. Mais, sa prise de risque serait cependant très élevée : tout perdre de ses responsabilités présentes au PS, pour une victoire incertaine en 2020…

Finalement, les deux profils de Mesdames Granier-Calvet et Bossis convergent bien, objectivement, vers une offre politique commune (hypothétique, certes) qui pourrait obtenir le soutien de LREM. Je me suis laissé dire que ce genre d’idée n’était pas, comment dire ! absent de leurs propres réflexions sur l’avenir de notre petite cité… Il trotte aussi dans l’esprit d’autres !

À suivre !

Mots-clefs : , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]