Contre-Regards

par Michel SANTO

La peur de l’enfer du réchauffement climatique peut elle sauver notre planète?

 

Une étude du cabinet d’analyse BL Évolution présente les mesures concrètes à mettre en œuvre en France pour qu’elle s’aligne sur une trajectoire de réchauffement de 1,5°C, et donc diminuer de 63% les émissions de CO2 entre 2017 et 2030. Une liste très impressionnante : interdiction de vendre des véhicules neufs, interdiction de la publicité en ligne, limitation à 1 kilo de vêtements neufs par an et par personne, contingentement du café, du thé du chocolat, des fruits exotiques et de la viande, interdiction de tout vol hors d’Europe non justifié, suppression des vols intérieurs, couvre-feu thermique entre 22 heures et 6 heures, interdiction du chauffage au fioul en 2026, constructions neuves exclusivement en collectif avec une surface par habitant maximum de 30m2, normalisation de la location etc. Les organisateurs de la grève de l’école vont plus loin et exigent même que nous divisions par quatre notre consommation énergétique – ce qui la situerait entre celle du Nigéria et de l’Égypte ! Ne plus faire d’enfants (de futurs consommateurs), pour diminuer l’empreinte carbone des ménages de demain serait tout aussi nécessaire. Bref , la solution idéale serait que la France devienne une immense maison de retraite, un pays de vieux sous antidépresseurs attendant la fin du monde ! C’est ça ou on brûle, nous disent les « marcheurs du climat » (collégiens et parents réunis). Sauf que la France c’est 1% de rejets carbonés et que sa disparition de la surface du globe ne diminuerait pas la quantité de chaleur produite dans le monde entier – principalement en Chine, Inde, Russie, États-Unis et Japon. Dès lors se pose une question simple : comment obliger ses États à appliquer des mesures qu’on exige en France – jusqu’à intenter un procès en responsabilité du gouvernement. La réponse est évidemment dans la question. Il ne s’agit pas de nier l’urgence climatique, bien sûr. Mais faire croire que l’on sauvera la planète en prêchant la peur et la mort dans l’enfer du réchauffement tout en promouvant des solutions irréalistes, loin de faire progresser les esprits ne peut que les enfermer dans le doute et la résignation. Voire les entraîner dans une forme de dépression collective. Comme si nous avions besoin de cela dans ce moment de notre histoire collective !

PS : J’habite dans un petit immeuble en centre ville, me déplace à pied, fais mes courses en privilégiant les circuits courts, ne prends jamais l’avion, ni ne vais sur les mers en croisière ; ne pratique aucun sports d’hiver ; fais méthodiquement mon tri sélectif ; économise l’eau, mange très peu de viande etc. 

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    POURCHERON

    |

    Bonjour, Ne suis pas tout à fait d’accord avec votre vision des choses. La Chine a une population 20 fois supérieure à la France, et surtout fabrique une grande partie des produits que nous achetons à bas prix !
    Nous leur avons transféré une bonne partie de notre pollution puisqu’à présent les usines sont chez eux
    Consommer mieux et moins, (acheter de la meilleure qualité, mais moins souvent, surtout pour les vêtements, arrêter d’acheter des fantaisies à chaque changement de saison, fabriquées par des ouvrières sous payées). Imposer peut-être au niveau Européen, des normes qui respectent nos normes sociales et environnementales, ce serait aussi une bonne façon de relocaliser des emplois, tout en réduisant l’impact des transports maritimes largement impliqués dans la pollution mondiale.
    Il ne s’agit pas de devenir dépressif, et de se priver de tout, mais de changer de mode de consommation, car plus nous attendons, plus le changement devra être drastique. Si nous avions suivi les conseils de René DUMONT, dès les années 1970, tout se serait fait en douceur, nous n’en serions pas là. Je dis souvent, notre meilleur bulletin de vote, c’est notre carte bleue. Ce n’est pas que la faute des autres ou de nos gouvernants, nous avons chacun, individuellement, une responsabilité.
    Bien à vous.
    Mathilde

    Reply

  • Avatar

    cetace-jovial

    |

    je cite MICHEL SANTO “PS : J’habite dans un petit immeuble en centre ville, me déplace à pied, fais mes courses en privilégiant les circuits courts, ne prends jamais l’avion, ni ne vais sur les mers en croisière ; ne pratique aucun sports d’hiver ; fais méthodiquement mon tri sélectif ; économise l’eau, mange très peu de viande etc. ” ET J’AJOUTE: et je respire tous les jours les fumées qui s’échappent des 36 cheminées de la plus grande usine de conversion d’uranium au monde.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Pas du tout ! J’habite une région très ventée qui expédie ces nuages par delà la Méditerranée tandis que le Président de Rubresus, notamment, habitant à Armissan, respire l’équivalent en dioxine sortant des pots d’échappement de voitures et camions circulant sur la portion d’autoroute entre Narbonne et Beziers. Curieusement vous n’exigez pas l’interdiction de circulation sur l’A 9. C’est irresponsable ?

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :