Contre-Regards

par Michel SANTO

À la “corbeille”, l’indignation et les pleurnicheries font la côte des médias de masse…

      Mauvaises pensées !

À la “corbeille”, l’indignation et les pleurnicheries font la côte des médias de masse et des réseaux sociaux : leur valeur boursière est à “gauche”…

La machine à laver les cerveaux, faire du “clic” et du chiffre, ne tourne qu’avec sa dose quotidienne de lamentations. Elle crée la meute, comme la bourse la côte. Son capital monte quand les consciences se couchent.

L’indigné permanent, qui se croit libre, est sa cible et son carburant. Il s’expose et se vautre sur la scène virtuelle. Quand il ose penser, il est grandiloquent, pompeux, théâtral dans ses phrases et ses mots. 

De Gauche, il dégouline de bons sentiments. De Droite aussi : ce ne sont pas les mêmes, cependant. Mais tous alignent prétentieusement de jobardises aspirations morales ou politiques… Quand ils ne font pas la quête sur Facebook le jour de leur anniversaire pour la SPA ou les victimes de mâles blancs hétérosexuels (surtout à Gauche !)…

L’individualisme et le narcissisme supposés de notre temps numérique ne sont que les masques d’une société conduite par des “machines” à produire de spectaculaires foules et meutes d’indignés : victimes ou bourreaux, selon…

PS : N’allez pas croire, de ce qui précède, que mon indignation est à son comble. Tant de joies par ailleurs me sont offertes. Y compris ici…