Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘Gramsci’

Manuel Valls, en usant du 49.3, signe aussi la fin de l’hégémonie culturelle et politique d’une certaine gauche…

Gramsci-guerre-de-position-et-guerre-de-mouvementsLa décision du Gouvernement de Manuel Valls d’utiliser le 49.3 (ce qui n’est pas scandaleux, en soi!) pour faire passer la loi dite Macron au motif que sa gauche de la gauche, du PS au Front de Gauche en passant par les Verts, établit désormais que ses seuls marqueurs culturels, idéologiques et politiques se limitent au “Mariage pour Tous” et “Au refus du travail le Dimanche”, même étendu de quelques jours à peine. Avec comme figures emblématiques, mesdames Taubira et Aubry.

C’est aussi le signe de la fin d’une longue période historique où la Gauche, disons traditionnelle et au sur-moi marxiste, jouissait d’une incontestable et lourde hégémonie culturelle au sein de la société civile. Une hégémonie au sens “Gramscien” (1)  du terme qui lui a permis de conquérir nombre de pouvoirs, dont celui de l’État.

Je veux que chaque matin soit pour moi une année nouvelle.

nouvel-an__myrrpr “Chaque matin, à me réveiller encore sous la voûte céleste, je sens que c’est pour moi la nouvelle année. C’est pourquoi je hais ces nouvel an à échéance fixe qui font de la vie et de l’esprit humain une entreprise commerciale avec ses entrées et sorties en bonne et due forme, son bilan et son budget pour l’exercice à venir. Ils font perdre le sens de la continuité de la vie et de l’esprit. On finit par croire sérieusement que d’une année à l’autre existe une solution de continuité et que commence une nouvelle histoire, on fait des résolutions et l’on regrette ses erreurs etc. etc.

Du mauvais usage d’Antonio Gramsci!

gramsci

Un ami “Facebook” publie sur son mur ces deux célèbres phrases d’Antonio Gramsci, d’une trop simple et banale vérité. En politique, en effet, le neuf et le vieux ne s’opposent pas dans leur essentielle pureté – le blanc et le noir non plus dans le domaine physique. Grise elle est! comme la raison qui s’efforce de la penser pour s’en saisir. Et c’est le sommeil de cette raison-là, comme le notait Goya, qui enfante des monstres…