Contre-Regards

par Michel SANTO

Les Républicains et le PS à l’heure de leur fragmentation (et de leur refondation ?)

 
 

Les deux vieux-partis anciennement dits de gouvernement, sont engagés dans un processus de démembrement qui va aller bien au delà du simple transfert de groupes de personnalités de droite et de gauche vers la majorité présidentielle. Ce qui se prépare sera de plus grande ampleur et va modifier durablement l’offre politique nationale.

Côté Droite, à court ou moyen terme les Constructifs, à qui l’UDI s’est alliée, vont devenir un parti politique à part entière, proche du premier ministre. L’exclusion des « LR » d’Edouard Philippe et de Thierry Solère, le leader des « Constructifs », marquera de manière fortement symbolique ce mouvement de dissidence partisane. Sa logique est de préparer par cette nouvelle offre à gauche des « LR » une alliance électorale avec LREM, lors des prochaines échéances électorales, municipale notamment. S’il est difficile de prévoir l’ampleur des pertes pour « LR », il est certain toutefois qu’elles seront importantes au plan local. À cette stratégie des « Constructifs », s’ajoute le refus, d’un certain nombre de cadres et dirigeants des LR, d’une ligne politique « identitaire » qu’incarnerait un Laurent Wauquiez, favori pour présider cette formation politique. Une contestation source potentielle elle aussi, à terme de dissidences. Ainsi aux yeux de Mme Pécresse, « la bonne stratégie pour regagner la confiance des électeurs », c’est « plutôt d’incarner une droite authentique : ni soumise à Macron ni poreuse avec le FN ». « J’ai beaucoup consulté. Avec Xavier Bertrand, je partage l’intuition qu’il faut faire vivre cette ligne. » Et elle ajoute : « qu’il est possible de refonder de l’intérieur LR », mais prévient qu’un départ est possible « si on ne s’y sent pas chez nous ». On ne peut pas être plus clair !

Côté gauche, comme le dit si bien Henri Weber : « En sa cent-douzième année d’existence, le Parti socialiste a subi la plus cuisante défaite de son histoire. Il connaît une crise d’effondrement, marquée par la désaffection simultanée de ses deux bases sociales : la petite bourgeoisie urbaine diplômée (enseignants, fonctionnaires, cadres, professions libérales…), passée massivement à En marche !. Et la fraction des classes populaires restée à gauche, qui a largement voté pour la France insoumise (LFI). L’onde de choc de ce désastre n’ a pas fini de produire ses effets dévastateurs : la démoralisation a gagné de nombreux militants et élus, qui se replient sur leur sphère privée : métier, famille, hobbies…» Délesté de son aile droite récupérée par LREM et soumis à la pression de LFI de Mélenchon, sa marge d’existence est en effet très étroite. Sa fragmentation, avec la dissidence de Benoît Hamon et de ses amis,  et le retrait des principales personnalités représentatives du courant social démocrate, n’est pas encore terminée. Loin de là ! Et ce n’est pas en pariant seulement sur l’échec de ce quinquennat Macron et le sectarisme et les outrances de LFI que le PS peut espérer retrouver le coeur de son électorat. Le certain est qu’à courir derrière ou à côté de Mélenchon, le Ps se condamnerait à la marginalisation, comme le PASOK en Grèce.

Finalement, à bien y regarder les « LR » et le PS, sont confrontés au même dilemne et aux mêmes risques de fragmentation dans leurs rapports avec une République En Marche hégémonique et sous la pression idéologique et politique de l’extrême droite pour les premiers et de l’extrême gauche pour les seconds. Et pour tout les deux, les élections municipales de 2020 seront à la fois le révélateur ou l’échec de leur  refondation. Leur première heure de vérité !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Martinez

    |

    Mieux vaut parler politique que dire du mal de son voisin.Et maintenant Michel que le constat est fait sur ce petit monde de lilliputiens crois-tu que nous allons vendre plus d’Aibus, de bateaux, de Champagne, de TGV, etc …?Les politiciens se nourri cent du travail des autres en promettant que des réformes , mais les réformes ce n’est que des mots qui rassurent les imbéciles, la réalité est ailleurs.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

La démocratie peut-elle survivre à la haine?

La démocratie peut-elle survivre à la haine?

            Extraits de l'analyse de Dominique SCHNAPPER, publiée dans la revue en ligne TELOS. L'intégralité de texte est (ici) «Dans la démocratie,[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Que nous disent Aliot et Daraud ?

Narbonne ! Municipales2020 : Que nous disent Aliot et Daraud ?

  L'Indépendant. Cliquer sur l'image pour accéder au site du journal.    Le député du Rassemblement national, Louis Aliot, qui brigue la mairie de Perpignan, était avant-hier dans [Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Et de huit… Au fou !

Narbonne ! Municipales2020 : Et de huit… Au fou !

      Et de huit ! Qui ? Un nommé Perello ! Son programme : « le plus plus gros » de tous les temps. Avec, en tête de gondole, une faculté de médecine ; la création de 10 000[Lire la suite]
"Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes…"

"Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes…"

      En 1840, dans « De la Démocratie en Amérique », Alexis de Tocqueville décrit le « despotisme nouveau » qui gangrène, à ses yeux, la démocratie naissante. Nos penseurs qui se p[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : "Narbonne, Impulsion Citoyenne" veut faire la nique au réel…

Narbonne ! Municipales2020 : "Narbonne, Impulsion Citoyenne" veut faire la nique au réel…

    Et de sept ! Avec la liste Narbonne, Impulsion Citoyenne (N.I.C), qui tente d’occuper le créneau de la gauche de la gauche ; et faire la nique à N.E.C : Narbonne En Commun (PC,PS…) con[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 :  Ça suffit, vraiment ça suffit !

Narbonne ! Municipales2020 : Ça suffit, vraiment ça suffit !

Ça suffit, vraiment ça suffit ! J’entends, sortant de la bouche de prétendants au trône municipal que  Narbonne serait « en faillite », « en ruine » ou « en train de mourir ». Et pourquoi pas men[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :