Contre-Regards

par Michel SANTO

Il est cocu le chef de gare.

Dans son édito de samedi, Roger Antech ( Midi Libre du 24 novembre ) s’étonne qu’ Hollande ne soit jamais  » arrivé à faire la jonction avec le mouvement social. » Mouvement social? Passons sur l’expression aussi creuse au plan sémantique que fausse du point de vue des faits: 30% de grévistes en moyenne à la SNCF. C’est comme ça! Dans nos journaux on écrit désormais en langage virtuel et euphémisé. Cela dit, que pouvaient justement dire François, Bernard, Laurent et les autres (la liste est longue) qui ne les coupe pas des naufragés du chemin de fer et du reste de la société massivement anti-grève.Rien, sinon ce timide et piteux :  » c’est pas la bonne méthode… » Celle de Sarko, évidemment! ouvrant ainsi la voie au poupin Besancenot qui, en la circonstance, s’est empressé de troquer sa casquette de facteur par celle du chef de gare. Alors,cocus les socialistes et condamnés à regarder passer les trains des réformes sociales comme le pense R. Antech? Les deux sans aucun doute! La démonstration venant d’être faite que, pour l’heure, sur ces réformes nécessaires, ils n’ont tout simplement plus rien à nous dire. Sur le fond comme sur la forme… Ah! j’oubliais, un grand coup de chapeau à B. Thibault et à X.Bertrand…

La bêtise règne.

  • Chavez-20and-20Castro.jpgDans  » Le Monde « , et au sujet de tous les Hugo Chavez du monde, cette remarque de Mario Vargas LLosa :
    « 
    Qu’ils soient ou aient été populaires et qu’ils gagnent des élections ne fait pas d’eux des démocrates. Au contraire, cela montre la profonde inculture politique, la fragilité des convictions démocratiques de sociétés capables de porter au pouvoir, lors d’élections libres, des personnages de ce genre. « 
  • Dans le  » Midi Libre « , et au sujet des personnages les plus emblématiques ( dixit ce journal !!! ) du Languedoc-Roussillon, ce sondage commandé par George Frêche lui même :
     » Pour 78% des sondés… G.Frêche, 4% G.Brassens et 2% P.Valéry  » Ciel!!!  Non seulement la bêtise règne,mais, à l’évidence,elle progresse. Frêche confirme Chavez!

          

La disgrâce des cheminots.

4248791146.jpgDans « La  disgrâce de Turgot » publié en 1961, E.Faure,fin politique, remarque:  » C’est sans doute Condorcet qui avait raison ( dans son débat avec son ami Turgot )… Comme il arrive souvent dans les grandes périodes de charnière, c’étaient l’impatience, l’exigence, la rigueur  qui formaient le véritable réalisme. C’est dans la toute première période qu’un ministre peut se permettre le plus d’audace. Les réformateurs ont intérêt à l’offensive, qui surprend l’adversaire, le place tôt devant le fait accompli;c’est le conservatisme qui gagne à la guerre de position. » Cette note se trouve dans le  » Condorcet  » des Badinter, à la page 103 ( Fayard ). Sarkozy, disciple d ‘un des plus brillants esprits de son temps?