Contre-Regards

par Michel SANTO

Le nouvel ordre moral.

Extrait du “Le nouvel ordre moral” par Christophe Carraud, qui signe, hélas !, le dernier numéro (le 47) de la Revue Conférence :

“De même que la propagande va avec le repli (des années noires et anciennes l’ont suffisamment démontré), la tolérance s’accompagne sans coup férir de la chasse aux sorcières. Pas de liberté pour les ennemis de la liberté, comme chacun sait. Que la conséquence en soit le règne de la contradiction, qu’importe ; il suffit que celle-ci soit ludique et libre à son tour. Et du reste, l’individu « l’assume », selon le terme consacré : le tour est joué. Voilà toute une tradition du droit civil passée à la trappe, sur laquelle vient peser de son vaste séant la loi du plus fort, c’est-à-dire de l’opinion dite dominante par les instruments de propagande.

S’étonne-t-on que le président du Comité Consultatif National d’Éthique dise sans sourciller « Je ne sais pas ce que sont le bien et le mal » (sic), et que le Conseil National de l’Ordre des Médecins lui emboîte le pas en proclamant que « l’Ordre ne doit pas être une instance moralisatrice face à une demande sociétale » — à la trappe, le perplexe ! On n’arrête pas si aisément les grands inquisiteurs. Il est vrai qu’ils ont pris soin de s’interroger, par défaut, sur le « bon » et sur le « mauvais », dans la plus pure tradition utilitariste : au service de quoi ? « Science », laboratoires, affaires ? La question est déplacée, ce serait faire preuve de mauvais esprit. « Sociétale », maître mot. Exprime-t-on quelques réserves à l’endroit des ondes (nationales et publiques) servant fidèlement la soupe, cooptation et police de la pensée aidant, à la tolérance sous forme exclusive des LGBT(QI+) — le + signalant le droit de principe à tous les possibles non encore imaginés — à la trappe, ennemi de la liberté ! Imaginons ce qui se passe si l’on avance que le « désir d’enfant », en pareils cas, revient à signer un blanc-seing aux technologies les plus discutables, et signale ce qu’en d’autres temps on eût appelé une « collusion objective » avec l’état marchand du monde et sa réification ; ou si l’on précise que le propre du «désordre», c’est de manier les notions les plus brumeuses et pourtant factuelles (nature, culture) selon la guise exclusive de ses intérêts propres, et donc de vider ces notions de leur sens afin de les remplir de celui qui nous arrange, le déni de réalité tenant lieu de réalité ? ou que la question est essentiellement de savoir quelle forme on donne à la vie en société, qui soit susceptible d’une déhiscence minimale par rapport à la somme absurde des désirs privés ?”

Source : Le nouvel ordre moral

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Pfister Thierry

    |

    La tolérance ? Il n’existe plus de maison pour cela.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :