Contre-Regards

par Michel SANTO

Ne pas désespérer malgré tout du visage de cette France montré ces derniers jours !

9782714453853Il y a un siècle, à l’échelle du temps numérique, des faiseurs d’opinion nous expliquaient que l’insécurité ressentie par les français n’était qu’un sentiment, une illusion, une bulle spéculative artificiellement créée par des promoteurs d’un ordre moral et politique qualifié de réactionnaire par les plus modérés de nos clercs médiatiques. C’était aussi un temps ou l’anti-racisme et la lutte contre les discriminations de toute nature figuraient au premier rang des priorités nationales dans le débat public idéologique et politique . Un temps aussi où l’autorité de la loi, des maîtres, des oeuvres et des valeurs communes au vivre-ensemble étaient contestées jusque dans leurs fondements philosophiques et politiques. Un temps, le nôtre, un temps sans Histoire dont on fait encore semblant de croire qu’elle ne serait plus tragique ; un temps enfin où l’on s’efforce de nous faire oublier combien la civilisation n’est qu’un faible et fragile vernis (Freud …)

Ces derniers jours pourtant, dans ce pays qui se donne à voir en exemple universel de la concorde et de l’union autour de valeurs issues des Lumières, dans ce pays qui sans cesse doute de sa propre histoire et de ses propres repères éthiques , dans ce pays où l’on ne croit plus en rien ou presque ont éclaté des bouffées de haines communautaires et politiques annonciatrices d’un véritable désastre moral.

Et pourtant, de ce triste et déprimant constat , je n’en tire pour moi et pour ma France, aucun désespoir . Tout simplement parce qu’il “… ne m’est pas possible de renier tout à fait la foi de ma jeunesse en un nouveau redressement, malgré tout, malgré tout.” (S.Zweig : Le monde d’hier). Oui, malgré tout ! Mais à la condition toutefois de rétablir au plus vite l’autorité de la loi et le devoir d’exemplarité que nous doivent nos élites … Il en est encore temps ! Alors, et alors seulement  pourrais-je continuer à “relever les yeux vers ces anciennes constellations qui resplendissaient sur ma jeunesse et me console avec la confiance héritée de mes pères qu’un jour cette rechute ne paraîtra qu’un intervalle …” (Zweig, toujours) .

Des constellations que je ne désespère pas  montrer un jour, le sourire aux lèvres, au dernier de mes petits enfants …

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio