Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘L’Indépendant’

Municipales-Narbonne 2020 ! Nathalie Granier-Calvet, la dame qui pique !

   

Dans le quotidien local d’hier, madame Granier-Calvet expose, dans un style tout en retenu, les raisons de son engagement dans le débat politique préparatoire à l’élection municipale de 2020 . Ainsi que les principes qui guident son action. Une chose frappe à la lecture de cet entretien avec Lionel Ormières : l’absence totale d’agressivité dans son propos. Ce qui nous change des traditionnels jeux de scène électoraux où les acteurs surjouent l’éternelle opposition du Bien et du Mal…

Chronique de Narbonne. Mouly deux ans après… et alors!

2016-05-09_NARBONNE_IN_Une


Une page de couverture pleine de promesses et une page deux vide d’infos et de sens. J’attendais un bilan et une mise en perspective de l’action menée par Didier Mouly depuis son élection en mars 2014, et j’ai lu de vagues considérations sur la sécurité et l’augmentation du nombre de caméras de vidéosurveillance – il y en aura 71, fin 2017 -, son impuissance devant la prolifération de crottes d’inciviques canidés – il est vrai en exponentielle croissance – et la richesse de ses rencontres hebdomadaires avec les narbonnais à la recherche d’un emploi ou d’un logement, notamment, qu’il ne peut évidemment satisfaire. Des  “vendredis de proximité” qui ne lui apprennent naturellement rien de ce qu’il conviendrait de faire ou de ne pas faire pour le reste de ses responsabilités municipales, c’est-à-dire l’essentiel.

Chronique de Narbonne. RCNM: l’enfumage et l’intox continuent…

rcnm-identite-affiche


Dans l’Indépendant, de ce Dimanche, un article, sans fond ni « recul critique », sur les relations entre R.Elsom, le patron du RCNM, et D.Mouly, le patron de la Ville de Narbonne. Du même « tonneau » que ceux antérieurement consacrés à la farce orientale scénarisée par monsieur Ysern, père. Article qui ne fait état que des propos censés avoir été tenus par notre premier magistrat, si j’en crois le rédacteur de ce “papier”, ou d’un intermédiaire « assermenté », lors de leur dernière rencontre.

“Les jeunes des années 60 et 70, depuis qu’ils sont vieux, ont construit une société où la contestation est à la marge”… Ah bon?

7079705

C’est Pierre Mathis qui signait l’Édito de l’Indépendant d’hier (25 janvier 2016). Son sujet? La contestation sociale et politique par des mouvements et courants hétéroclites, souvent marginaux:

Aujourd’hui la contestation n’est pas structurée par une pensée mais une sorte de guérilla spontanée naissant çà et là devenant abcès de fixation : barrage dans Le Tarn, une ligne de TGV dans les Alpes… Il serait trop facile de négliger ces formes de contestation parce qu’elles sont minoritaires hétéroclites dans leur composition, marginales dans leur mode de vie. Elles sont aussi le signe d’une société bloquée où la contradiction n’existe plus vraiment.

Les responsables de cette situation? Précisément, nous dit Pierre Mathis, ce sont:

Les jeunes très politisés des années 60 et 70, (qui) depuis qu’ils sont vieux, ont tellement renié leur engagement qu’ils ont construit une société où la contestation est à la marge. Et désespérée.

J’en suis, de ces jeunes des années 60 et 70. Et je ne vois pas de grandes différences entre hier et aujourd’hui sur ce que notre éditorialiste  présente comme une nouveauté dans le champ politique: la “contestation à la marge”. Sous des formes différentes, évidemment, elle existait déjà dans ces années là : “jacqueries”, groupuscules prônant la lutte armée etc… Par contre, ce qui a bel et bien disparu ce sont les projet et utopies englobants, comme le communisme et ses variantes plus ou moins socialistes pour “offrir” le débouché universel d’une société sans contradiction à ces “contestations”. Dire que ma génération en serait la  responsable, comme elle le serait aussi de la chute du mur de Berlin, de l’effondrement politique et économique du “socialisme réel”, ou “auto-gestionnaire” à la mode de Tito ou de la CFDT de l’époque, du non-renouvellement des élites, des pratiques, des programmes et des projets des grandes organisations politiques et syndicales… est à tout le moins osé, pour ne pas dire “gonflé”. L’aurait-elle voulu, “ma génération”, qu’elle n’aurait rien pu faire contre cette tendance – lourde – de nos sociétés, où l’autonomie de l’individu et des “tribus” (Cf: Michel Maffesoli) semble primer sur la mobilisation autour de “lourdes” utopies sociales et politiques. Mais cela est plus difficile à comprendre. Et cibler la génération “68” de tous nos maux présents, passé et à venir est, comme dit la chanson,  si facile…

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Mais quelle stratégie fiscale pour le Grand Narbonne?

Indépendant du 30 septembre PHOTO/© D.R

Indépendant du 30 septembre PHOTO/© D.R

Quelques questions sur le dernier conseil communautaire du Grand Narbonne et l’entretien accordé par son Président Jacques Bascou à Jean Paul Chaluleau, paru dans l’Indépendant de dimanche 3 octobre.

La première – d’autres suivront dans mes prochains billets – concerne la politique fiscale de l’Agglo. Elle a fait polémique récemment sur le nivellement des abattements facultatifs des taxes additionnelles et la cotisation foncière des entreprises. Notamment dans les communiqués de Nouveau Narbonne où le sang coule en abondance depuis l’arrivée de monsieur Boillot à la communication de l’Hôtel de Ville – une coïncidence sans doute – : “hémorragie fiscale”, “entreprises saignées à vif”… Le débat, sur ces deux poins précis, est trop technique pour en démêler ici, simplement, tous les aspects, et l’exagération polémique trop facile identiquement pour s’en contenter en guise d’explications. Je “passe”! et en viens donc à ce qui me paraît l’essentiel !

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise dans une boulangerie-pâtisserie du centre-ville : "Bande de cons !"

Scène de la vie narbonnaise dans une boulangerie-pâtisserie du centre-ville : "Bande de cons !"

      Lundi 11 novembre, il est 16h 45, j’entre dans la boulangerie-pâtisserie Maury située dans le centre-ville et me range dans la file d’attente. Devant moi, deux dames pa[Lire la suite]
Ce 10 novembre, fut pour nous, en cette année 2019, celui de la honte et du déshonneur...

Ce 10 novembre, fut pour nous, en cette année 2019, celui de la honte et du déshonneur...

                  L'alliance de l'extrême gauche, d’une partie de la gauche anciennement laïque et désormais bigote, et des islami[Lire la suite]
La réforme territoriale a été mal pensée, mal conduite et mal exécutée…

La réforme territoriale a été mal pensée, mal conduite et mal exécutée…

    Dans son dernier livre « l’illusion régionale : la réforme territoriale en question » (éditions Cairn, mai 2019), le géographe Georges Roques revient sur les bouleversements récents de[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Quatre "perles" de campagne (pour le moment)

Narbonne ! Municipales2020 : Quatre "perles" de campagne (pour le moment)

      Quatre perles de campagne, arbitrairement sélectionnées, je le confesse : La première, offerte par la porte-parole Verte de Narbonne en Commun : « Concernant l’urgence climatiqu[Lire la suite]
Laïcité et accompagnantes (ou accompagnants) scolaire : il est nécessaire de clarifier leur "statut"…

Laïcité et accompagnantes (ou accompagnants) scolaire : il est nécessaire de clarifier leur "statut"

        La polarisation sur le seul voile pour les accompagnantes scolaire est une faute stratégique. La question centrale est en effet celle de la neutralité dans cet espace-[Lire la suite]
« Monsieur, vous êtes un gros con ! »

« Monsieur, vous êtes un gros con ! »

      Ce matin, devant l’agence de la Société Générale, à quelques mètres de son entrée, un petit bonhomme, maigre et chétif, tenait en laisse un petit caniche aux poils roux, court[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio