Contre-Regards

par Michel SANTO

L’Occitanie, et sa forte et longue délégation, n’innove pas au Japon !

capture-ecran


Le 5 octobre 2015, était lancée l’Année de l’innovation France-Japon (2015-2016). Depuis, en France et au Japon, jusqu’à la fin de ce mois de décembre, a été organisée une série d’événements, sous la forme de séminaires scientifiques, de conférences et de débats, d’expositions sur la technologie et le design/la mode et de manifestations liées à la promotion des entreprises et la culture. Et les 6 et 7 décembre 2016, Osaka, principale ville du Kansai et du Japon, accueillait le Grand Forum de l’Année de l’innovation franco-japonaise pour deux jours d’expositions et de séminaires. Carole Delga y était accompagnée d’une longue et forte délégation  d’élus, de cadres de son administration, de chefs d’entreprises, d’universitaires et de journalistes, notamment.

Dimanche, nous avons donc eu droit, comme il se doit, à une rafale d’articles laudateurs écrits par les journalistes invités, publiés dans la presse du groupe Baylet – sa patronne était du voyage ! –  sur ce séjour asiatique. Le pompon revenant à La Dépêche, qui  nous a livré un véritable pensum, de son  « envoyé » spécial –  On est prié de ne pas rire.  La délégation, ne s’est pas limitée à Osaka pour « vendre l’Occitanie » aux investisseurs japonais. Elle a poursuivi ses « investigations » à Tokyo, Kyôto, Kobe – ah ! son magnifique bœuf – et Hamamatsu. J’ai fait, quand j’étais en activité, ce genre de déplacement – une quinzaine de jours – avec une délégation composée de la même manière que celle de madame Delga. Réceptions officielles : ambassade de France ; poste d’expansion économique ; entreprises, françaises et japonaises ; préfecture d’Oita ; dîners et déjeuners dans les meilleurs restaurants ; séjours dans les meilleurs hôtels ; tourisme pendant les temps libres … J’ai beaucoup appris du Japon, de ses institutions, de sa culture, son esthétique… et en suis revenu avec tout un rouleau de notes. Mais, pour ce qui concerne les résultats en termes économiques de cet « investissement » régional : rien ! À l’inverse, j’ai pu, comme hier dans la presse constater de fortes et louangeuses retombées. On imagine mal, en effet, de la part de journalistes « invités » une couverture critique. Lever le voile sur ces voyages d’études pour en montrer la fonction réelle : la « gestion » politique d’acteurs clefs de la Région et la « construction » d’une image présidentielle, serait évidemment inconvenant et trop risqué. Quant à son coût ! Ce même dimanche, Arte rediffusait l’adaptation du chef-d’oeuvre de Giuseppe Tomasi, prince de Lampedusa, le Guépard, dans la mise en scène de Visconti. Alain Delon y interprète le rôle de Tancrède, qui prononce cette phrase entre toutes célèbre : «pour que tout reste comme avant, il faut que tout change.» Comme pour la Région ! La réforme territoriale est passée certes, mais rien ne change pour autant. 


 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Didier

    |

    Pas tout à fait d’accord avec toi. Lors de ce même déplacement nous avions « ramené » un renforcement de la coopération dans le domaine de l’aquaculture et des cultures marines

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Nous n’avons rien ramené Didier : ni transfert de technique, ni de coopération économique. Il n’est qu’à voir l’État de la filière aquacole de la Région.

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

          "Sucette", le gourou des Socios du RCNM, a beau s'en "beurrer les noisettes", sortir la lame et pointer son équipe en lui retirant son aide financière, [Lire la suite]
Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

        Fin de l'enfumage médiatico-politique sur l'édification d'une prison dans le Narbonnais d'abord, puis le Lézignanais ensuite. L'État vient de s'engager en eff[Lire la suite]
François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande se déplace dans l'Aude sous de tristes auspices…

François Hollande poursuit sa "tournée des popotes" dans les supermarchés et les grands magasins culturels. Parfois des librairies. Il y vend et signe ses "mémoires" quinquennales : "les leçons du po[Lire la suite]
Le Théâtre+Cinéma du Grand Narbonne et la Tempora du même : une mutualisation impossible ?

Le Théâtre+Cinéma du Grand Narbonne et la Tempora du même : une mutualisation impossible ?

        Samedi dernier, nous recevions, Jean-Claude et moi, à Radio Barques, madame  Marion Fouilland-Bousquet, la directrice du Théâtre+Cinéma Scène Nationale, du Grand [Lire la suite]
Les "Socios du RCNM" renversent les tonneaux : "pas un sou au club" !?

Les "Socios du RCNM" renversent les tonneaux : "pas un sou au club" !?

        « Sucette » et Marco, les deux (!?) présidents des « Socios » du RCNM ne font pas dans la guimauve épistolaire. C’est un véritable glaçon en effet qu’ils vien[Lire la suite]
L'amputation nécessaire des Départements couvrant les Métropoles (l'exemple de la Haute Garonne)

L'amputation nécessaire des Départements couvrant les Métropoles (l'exemple de la Haute Garonne)

 Pierre Médevielle, en haut, et Georges Méric… Le précédent gouvernement avait prévu la suppression des conseils départementaux mais, pour des raisons bassement politiciennes – ne pas perdre les voix[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :