Contre-Regards

par Michel SANTO

Les cons !

image

Trouvé ceci – épatant! – chez mon ami blogueur “Le lorgnon mélancolique”: Ode aux cons ! « Jean-Paul Sartre: le roi des cons » (Eugène Ionesco). « Car le con de Badingue et le con d’Henri V » (Paul Verlaine). Malraux: « Tu fais le con! » (Albert Paraz). « Un sale con » (Boris Vian). « Jacques Prévert est un con » (Michel Houellebecq). « Le chef de rubrique est un con » (Charles Dantzig). « Colonel (ô le con!) » (Michel Leiris). Mémoires d’un vieux con (Roland Topor). Je vais passer pour un vieux con (Philippe Delerm). « Ce con de Barthes » (Jacques Laurent). « Faut pas parler aux cons, ça les instruit » (Michel Audiard). Le Con d’Irène (Louis Aragon). « Les cons! » (Jean-Paul Sartre). Les Cons (San Antonio). « Mais qu’il est con! » (Georges Perec, forcé de lire les discours du général Peron, d’après Jacques Roubaud). « À la fin, il jouait les “vieux cons”, c’est maintenant mon tour » (Maurice Nadeau, à propos de Raymond Queneau). « Nous ne voyageons pas pour le plaisir de voyager, que je sache; nous sommes cons, mais pas à ce point » (Samuel Beckett). « Non mais sans blague! T’as vu c’con-là! » (Claude Simon). « Je suis le seul Ducon » (Jacques Prévert). « Le con, c’était moi » (Pierre Rey, Une saison chez Lacan). « Ah, c’est con, tu sais, t’es vraiment trop con! » (Roland Dubillard). « Il est en train de me foutre au placard, ce con, dit Gourdel » (Jean Echenoz). « Un seul con vous manque et… » (Jacques Sternberg). « … je me retrouve comme un con… » (Hervé Guibert). « J’aurais l’air d’un con » (Lydie Salvayre). « Quarante ans aujourd’hui. Happy birthday, vieux con » (Maurice G. Dantec). « Pour être un bon romancier, il faut être un peu con » (Frédéric Beigbeder). « Quel con! » (Henry Bauchau). « Vous êtes nommément des cons » (Antonin Artaud). « Dire que ce petit con l’a eu et moi pas! » (Georges Simenon après le Nobel d’Albert Camus). « Je me suis vraiment fait avoir comme un con » (Pierre Bourdieu suite à la non-élection de Jacques Derrida au Collège de France). « Vous ne rencontrez pas assez de cons dans la vie? Il vous en faut aussi dans les romans? » (André Malraux). « J’ai l’air d’un vrai con dès que n’importe quelle conversation s’élève un peu » (Georges Perros). « La postérité, c’est des cons comme nous » (Paul Valéry). Patrick Roegiers, La traversée des plaisirs, Grasset, 2014.

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Eric

    |

    Le problème, bien souvent, c’est qu’on écrit Bon avec un C.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Ces sinistres processions qui nous rappellent tant d'autres époques…

Ces sinistres processions qui nous rappellent tant d'autres époques…

        Des hommes et des femmes qui défilent sur une avenue, dans la nuit, flambeaux tendus vers le ciel. Au premier plan, certains portent des gilets marqués du sigle d[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand Narbonne ?

Narbonne ! Municipales2020 : Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand

    Et si Bertrand Malquier n’était plus candidat à la présidence du Grand Narbonne ? La question est rhétorique, évidemment, et la phrase faussement interrogative. Bertrand Malquier n’est [Lire la suite]
La démocratie peut-elle survivre à la haine?

La démocratie peut-elle survivre à la haine?

            Extraits de l'analyse de Dominique SCHNAPPER, publiée dans la revue en ligne TELOS. L'intégralité de texte est (ici) «Dans la démocratie,[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Que nous disent Aliot et Daraud ?

Narbonne ! Municipales2020 : Que nous disent Aliot et Daraud ?

  L'Indépendant. Cliquer sur l'image pour accéder au site du journal.    Le député du Rassemblement national, Louis Aliot, qui brigue la mairie de Perpignan, était avant-hier dans [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Et de huit… Au fou !

Narbonne ! Municipales2020 : Et de huit… Au fou !

      Et de huit ! Qui ? Un nommé Perello ! Son programme : « le plus plus gros » de tous les temps. Avec, en tête de gondole, une faculté de médecine ; la création de 10 000[Lire la suite]
"Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes…"

"Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes…"

      En 1840, dans « De la Démocratie en Amérique », Alexis de Tocqueville décrit le « despotisme nouveau » qui gangrène, à ses yeux, la démocratie naissante. Nos penseurs qui se p[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :