Contre-Regards

par Michel SANTO

Les car en poézie… de Jean Pierre Verheggen.

oral-et-hardi_xavier-lambours.1253114425

Une pause poétique aujourd’hui! « Les car en poézie »,  de Jean-Pierre Verheggen, dont j’ai déjà parlé ici:

 

Car y’en a parfois un peu marre de s’entendre toujours demander avec l’accent bas-normand quand part le car de ramassage d’onze heures moins le quart de Pont-Audemarre à Caen ? Nous lui préférons nettement le vieil autobus de la Gare Saint-Lazare cher à Queneau ou l’Ottokar Ier d’Hergé qui savait parfaitement s’exprimer tant en Syldave de Sade qu’en Bordure de Trottoir. Bref, nous avons d’autres dévotions (suivez notre regard) que ce type de répétitions à gogo qui nous fait souvent nous exclamer : Ah ! Delenda est Carthagogo car trop c’est trop ! Comme disait Maître Eckhart quand il en avait ras le rasoir !…

Car la question n’est pas : mais où est donc Ornicar ? On s’en fout d’Ornicar. Qu’il dorme Ornicar. Qu’il s’adonne à la boisson ou à la masturbation. Qu’il continue de jouer de l’accordéon à la station Odéon. La question n’est pas là ! Ni de savoir où sont passés Ovipare et ses œufs, Bart et son chocolat ou Moutard et ses mouflets. C’est sans intérêt ! Ils le retrouveront bien un jour leur hochet. Comme Saint-Médard, sa pluie, Tartare, son steak, Trafalgar, son coup et Madame Putiphar, sa petite loupiote ! Non ! la vraie question, l’angoissante question pour notre langue, c’est : mais où est donc d’Ormesson (Jean Lefebvre d’Ormesson) ? A-t-il bien cessé d’écrire ? A-t-il bien été admis à la retraite poétique ? Est-il bien disparu de la circulation littéraire, lui qui pouvait, tout aussi bien, célébrer sur le même ton, Marie Brizard et sa gnôle que Bouvard et son petit cruchon. Ou Falzar et son pantalon, voire Nabopolassar et son paillasson !

Car après la bataille poétique qui fit rage il nous fallut encore compter les abattis des abattus, compter les os brisés des as du close-combat, transporter dans nos combis (après un premier tri sur le tas pour distinguer les vrais pendus des faux pendards), les écrasés du cul un peu nases et les castrés du col trop kamikaze, et envelopper dans les costards funéraires d’usage les ex-costauds couleur Costières du Gard. Oh ! Oh ! Que de boulot ! Que de travus ! Que de travaux ! Il eût faudrait fallu un gros bouli-compta pour calculu au coup pour coup tous ces cas par cas !…

Et puis ceci, pour les amateurs (clic) sur Liste des idiots du village


À écouter, enfin!

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Les dessous de la rentrée politique de Jacques Bascou...

Les dessous de la rentrée politique de Jacques Bascou...

    Rentrée de Jacques Bascou, après celle de Didier Mouly, dans le même journal, où il confirme paradoxalement sa sortie tout en expliquant que ce n’était pas lui qui avait quitté l[Lire la suite]
Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

    Plus on se rapproche des élections municipales, plus la réflexion collective, au sein du conseil communautaire de l'Agglo, comme chez les élus de la Ville de Narbonne, semble pro[Lire la suite]
Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

            Les touristes sont venus plus nombreux encore que l'année dernière dans le coeur de ma petite ville ; et nos élus de vanter l'excellence de le[Lire la suite]
Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

      Prenons date ! Didier Mouly l'assure dans "l'Indépendant" : la salle multimodale sera pleine 10 mois sur 12 : 300 jours par an. Remplie de quoi ? il n'en sait rien, mai[Lire la suite]
Un salon des seniors,  ricane la camarde…

Un salon des seniors, ricane la camarde…

        À l'exception de ceux de coiffure, ma petite ville n'est pas une ville de salons. Preuve en est son Parc des Expositions toujours vide – il ne fait le plein que p[Lire la suite]
Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

      J'apprends que les "croque-morts" publics ont tenu leur messe annuelle au Théâtre Scène Nationale. Ne pouvait-on pas trouver équipement plus adapté à cette honorable corpor[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :