Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘All Blacks’

Le XV de la Rose, sur le chemin de la rédemption, a le “duende”!

England's scrum-half Danny Care (C) runs to score a try during the Six Nations international rugby union match between France and England at the Stade de France in Saint-Denis, north of Paris, on March 19, 2016. AFP PHOTO / FRANCK FIFE / AFP / FRANCK FIFE

Difficile de saisir “la conscience de soi” d’une équipe de rugby. Hier pourtant, on ne pouvait pas ne pas ressentir  le puissant désir du XV de la Rose d’effacer de sa mémoire son humiliante sortie, lors du dernier Mondial, sur ses terres. C’était un accident, semblait-elle nous dire sur la pelouse du Stade de France. Et la démonstration fut faite. Cinq mois après seulement. Et avec pratiquement les mêmes joueurs – 24 ans d’âge moyen. Grand chelem! Le premier depuis 2003. Qui dit mieux? Il fallait du caractère et une capacité de résilience exceptionnelle pour conclure ainsi, magnifiquement, ce tournoi des Six Nations.

XV de France. Comment retrouver le goût de la “prise de risque”, le sens de l’adaptation et le droit à l’erreur…

1713906-36276504-2560-1440

Le XV de France face à la Nouvelle-Zélande – 17 octobre 2015 – AFP

L’équipe de France de rugby à XV produit le même jeu que celui proposé en Top 14 et en Pro2: stéréotypé, ennuyeux, prévisible. La prise de risque et le droit à l’erreur y sont bannis. Comment s’en étonner?  Graham Henry, l’ancien coach des All Blacks, champion du monde en 2011, n’y va pas par quatre chemins. Le coupable de l’humiliante défaite française contre la Nouvelle-Zélande samedi soir en quart de finale (62-13), n’est pas Saint-André ou les joueurs, mais bien le Top 14, le soi-disant “meilleur championnat du monde”. “La compétition française est pauvre”, explique-t-il au New Zealand Herald. “C’est la compétition professionnelle la mieux payée du monde, mais elle ne peut pas produire de joueurs parce qu’ils sont mal coachés et surpayés”. Boum!t  Et d’insister, en tapant une belle chandelle: “Tout n’est qu’une histoire de sponsors et de télé. Ils sont en train de ruiner le rugby français”. Les raisons de la médiocrité de notre rugby sont structurelles, en effet.