Contre-Regards

par Michel SANTO

Les car en poézie… de Jean Pierre Verheggen.

oral-et-hardi_xavier-lambours.1253114425

Une pause poétique aujourd’hui! “Les car en poézie”,  de Jean-Pierre Verheggen, dont j’ai déjà parlé ici:

 

Car y’en a parfois un peu marre de s’entendre toujours demander avec l’accent bas-normand quand part le car de ramassage d’onze heures moins le quart de Pont-Audemarre à Caen ? Nous lui préférons nettement le vieil autobus de la Gare Saint-Lazare cher à Queneau ou l’Ottokar Ier d’Hergé qui savait parfaitement s’exprimer tant en Syldave de Sade qu’en Bordure de Trottoir. Bref, nous avons d’autres dévotions (suivez notre regard) que ce type de répétitions à gogo qui nous fait souvent nous exclamer : Ah ! Delenda est Carthagogo car trop c’est trop ! Comme disait Maître Eckhart quand il en avait ras le rasoir !…

Car la question n’est pas : mais où est donc Ornicar ? On s’en fout d’Ornicar. Qu’il dorme Ornicar. Qu’il s’adonne à la boisson ou à la masturbation. Qu’il continue de jouer de l’accordéon à la station Odéon. La question n’est pas là ! Ni de savoir où sont passés Ovipare et ses œufs, Bart et son chocolat ou Moutard et ses mouflets. C’est sans intérêt ! Ils le retrouveront bien un jour leur hochet. Comme Saint-Médard, sa pluie, Tartare, son steak, Trafalgar, son coup et Madame Putiphar, sa petite loupiote ! Non ! la vraie question, l’angoissante question pour notre langue, c’est : mais où est donc d’Ormesson (Jean Lefebvre d’Ormesson) ? A-t-il bien cessé d’écrire ? A-t-il bien été admis à la retraite poétique ? Est-il bien disparu de la circulation littéraire, lui qui pouvait, tout aussi bien, célébrer sur le même ton, Marie Brizard et sa gnôle que Bouvard et son petit cruchon. Ou Falzar et son pantalon, voire Nabopolassar et son paillasson !

Car après la bataille poétique qui fit rage il nous fallut encore compter les abattis des abattus, compter les os brisés des as du close-combat, transporter dans nos combis (après un premier tri sur le tas pour distinguer les vrais pendus des faux pendards), les écrasés du cul un peu nases et les castrés du col trop kamikaze, et envelopper dans les costards funéraires d’usage les ex-costauds couleur Costières du Gard. Oh ! Oh ! Que de boulot ! Que de travus ! Que de travaux ! Il eût faudrait fallu un gros bouli-compta pour calculu au coup pour coup tous ces cas par cas !…

Et puis ceci, pour les amateurs (clic) sur Liste des idiots du village


À écouter, enfin!

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio