Contre-Regards

par Michel SANTO

Le Grand Narbonne ! Du candidat joker ou fantôme , jusqu’au retrait de Didier Mouly ?

Le Grand Narbonne ! Du candidat joker ou fantôme , jusqu'au retrait de Didier Mouly ?
Comme tous les matins, je vais acheter mon pain, fais un petit tour aux Halles et les quitte en achetant au passage le Midi Libre. Pas tous les jours ! C’est sa ” Une ” qui m’y a incité hier : “Mouly prêt à ne plus briguer la présidence de l’agglo ” , et l’annonce d’un candidat joker . Dans ce papier, on trouve à peu près tout ce que j’expose depuis déjà quelques temps en oubliant ce que j’annonçais avant-hier, que je confirmais hier soir, et re-confirme encore ce jour, à savoir que la présidence de Jacques Bascou était acquise depuis belle lurette et que son exécutif élargi de 15 vices-présidents associant littoral , ruralité et ville centre, l’était depuis deux jours … Donc, de candidat joker il n’y a pas ! Et il ne peut y en avoir : ils sont tous dans les mains et le jeu de Bascou, y compris et surtout celui, ou celle, correspondant au portrait en creux dessiné par le maire de Narbonne – et dont je tairai ici , évidemment, le nom : il n’y en a pas trente six, deux peut-être ! Mais peut- être pense-t-on à quelqu’un d’autre : un candidat ou candidate fantôme ! Mais là on n’est plus dans l’analyse et la stratégie politique . C’est de fantasmagorie dont il s’agit … L’indépendant de ce Samedi, lui, acte aussi ce que j’ai annoncé il y a trois jours, le bouclage d’une majorité élargie autour de Jacques Bascou et informe ses lecteurs d’une rencontre Bascou-Mouly . Prévisible ! Jeudi, je le rappelle, je notais dans un billet consacré à ce sujet : ” … le Grand Narbonne ne peut fonctionner que sur la base d’un consensus politique et territorial. Depuis sa naissance et la Présidence de Michel Moynier jusqu’à celle de Jacques Bascou, toutes les grandes décisions ont été prises à l’unanimité … Il ne peut pas en être autrement pour l’avenir de ce grand territoire et de ses diverses composantes … ” . Tout cela annonce pour Mardi, un choix simple pour Didier Mouly : soit il se présente et il est largement battu et se retrouve dans une opposition claire, nette ; soit il ne se présente pas , ne participe pas au vote et manifeste ainsi sa volonté de travailler de concert avec Bascou . Un scénario que l’on peut trouver étrange, mais qui me paraît le seul capable d’exprimer symboliquement une volonté de partenariat constructive , dans l’intérêt conjoint de Narbonne et du Grand Narbonne … On devine ma préférence

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio