Contre-Regards

par Michel SANTO

Archives de l’auteur

La leçon de Freddie et de Fanny.

Tous les médias et leurs chroniqueurs économiques se gaussent de la nationalisation de fait de Freddie Mac et Fanny Mae par ” l’administration Busch ” qui serait, au pays de ” l’ultra libéralisme “, la manifestation d’une ” divine surprise ” anti-libérale ou une ruse de la raison prouvant la nécessité d’un Etat interventionniste et salvateur. Mais, ce que ne nous disent pas les mêmes, c’est que Fanny et Freddie étaient des créatures hybrides créées de toutes pièces par l’Etat et légalement tenues de s’occuper exclusivement de refinancement de prêts immobiliers sous contrôle de l’État fédéral, en contrepartie d’avantages fiscaux. Etablissements qui, bien qu’étant officiellement privés, été considérés, du fait de leur tutelle publique et de leur rôle social ( augmenter le taux de propriétaires de logement parmi les populations à faible revenu, et notamment les minorités ) comme bénéficiant d’une garantie implicite du Trésor américain ! Contrairement à ce que prétend la vulgate médiatique, la chute de ces deux institutions est plus un constat de faillite de ce type de régulation que celui d’un marché ultralibéralisé. Marché sans régulation étatique qui n’existe que dans les fantasmes idéologiques des ultra-libéraux et des commentateurs politiques et économiques français. De nouvelles règles d’intervention sur les marchés financiers sont donc, à l’évidence et urgemment à mettre en place. Et pas seulement aux USA.

De la droite à la gauche.

Des lecteurs, je ne les savais pas si nombreux et interessés, s’inquiétent de savoir pour quelles raisons je n’écris plus de billets depuis déjà quelques temps. En panne! mécanique… Une tendinite furieuse et tenace de l’épaule  droite. J’utilise la gauche pour taper ce texte. Pas évident! essayez donc… Enfin, il y a du mieux me dit mon toubib, qui s’efforce de la rendre plus souple et mobile, la droite pas la gauche….Encore que… Bon, en attendant je stocke un nombre invraisemblable de sujets et désespère de passer de ma gauche à ma droite. Comme Aubry et son armée de paumés, au sein d’un PS de plus en plus “centripété”. Et qui, lui, aurait bien besoin, pour qu’on croit à ses remèdes d’une bonne cure de rajeunissement doctrinal. Ah! Hollande à la fête de l’Huma et aux côtés de Delanoë tout à la fois. Un vrai rebouteux celui-là…

Les médailles de la France.

Selon un sondage d’Expedia réalisé en 2008 et fondé sur des critères tels que la politesse, la propension à la dépense et la tendance à se plaindre, les français décochent la médaille d’or des pires touristes au  niveau européen et celle de bronze au niveau mondial. Avec une deuxième place arrachée de haute lutte à l’épreuve « manque de politesse », juste derrière les Américains. Enfin, ils raflent la médaille de bronze dans les trois disciplines reines de ces olympiades de la goujaterie : « touristes qui se tiennent le plus mal à l’étranger », « touristes les moins populaires dans leur pays d’origine », et « touristes jamais contents » ! Une performance en tout point conforme à notre génie national…

Le prix de la liberté.

Après la mort de 10 soldats français tués dans une embuscade des talibans , Pierre Moscovici, qui affirme n’être pas pacifiste, s’interroge néanmoins sur l’engagement de la France aux côtés des États-Unis en Afghanistan. Il faut, nous dit-il martialement, “revoir la stratégie française “. Mais, tient-il à préciser, “Sans mettre en cause l’engagement des troupes françaises, car il ne faut pas céder aux talibans”… Troupes françaises qui, soit dit en passant avaient été dépêchées dans ce pays, dès 2001, sous le gouvernement socialiste de Lionel Jospin.Que conclure de ce noeud de contradictions sinon que nos soldats devraient rester à Kaboul enfermés dans des casernes à tirer des “patiences” ou à former des soldats afghans ( ce qu’ils font déjà…) tout en réservant aux américains le soin de ” faire le sale boulot. J’allais écrire:comme d’habitude…Comme d’habitude ce même mélange d’hypocrisie anti-américaine, de bonne conscience satisfaite et de cynisme politique. Cette façon, si française, à gauche et aussi chez une certaine droite, de se placer aux avants-postes du combat pour la liberté et d’en faire payer le prix aux autres…Avec, en prime, un mitraillage idéologique sans retenue. A l’aveugle…

Articles récents