Contre-Regards

par Michel SANTO

Dans mon quartier de Bourg, la rue de l’Etoile !

blog-0096.jpg  

Connaître une ville, c’est aussi observer ses murs. Leur texture, leur couleurs, leurs cicatrices, tout ce qui les pare, les strie ou les gâte exprime un peu de leur histoire. Comme une peau ! Dimanche dernier, la nuit n’était pas encore tombée sur la rue de l’Etoile que je pris son sens interdit pour m’en aller vers d’autres temps. Cette rue est aussi paradoxalement la plus courte, la plus étroite et certainement la plus sombre de Narbonne. Autrefois, elle reliait le quartier de Bourg , dense et pauvre, au quai de la Charité ( ! ). En face, des lavoirs publics toujours très animés par des femmes affairées à leurs travaux domestiques . Je me suis toujours demandé qui avait pris cette initiative de baptiser ainsi cette sinistre ruelle, humide et sale . Comme si l’espérance, pour ceux et celles nombreux qui l’empruntaient, devait lui ressembler . Ou, à l’inverse, leur signaler qu’une étoile toujours éclairait et guidait leur courte et misérable vie. Aujourd’hui, on trouve de part et d’autre de son débouché sur les bords du canal de la Robine, l’annexe d’une école d’infirmière; et l’ancien couvent, qui abritait une maison de retraite médicalisée, est lui désormais vide… La vie, la maladie et la mort l’ont quitté !  Les rues, comme nous, fussent elles porteuses d’étoiles, n’échappent pas  à leur destin… Un peu plus loin , sur la façade du Conservatoire de Musique, un poème de Pierre Reverdy : « Les murs de la ville ». Il commence ainsi : « La Chaîne de feu entoure la ville / les yeux au carré où joue le soleil / les cheveux brûlés / Le jour qui s’éveille / Tout est installé… »

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Elle

    |

    Pourquoi si peu de photos dans ces portraits de lieux que vous esquissez ? C’est pas mal. Il y a tellement à dire sur toutes ces petites rues de Narbonne;

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Trois titres, trois représentations du monde…

Trois titres, trois représentations du monde…

Ce quotidien est le plus lu dans les Départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Trois éditions les couvrent : Carcassonne, Narbonne et Perpignan. Trois éditions et trois pages de "Une" : t[Lire la suite]
No thumbnail available

Deux heures loin du bruit et du désordre "mondain"…

Hier matin, longue marche de la passerelle entre Deux Villes jusqu’à l’écluse de Raonel. Deux heures d’efforts physiques et de quiétude morale. Ou plutôt de distance intellectuelle avec le bru[Lire la suite]
Salauds de riches, va !

Salauds de riches, va !

Notre-Dame de Paris. Et puis Zut, zut ! Encore plus salauds que je l'imaginais ces riches. Ils continuent leur mercantile et immorale pub en renonçant, après leurs dons, à leurs déductions fiscale[Lire la suite]
La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

Didier Mouly « la trouve saumâtre », cette avarie financière dans le projet d’aménagement du Grand Castelou : un site remarquable situé  dans un espace protégé en bordure du canal de[Lire la suite]
Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Tant de choses paraissaient dérisoires devant le spectacle effrayant de Notre Dame de Paris en feu, hier soir, jusqu'à tard dans la nuit ; une nuit sans fin de noires pensées et de gorges nouées. [Lire la suite]
À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

le 4 avril, l’hebdomadaire L’Obs publiait une tribune signée par Mame-Fatou Niang et Julien Suaudeau, intitulée « Banalisation du racisme à l’Assemblée nationale : ouvrons les yeux ». L’objet de l[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :