Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘Macron’

Le style Macron ! Quel style ?


Quand,  moyen de taille et plutôt élancé, il apparaît sur mon écran de télé ; torse chemisé offert à ses fans et bras  tendus vers les nuages ; le visage contracté, mais lisse, avec dans les yeux ce regard allumé du désir de briller, d’éblouir, j’éprouve, à l’écouter, un étrange malaise. Malgré toute mon attention, ses mots, ses gestes glissent sur ma conscience du moment. Peu s’y fixent !  Car elle ne se nourrit pas que d’idées et de projets fussent-ils brillamment  exposés.

Alain Perea n’est pas « qu’en Marche », il déménage… et court !

Lyon-Villedaigne : aller-retour !


Alain Perea, le jeune maire de Villedaigne et vice-président du Grand Narbonne n’est pas qu’en « En Marche » ! Il déménage, fonce, laboure… Vendredi, dans son modeste foyer municipal, il réunissait 120 personnes ; et samedi, il était à Lyon, dans un immense Palais des sports, avec Macron et plus de 10 000 personnes. Un changement de planète, que dis-je, d’univers ! La foule débordait dans les rues de la capitale des Gaules, alors que dans son petit village elles sont habituellement désertes tant on y craint de répétitives et catastrophiques inondations. Mais bon ! il fallait la remplir sa petite salle des fêtes. Pour la galette des rois ou le loto annuel de l’Amicale bouliste, c’est du gâteau. Pour un éloge macronien à l’heure de l’apéritif, c’était une autre chanson. Et pour dire quoi ? Eh ben, qu’ il veut marcher devant, pas derrière ou à côté ; ne pas faire de la figuration ou assurer l’intendance ; ou porter sur ses épaules de déménageur l’ambition de jeunes et anonymes  membres de la société civile locale. Y’ en a, oui !  « C’est dit, c’est fait, je veux être député !  » gazouille-t-il… Et d’en fanfare communiquer pour le faire savoir. Ses amis encartés comme lui au PS, jusqu’à quand ? à l’ouïr ne savent d’ailleurs plus qu’en penser – mais l’est-il toujours ? D’autres se demandent quand il sera viré ; la plupart s’en foutent ou regardent ailleurs ; certains discrètement le suivent ; son président d’Agglo ne veut pas s’en mêler ; la députée sortante, M.Hélène Fabre, ne peut pas l’encadrer ; lui non plus d’ailleurs ! Bref, dans le microcosme  politique de ce petit bout de France qui se veut grand, l’interrogation quasi métaphysique est : combien comptent Macron et Perea, s’il est investi pour les législatives de juin ? Être ou ne pas l’être, et quand, telle est sa question…

 
 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés en page d’accueil ou ci-dessous !

Ayrault, Royal… les mauvais génies du PS et de Macron ?!

Sans titre


Croit-on vraiment que Macron peut être présent au second tour de la présidentielle s’il se présente  comme « le candidat de rassemblement de la gauche », comme le disent de plus en plus fort d’anciens ministres et hauts responsables du PS – Royal, Ayrault etc ; et croit-on tout autant Macron assez stupide pour se laisser enfermer dans un camp représenté par des personnalités politiques brûlées, à tort ou à raison, par un mandat et une pratique quinquennale contestés par une majorité d’électeurs, y compris de gauche ? Ce piège tendu par des responsables politiques discrédités, qui ne veulent pas d’un Montebourg ou d’un Hamon, mais qui cultivent aussi un fort ressentiment personnel envers Valls, est pourtant largement ouvert depuis quelque temps sans que le candidat « d’ En Marche », ne s’en inquiète. Si je comprends bien ses raisons tactiques, il me semble cependant qu’il aurait bien tort d’en sous-estimer les dangers.  Même si je doute fort que ceux qui anticipent un retrait du candidat sorti de la primaire du PS, dès avant le premier tour, si les sondages le plaçait en quatrième ou cinquième position, croient vraiment que les primaires, son coût, la mobilisation militante et électorale, pourraient être passées à la trappe au profit d’un « rassemblement » sur d’autres principes – et non négociable –, sans que le PS n’en pâtisse lourdement.  Qui peut croire en effet qu’un Hamon, Montebourg ou Valls, après une bataille électorale à hauts risques politiques et personnels pendant cette primaire, pourrait demander à leurs électeurs de la « gommer » pour soutenir celle d’un Macron, dès le premier tour ? Ce serait la mort assurée du PS, sans qu’il ait livré le début d’un commencement d’une campagne d’idées et de convictions. Objectivement, le PS, à travers son candidat, ne peut pas se permettre d’abdiquer à son tour, après Hollande, en se retirant dès le premier tour de la présidentielle. Et comme Macron n’a aucun intérêt à solliciter ce genre de désistement partisan – nombre d’électeurs de gauche font déjà mouvement vers lui et/ou Mélenchon –, le match promet d’être féroce, dans les semaines qui viennent, entre ces trois-là !

Fillon embrase la Gauche et met Juppé en sur-tension…

contre-regard    

Bien ! à trois jours du deuxième tour de la primaire de la Droite et du Centre : résumons . À la surprise générale des sondeurs, éditorialistes, commentateurs et commentateurs des commentateurs, François Fillon a écrasé  ses principaux concurrents. Sarkozy, comme le voulait la Gauche, et Juppé, au grand désespoir de la même.

Articles récents

Bien belle soirée, hier soir à "La Grande Librairie" avec Asli Erdogan et Dephine Minoui.

Bien belle soirée, hier soir à "La Grande Librairie" avec Asli Erdogan et Dephine Minoui.

      Bien belle soirée, hier soir à "La Grande Librairie". Busnel y recevait, entre autres, Asli Erdogan (1), icône de la résistance au régime Turc de son homonyme. Cette f[Lire la suite]
Narbonne ! Salle multimodale : réunion publique et questions restées sans réponses…

Narbonne ! Salle multimodale : réunion publique et questions restées sans réponses…

    Hier soir (enfin !), réunion publique, au Palais du Travail, à l’occasion de laquelle  Didier Mouly nous (nous car j’y étais) a présenté son projet de salle multimodale. La salle[Lire la suite]
Que nous dit des médias la ridicule dispute Angot-Amrani…

Que nous dit des médias la ridicule dispute Angot-Amrani…

    Gros titre (et en "gras") dans "Le Point" (version numérique) : "ONPC" : Farida Amrani remet à sa place Christine Angot. Ah, ah ! Mais de quoi s'agit-il donc pour que cet honorab[Lire la suite]