Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. RCNM: l’enfumage et l’intox continuent…

rcnm-identite-affiche


Dans l’Indépendant, de ce Dimanche, un article, sans fond ni « recul critique », sur les relations entre R.Elsom, le patron du RCNM, et D.Mouly, le patron de la Ville de Narbonne. Du même « tonneau » que ceux antérieurement consacrés à la farce orientale scénarisée par monsieur Ysern, père. Article qui ne fait état que des propos censés avoir été tenus par notre premier magistrat, si j’en crois le rédacteur de ce “papier”, ou d’un intermédiaire « assermenté », lors de leur dernière rencontre. Ainsi nous est-il rapporté que D.Mouly aurait été offusqué par un R.Elsom l’accusant de « faire passer sa masse salariale de 3,2 millions d’euros à 1,2 million d’euros ». Comme si la masse salariale du RCNM équivalait à la subvention que la Ville, chaque année, lui verse. Stupide! Fausse et stupide information, mais volontairement transmise et fidèlement rapportée pour « charger » R. Elsom. En réalité, ce dernier ne faisait, sans doute, qu’additionner les contributions des sponsors « narbonnais » et celle de la collectivité locale, notamment, pour constater que, compte tenu des problèmes – euphémisme! – accumulés avec les premiers, en 2016, sa masse salariale risquait d’être grandement amputées. (Je précise, au passage, que je n’entretiens aucune relation privilégiée avec lui pour le vérifier.) Question: pourquoi donc n’avoir pas relevé cette vraie-fausse indignation municipale? Et, ce faisant, informer le lecteur. Comme il aurait dû l’être aussi sur ces 120 000€ avancés par le correspondant du Palais (1), qui représentent 40% de la subvention municipale, conditionnés à un accord du RCNM avec l’Association du RCNM. Un chiffre qui permet d’évaluer, s’il est confirmé, la subvention annuelle de 2016 à 300 000€. Soit une nette diminution par rapport à 2015 (-125 000€!). Voilà deux informations qui méritaient d’être mises en lumière, mais qui, encore une fois, dans cet interminable conflit, sont passées, consciemment, à la « trappe ». L’enfumage et l’intox continuent…


(1) Ne pas exclure, cependant, du « brouillage » sur la ligne téléphonique, une mauvaise connaissance du dossier, une phobie des chiffres, une faute de frappe etc…

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio