Contre-Regards

par Michel SANTO

Le silence de Marceau.

marceau Le mime Marceau est mort et les médias se déchaînent. Cet artiste disait tout sans un mot dans un univers peuplé de médiocres bavards. La palme en revient, ce matin,aux journalistes du 7/9, sur France Culture, qui, sans vergogne, n’ont pas hésité à manipuler l’image de ce prince du silence pour régler leur petits comptes polticiens avec celui qui nous gouverne.Nul! Mais qu’attendre de leur part quand une de leurs « dames » du journal nous sort avec l’aplomb d’une étudiante en sociologie de première année ce genre de bêtise : » Les manifestations avaient été entamées… » Comme un fromage! Deux minutes de silence auraient pourtant suffit pour rendre à Monsieur Marceau l’hommage qu’il méritait. Deux minutes seulement pour penser à ce visage qui témoignait de l’infini solitude dans laquelle nous enferme ce vacarme insensé des médias…

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]